Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sweet, Reuben Archer , Red Zone Rider
- Membre : Msg, Scorpions, Dokken

UFO - Lights Out (1977)
Par T-RAY le 7 Juin 2008          Consultée 6632 fois

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur « Lights Out », le sixième album studio de UFO : il s'agit de leur plus grand succès à ce jour, il marque l'arrivée d'un deuxième guitariste et nouveau claviériste, Paul Raymond, permettant de densifier quelque peu le son du combo, il confirme l'orientation du groupe vers des compositions plus travaillées...

Tout cela est vrai. Mais ce disque montre à la fois les grandes capacités de UFO et aussi ses limites de l'époque. Je m'explique. « Lights Out » confirme définitivement UFO comme un grand du hard et du rock tout court. Ses compositions sont variées, tantôt vraiment hard, tantôt rock classieux, tous les musiciens démontrent leur excellent niveau, Mogg se pose comme un très grand chanteur, mais...

Mais le groupe commet une vraie fausse note sur ce disque avec "Try Me". D'ordinaire pas mauvais pour les ballades, les Anglais ont manifestement ici voulu en faire trop, ratisser trop large et jouer dans le mélo. La mélodie est correcte mais le titre dans l'ensemble et beaucoup trop mou et trop mièvre. Les nappes de violon sont superflues, deviennent envahissantes et rendent le titre totalement kitsch. Mogg, s'il est de nouveau juste, comme d'habitude, la joue ici trop fragile, et contribue aussi à rendre ce morceau chiant. Chiant jusqu'à ce qu'il se taise, que les cordes se fassent plus discrètes et s'effacent devant la guitare lead de Michael Schenker. Heureusement, cette fausse note est la seule (vous avez eu peur, hein ?) !

Car à côté de cette ballade, tous les autres morceaux sont d'authentiques réussites. On trouve des titres bien hard, comme "Lights Out", moderne et particulièrement musclé, sur lequel la basse de Way court et cogne sous les riffs de Raymond et les soli flamboyants de Schenker, ou "Electric Phase", moins rapide mais toujours puissant, au rythme appuyé et aux guitares hurlantes.

On a également droit à des morceaux hard juste ce qu'il faut, à savoir le tube "Too Hot To Handle", combinant la triplette magique, soient un excellent riff, un refrain puissant porté par une voix chaude et un superbe solo pour conclure, et "Getting' Ready", un morceau hard mais relâché, où les voix de Mogg et de Raymond se rejoignent sur le refrain.

Le rock moins costaud est également au rendez-vous, sur le très bon "Just Another Suicide", sur lequel les premières notes du piano de Paul Raymond se font entendre et s'accommodent à merveille d'une mélodie plus rock que hard, donc, et d'un Michael Schenker qui trouve, paradoxalement, autant à s'exprimer sur ce titre moins puissant que sur les autres.

Enfin, et c'est la qualité première du disque, le groupe pousse son niveau de composition un peu plus loin que ce à quoi il nous avait habitués auparavant. D'abord sur la très réussie reprise de LOVE, "Alone Again Or", où les voix de Mogg et Raymond délivrent de belles harmonies vocales. Le côté ensoleillé de la version originale se retrouve sur ce titre, mais UFO s'approprie réellement le titre. La basse ronfle et des guitares clean du plus bel effet le parcourent de bout en bout. Schenker resplendit et les orchestrations sont ici utilisées avec efficacité, cordes comme cuivres.

Plus encore que ce titre-là, "Love To Love" correspond à l'acmé du disque en matière de composition. Les couches instrumentales se superposent pour un résultat superbe. Des harmoniques lumineuses, des riffs puissants et un son ample préfigurent en quelque sorte la manière dont on fera du rock dans les 80's. Les claviers et les cordes induisent des ambiances chaleureuses. Mogg chante à merveille, les émotions sont présentes à la pelle et les musiciens se montrent d'une grande subtilité. Tout est ici exécuté au millimètre, y compris les nuances : le crescendo d'avant le dernier couplet apporte une emphase bienvenue pour amener la fin du morceau, illuminée par l'ultime solo de Michael Schenker, soutenu par une rythmique puissante qui fait mouche.

Bref, de quoi conclure cet album en beauté, en faisant oublier de la meilleure des façons, et avec les mêmes outils, le petit écart de conduite qu'est "Try Me". Sans ce morceau, l'album ferait un sans faute et obtiendrait la note maximale sans rechigner. Avec "seulement" un 4,5/5, cela ne ternit que peu la qualité d'un album qui reste un grand disque de rock, toutes époques confondues. Et "Try Me" ne doit pas vous dissuader de lui faire une place de choix dans votre discothèque.

A lire aussi en HARD ROCK :


BANG TANGO
Dancin' On Coals (1991)
Hard rock




MOTÖRHEAD
Rock'n Roll (1987)
Hard rock


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Paul Raymond (guitares, claviers, vocaux additionnels)
- Andy Parker (batterie)
- Michael Schenker (guitares)
- Pete Way (basse)
- Phil Mogg (chant)


1. Too Hot To Handle
2. Just Another Suicide
3. Try Me
4. Lights Out
5. Getting' Ready
6. Alone Again Or
7. Electric Phase
8. Love To Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod