Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Star Rats, Manigance, Rough Silk
- Membre : Nordic Union
- Style + Membre : Ronnie Atkins, At The Movies
 

 Site Officiel (922)
 Myspace (697)
 Chaîne Youtube (1218)

PRETTY MAIDS - It Comes Alive - Live In Switzerland (2012)
Par DARK BEAGLE le 5 Novembre 2021          Consultée 641 fois

"Pandemonium" avait annoncé le retour des Danois de PRETTY MAIDS après une absence de quatre ans. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce retour a été conquérant, l’album écrasant tout sur son passage et se voyant auréolé d’un statut de classique instantané auprès des fans. Rien que ça. Et, effectivement, ce disque avait de nombreux atouts pour plaire au public des MAIDS : une facette Heavy de chez Heavy qui rappelait les grandes heures du groupe et toujours ce savoir-faire bien à eux concernant les titres les plus mélodiques, à l’instar de l’incontournable "Little Drops Of Heaven". L’année suivante, la formation était sur les routes et fêtait dignement ses trente ans de carrière même si Ken Hammer et Ronnie Atkins étaient les derniers de la mouture originale encore présents.

Le résultat, nous le retrouvons dans ce "It Comes Alive – Live In Switzerland" qui, comme son nom l’indique, a été enregistré au pays de l’Appenzeller. Et pour le coup, PRETTY MAIDS met les petits plats dans les grands et propose un double album XXL qui va passer en revue la carrière du groupe, ou presque. Les albums "Spooked" et "Planet Panic" vont être écartés, tout comme le premier mini LP destiné à rester dans la légende et y rester. Bien entendu, les gros classiques ne sont pas oubliés, "Red Hot And Heavy" et "Future World" étant toujours très bien représentés sur les setlists du groupe. Mais les surprises ne manquent pas pour autant.

Par quoi commencer ? Ce Live devient très vite accrocheur. Il possède une ambiance particulière, très festive mais en même temps, quasiment solennelle, comme si le public entrait en communion avec le groupe. Il est ultra présent, il donne de la voix, il acclame les héros du soir comme s’ils revenaient victorieux d’une longue quête. Ce qui est à peu près le cas. PRETTY MAIDS a toujours eu un certain capital sympathie, même quand le combo danois était sur la liste des has-been, ceux qui n’avaient pas vraiment su donner du piment ou du renouveau à leur musique pour passer sans encombres les années 90 ou les 2000, quand le groupe semblait enclencher le pilotage automatique avec comme doctrine « et après moi le déluge ! ».

"Pandemonium" a remis les pendules à l’heure et l’arrivée de Morten Sandager aux claviers n’est certainement pas étrangère à l’affaire, l’homme n’hésitant pas à mettre la main à la pâte en termes d’écriture. "Pandemonium" – le morceau – est une véritable tuerie, en ouverture de ce show. Le groupe assène une claque terrible, une véritable déflagration de Heavy Metal ici sans concession. Ça fait mal d’entrée de jeu et surtout, ça place la barre à un niveau stratosphérique. Les MAIDS vont enchaîner comme sur album avec "I.N.V.U", pour un autre moment fort et ensuite… Ensuite… Les Danois vont intelligemment calmer le jeu avec un "Hell On High Heels" plus FM qui passe comme une lettre à la poste (mieux d’ailleurs, si vous habitez dans un quartier sinistré point de vue distribution du courrier).

Et là, le groupe va agir avec intelligence et proposer une setlist peut-être pas si Heavy que cela, mais qui laisse clairement de la place à ce clavier bien présent sur scène, cinquième homme permanent du groupe. Aussi, nous retrouvons avec plaisir quelques morceaux emblématiques sans forcément être des classiques, comme ce "Queen Of Dreams" tiré du premier opus, ou encore un "Yellow Rain" pas piqué des hannetons qui fait parfaitement son taf avec toujours en ligne de mire cette alliance entre la guitare et les claviers. Un terrain plus que favorable pour Ronnie Atkins qui s’impose tel le vieux briscard qu’il est déjà à ce moment. Il montre parfois quelques signes de fatigue (déjà la maladie ?), il peine à atteindre la bonne note (surtout sur les anciens morceaux d’ailleurs), mais quelle bête de scène !

Il se montre très présent, il parle, communique avec le public, qui lui mange littéralement dans la main. Il suffit d’entendre l’hystérie qui semble s’emparer de la salle quand le chanteur annonce un "Savage Heart" (tiré de "Jump The Gun") pour s’en rendre compte. Et qu’il lui est entièrement conquis quand il reprend les paroles. Cette fosse qui prend la suite d’Atkins, quelque part, ça file des frissons tellement ce qui se dégage est fort. De fait, il émane une réelle intensité de cet album live, du début à sa conclusion (ce final entre "Please Don’t Leave" Me et "Red Hot And Heavy" est un régal).

Après, le groupe a proposé tellement de chansons différentes dans sa carrière que souvent nous pouvons nous montrer tâtillons avec celles qu’il choisit de conserver pour ses concerts. Dans ce cas précis, trois morceaux me chagrinent quelque peu. Il s’agit de "Another Shot Of Your Love" que je trouve un peu poussive en termes de ballade, "Walk Away" bien mignonette mais un peu longuette et surtout "Clay", avec lequel j’aurai toujours une incompatibilité d’humeur, je le crains. Avec un "City Light", un "Until It Dies" et un "Sin-Decade", c’était le jackpot et mon caleçon terminait sa carrière brutalement tellement j’aurais été content.

Avec ce "It Comes Alive", PRETTY MAIDS signe son album live le plus intense. Pas en termes de violence malgré la présence des indéboulonnables "Back To Back" et "Future World", mais en émotions à l’état brut, propulsé comme le groupe l’est par un public génial. Ici, le mot « live » prend tout son sens et c’est tant mieux. Marre de ces enregistrements en public sans âme ! Si vous ne connaissez pas la formation, c’est finalement sympa de la découvrir dans cette configuration, avec un best of plus dynamique qu’une pauvre compilation studio. Si elle n’a plus de secrets pour vous et que vous ne vous êtes pas encore penché sur ce Live, non seulement vous en méritez une derrière la tête, mais vous seriez surpris de passer un très bon moment.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


BLACK SABBATH
Paranoid (1970)
Lourd, halluciné et fédérateur

(+ 1 kro-express)



TRIBE AFTER TRIBE
Pearls Before Swine (1997)
All the world's a stage


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ronnie Atkins (chant)
- Ken Hammer (guitare)
- Rene Shades (basse)
- Allan Tschicaja (batterie)
- Morten Sandager (claviers)


1. Pandemonium
2. I.n.v.u
3. Hell On High Heels
4. Wake Up To The Real World
5. Destination Paradise
6. Another Shot Of Your Love
7. Scream
8. Walk Away
9. It Comes At Night
10. Queen Of Dreams
11. Savage Heart
12. Clay

1. Yellow Rain
2. Rock The House
3. Back To Back
4. Rodeo
5. Love Game
6. Future World
7. Please Don't Leave Me
8. Red Hot And Heavy



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod