Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Star Rats, Manigance
- Membre : Nordic Union
 

 Site Officiel (408)
 Myspace (255)
 Chaîne Youtube (230)

PRETTY MAIDS - Screamin' Live (1995)
Par DARK BEAGLE le 12 Avril 2017          Consultée 355 fois

Avec "Scream", PRETTY MAIDS entamait une nouvelle ère de sa carrière, jalonnée d’albums plus Heavy, plus populaires également. Les errements de "Stripped" sont relégués au rang de mauvais souvenir et si concernant "Scream", l’expression « à défaut de grives, on mange des merles » prend tout son sens, il aura permis au groupe de se rassurer quelque peu ; une fan-base fidèle les suivait toujours, les soutenaient ; bientôt, ils allaient être plus nombreux, le regain de popularité allait arriver et pour le coup, les Danois ne seront pas les instigateurs de ce réveil du Phénix. Eux, ils ont préféré tenter leur chance avec un album Live, le premier de leur carrière.

Le concert a été capté à Tivoli, Copenhague. À domicile donc, devant un parterre de fans fidèles, ces fameux die-hard évoqués plus haut. L’ambiance est donc particulièrement bonne et le groupe, on va vite l’entendre, est en confiance. Un peu trop, peut-être, mais on y reviendra plus tard. L’accent est évidemment porté sur "Scream", le dernier bébé en date et force est de constater que les morceaux passent très bien l’épreuve de la scène. Il y a un côté un peu moins policé qu’en studio et pour certains morceaux, comme le "Psycho-Time-Bomb-Planet-Earth", c’est franchement appréciable. À croire que Ronnie Atkins et sa bande sont intimidés par les sessions d’enregistrement d’album. Bref.

Bien sûr, les membres de PRETTY MAIDS vont également puiser dans l’ensemble de leur discographie, à l’exception du premier mini LP et de "Stripped" (le groupe est en mode « objectif séduction », s’agit de pas tout foirer bêtement). On remarquera aussi que les Danois vont très peu puiser dans le litigieux "Jump The Gun" (et faire ainsi l’impasse sur le pourtant très bon "Lethal Heroes"). Sur le papier, en tout cas, tout s’annonce pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Et pourtant, il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. Il est difficile d’être pleinement satisfait pas cet album live, il lui manque un truc. Pas forcément un surcroît d’âme, mais plutôt un souffle épique dont manquent cruellement les interprétations des vieux titres, en somme. Ne jetons pas la pierre à Ronnie Atkins. Il fait le job et s’il y a bien un mec de vraiment concerné par ce qu’il fait sur scène, ici, c’est lui. Un petit gravillon quand même sur la tempe : il ne varie pas son chant comme il sait le faire et sur certains morceaux, comme "Future World" par exemple, ça enlève pas mal de piquant à l’affaire.

Il est quand même dommage que la guitare de Ken Hammer manque de mordant ou qu’elle se laisse bouffer par le clavier quand elle devrait être la reine incontestée du bal (gare au sceau de sang de cochon quand même !). Du coup, "Red, Hot And Heavy" sonne de façon bien molle par exemple, ce qui est assez frustrant. À la base, on tient un très bon petit hymne du Heavy Metal mais force est de constater qu’ici, c’est un peu léger quand même.

Et forcément, les efforts faits d’un côté ("Yellow Rain", "Sin-Decade") sont quasi torpillés par des interprétations plus fades de titres comme "Please Don’t Leave Me" ou "Lovegames" qui auraient pu bénéficier d’un meilleur traitement. Notez, le public ne semble pas s’en plaindre. C’est pour cela qu’il est souvent difficile de juger un album live sans les images, quand on a que le son pour nous donner une idée de la prestation globale, du jeu de scène des musiciens, de la sympathie qu’ils transmettent ou non. Ici, sur le format disque, nous n’avons que la musique, brute, qui parfois paraît sans saveur et que l’on vie forcément différemment.

La note finale peut paraître un brin sévère. Mais quitte à écouter un Live de PRETTY MAIDS, autant se pencher sur le "Alive At Least" ou mieux encore, sur le "It Comes Alive" de 2012 à côté duquel ce pauvre "Screamin’ Live" n’a pas l’ombre d’une chance. Il reste heureusement la prestation de Ronnie Atkins qui à défaut d’être exceptionnelle, tire l’ensemble vers le haut avec plus ou moins de panache. Ce qui est toutefois insuffisant pour en faire un bon album, malheureusement…

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BEAGLE :


SCORPION CHILD
Acid Roulette (2016)
Sérénades texanes




TRIBE AFTER TRIBE
Enchanted Entrance (2002)
Roots bloody roots


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ronnie Atkins (chant)
- Ken Hammer (guitare)
- Kenn Jackson (basse)
- Michael Fast (batterie)


1. Psycho-time-bomb-planet-earth
2. Rock The House
3. Rise
4. Walk Away
5. Scream
6. Yellow Rain
7. Sin-decade
8. Savage Heart
9. No Messiah
10. Please Don't Leave Me
11. Lovegames
12. Future World
13. Back To Back
14. Red, Hot And Heavy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod