Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Star Rats, Manigance
- Membre : Nordic Union
 

 Site Officiel (441)
 Myspace (281)
 Chaîne Youtube (253)

PRETTY MAIDS - Scream (1995)
Par DARK BEAGLE le 23 Septembre 2016          Consultée 752 fois

"Stripped" aura été un album charnière pour les Danois de PRETTY MAIDS, même si dans ce cas précis, c’est avant tout pour de mauvaises causes. Après un départ façon Schumacher en proposant coup sur coup "Red, Hot And Heavy" puis "Future World", la formation a commencé à faire des sorties de routes à partir de "Jump de Gun" sans vraiment réussir à quitter les chicanes par la suite. Et "Stripped" ? C’est le platane, le rocher, ou encore le mur que le groupe s’est pris dans la tronche et qui aurait pu les laisser sur le carreau. Parce que c’est bien gentil de vouloir proposer un disque quelconque pour achever un contrat avec une maison de disque, mais il s’agit d’être un minimum convaincant pour rebondir ailleurs. "Stripped" aurait pu être un suicide, mais il semblerait que le nom de PRETTY MAIDS soit encore relativement vendeur en 1995, puisque les Jolies Demoiselles vont étoffer le catalogue de Massacre. Ou alors le label a eu envie de se faire un coup de pub pour conforter les acquis de ses jeunes années.

Il y avait donc un avant "Stripped". Mais qu’en est-il de l’après ? L’après, pour l’instant, c’est de la poudre aux yeux. Parce que le groupe va faire des promesses qui ne vont pas être tout à fait tenues. Il convient de se méfier des réputations des albums, il est toujours bon de les remettre dans le contexte de l’époque et voir à celui qu’il succède. Certains opus profitent de réhabilitations qui n’ont pas toujours lieu d’être et celui-ci, qui n’aura eu qu’un succès d’estime à sa sortie, verra son statut changer quelques années plus tard et aura la chance de se trimballer une réputation assez flatteuse.

Il est vrai que le nom de Flemming Rasmussen (METALLICA) à la production est alléchant, surtout qu’il va doter PRETTY MAIDS d’un son intéressant car bien Heavy. Il est donc logique que les compositions vont tendre dans cette direction. Et de ce point de vue, les trois premiers morceaux sont vraiment très réussis. "Rise" et "Psycho Time Bomb" sont assez véloce et montrent un groupe qui semble revenu à ses fondamentaux, "Scream" est quant à elle plus Heavy mais elle ne manque pas de charme pour autant. La guitare de Ken Hammer se veut tranchante, Ronnie Atkins plus agressif que d’habitude derrière le micro et on sent que les deux compères essayent de revenir à quelque chose de proche de "Sin-Decade", à défaut de se rapprocher du style des origines.

Mais (oui, vous l’avez compris depuis un long moment qu’il y a un mais qui pèse lourd dans la balance) petit à petit, les musiciens vont se laisser aller à un défaut assez récurrent. En effet, à moment donné, ils vont se contenter du strict minimum au niveau de la composition en espérant vaguement que l’on y voit que du feu. Ici, le déclin commence doucement sur "This Love", pas désagréable mais relativement quelconque. Pour le coup, la facette FM de PRETTY MAIDS ne fonctionne pas vraiment très bien dans le cadre de cette production.

Et il y a les ballades. Le groupe arrivait à s’en sortir dans ce domaine (ah… "Eye Of The Storm" m’envoûte toujours autant, toutes Ces années après). Ici, il y en a deux. Deux qui ne marquent pas les esprits. "In A World Of Your Own" est coincée entre deux titres puissants (quoiqu’un peu creux) et ne parvient pas à tirer son épingle du jeu, tandis que "Anytime Anywhere" ressemble à une mauvaise chute de "Stripped", vide et insipide, dont le mérite est de propulser "When It All Comes Down", une tuerie speed qui permet à l’album de s’achever sur une bonne note.

Il reste que malgré sa très bonne production, l’album n’est pas à la hauteur des pépites du groupe. Et il se trouve qu’il est un poil plus faible que "Sin-Decade", qui avait su surprendre par sa fraîcheur. Si "Scream" semblait suivre un chemin quasi identique, les musiciens se sont perdus en l'empruntant. Et finalement, peut-être que le groupe était fatigué, il terminait les tournées pour entrer directement en studio et reprendre la route tout de suite après. L’album "Screamin’ Live" tendrait à considérer cette possibilité comme une évidence. A ce moment- là, PRETTY MAIDS était comme une coquille vide, qui drape son travail d’un voile d’illusions. Et pourtant, l’histoire était loin d’être finie, la messe n’était pas dite. Les Danois allaient regagner en popularité et ce, grâce à HAMMERFALL et leur reprise de "Back To Back". Comme quoi, parfois, la survie, ça ne tient à pas grand-chose.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


BLACK SABBATH
Master Of Reality (1971)
Heavy Metal (is the law)




TRIBE AFTER TRIBE
Pearls Before Swine (1997)
All the world's a stage


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ronnie Atkins (chant)
- Ken Hammer (guitare)
- Kenn Jackson (basse)
- Michael Fast (batterie)


1. Rise
2. Scream
3. Psycho Time Bomb
4. This Love
5. Walk Away
6. No Messiah
7. In A World Of Your Own
8. Don't Turn Your Sex On Me
9. Adrenaline Junkie
10. Anytime Anywhere
11. When It All Comes Down



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod