Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTH/SYMPHO  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1990 Angst
1992 Einsamkeit
1993 Satura
1995 1 Inferno
1997 Stille
1999 Elodia
2005 Lichtgestalt
2009 Sehnsucht
2015 Hoffnung
 

- Style + Membre : Snakeskin
 

 Myspace Offciel (340)

LACRIMOSA - Sehnsucht (2009)
Par ORPHANAGE le 9 Novembre 2009          Consultée 4376 fois

LACRIMOSA est un groupe controversé. D’un côté, vénéré par des métalleux qui voient en lui un summum de raffinement et de vérité symphonique au sein de leur sphère Heavy, de l’autre, exécré par des Goths qui lui reprochent un vernis esthétique « poussif » et une musicalité, citons « symphonique de supermarché », voilà un duo qui fait couler beaucoup d’encre. Rares sont les projets musicaux vus comme des références absolues par une tranche d’auditeurs, et comme une daube carnavalesque par une autre.

Pourtant, après vingt années d’activité, LACRIMOSA est toujours là. Tilo Wolff n’a pas vraiment changé. Il vit toujours au XVIIIe siècle, assume toujours avec un naturel déconcertant son dandysme noir extravagant, et confère toujours à son Metal une finesse symphonique toute personnelle. Mais, visiblement, à l’heure où sort "Sehnsucht", la remise en cause pointe le bout de son nez. Pas une remise en cause profonde, non. Juste une envie de changer un peu, une envie de céder aux impulsions. Tilo s’écoute et offre à son œuvre une plus grande puissance ; les orchestrations symphoniques sont toujours bien là, mais se contentent d’offrir à des compositions métalliques solides un habillage élégiaque simple et sobre. Là où "Lichtgestalt" se laissait aller, sur certains titres, à une grandiloquence typique (on se souvient du merveilleux "Sapphire", et bien sûr de "Hohelied Der Liebe") et à une pompe débridée, "Sehnsucht" est davantage retenu.

Point de titre fleuve, point d’explosion folle ; ici, l’émotion symphonique passe par "A.U.S" et "Die Taube", perles dans le registre de la ballade sensible, interprétées avec maestria par un Tilo en grande forme que l’on reconnaîtrait entre mille ; et la puissance passe par des titres comme "Feuer" ou "Die Sehnsucht In Mir" qui, bien que beaux et bénéficiant eux aussi des orchestrations classiques, laissent davantage parler les guitares et la saturation. En 2009, LACRIMOSA est plus simple à tous les niveaux, sans jamais trahir sa personnalité. En se délectant de son sens toujours jubilatoire des harmonies, on est heureux de constater que le groupe s’est toujours contenté de n’être que lui-même, et qu’il ne sonne comme personne d’autre. Ah, on en a fait du chemin, depuis la Darkwave dépressive et funéraire de "Angst" et "Einsamkeit" ! Et pourtant, si le style a bien changé, un fil rouge se tisse : LACRIMOSA s’est toujours inscrit dans une logique bien à lui, une tristesse nostalgique, un cirque funèbre où flamboient des tragédies et des comédies, tour à tour. En écoutant "Sehnsucht", l’envie de suivre le groupe dans une aventure vraie et touchante est toujours aussi vivace. Tout est parfaitement en place, évidemment. Les structures sont d’une solidité à toute épreuve, les éléments entrent et sortent dans la plus parfaite logique, et le sens cinématographique de LACRIMOSA ne fait aucun doute.

Si l’on prend en compte toute la riche discographie du duo germano-suisse, "Sehnsucht" était peut-être le choix artistique le plus pertinent à faire : après un certain nombre d’albums très symphoniques, LACRIMOSA choisit de ne pas se répéter et d’écrire avec sincérité de bonnes chansons, toujours entièrement ancrées dans son univers, mais plus aérées, légères, nuancées. Avec "A Prayer For Your Heart", on a la ballade romantique – beau duo avec Anne Nurmi –, avec "Feuer", le morceau épique et puissant (accompagné de chœurs d’enfants), et avec "I Lost My Star", la preuve que le groupe peut écrire des chansons assez nues sur le plan orchestral, mais inévitablement empreintes de cette distinction Lacrimosienne caractéristique.

Difficile, donc, de ne pas ranger "Sehnsucht" dans le tiroir des réussites. Le background gothique est pérenne, de par une production toujours spectrale et envoûtante (le chant de Anne sur "Der Tote Winkel"), un son profond offrant une force particulière aux instruments classiques, ainsi qu’un sens esthétique nostalgique et maniéré ; mais les influences métalliques ne sont pas en reste, et les riffs plus musclés sont bel et bien là. Au lieu de gâcher la beauté symphonique, ils la colorent et l’enrichissent. "Sehnsucht" est un album vrai, plein de conviction, et même si LACRIMOSA ne s’y réinvente pas, il y poursuit l’exploration de sa propre âme et nous fait profiter d’une écriture plus sobre et toujours aussi intense. Il est certain que les détracteurs ne changeront pas d’avis : ils garderont de Tilo et Anne l’image d’un duo clichesque et sans intérêt. Les autres, et ils sont nombreux, se prendront toujours aussi bien au jeu, et, ravis, pourront affirmer : « J’aime le dernier LACRIMOSA, comme toujours ».

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE :


KRUSADER
Angus (2009)
Entre Rhapsody et Angra




RHAPSODY
Power Of The Dragonflame (2002)
Fin de cycle qui s'inscrit comme un commencement

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez






 
   ORPHANAGE

 
  N/A



Non disponible


1. Die Sehnsucht In Mir
2. Mandira Nabula
3. A.u.s.
4. Feuer
5. A Prayer For Your Heart
6. I Lost My Star In Krasnodar
7. Die Taube
8. Call Me With The Voice Of Love
9. Der Tote Winkel
10. Koma



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod