Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  E.P

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Lovelorn Dolls
- Membre : Running Wild, Holy Moses
- Style + Membre : Snakeskin
 

 Myspace Offciel (720)

LACRIMOSA - Lichtgestalten (2005)
Par DARK BEAGLE le 23 Février 2021          Consultée 402 fois

La période "Lichtgestalt" aura été une période faste pour Tilo Wolff et LACRIMOSA. L’Allemand aux cheveux bicolores aura en effet créer son projet Electro SNAKESKIN à cette époque et il s’apprêtait à emmener son groupe principal sur une longue tournée mondiale qui donnera lieu à un double live "Lichtjahre" ainsi qu’un rockumentaire assez complet du même nom. Et, ne choisissant pas le chemin de la facilité, il décide non pas de sortir un single pour promouvoir "Lichtgestalt", mais un EP assez complet qui, tout de suite, promet une plus-value intéressante pour le fan.

Déjà, le « produit » en lui-même est plutôt sympathique. Certes, la pochette sort des standards du groupe même si nous restons sur ce noir et blanc qui est cher à Tilo, mais le jeu de lumière est assez intéressant et justifie le titre de l’EP. Le livret est plutôt conséquent avec les paroles – en VO seulement – et quelques photos promotionnelles. Le disque, lui, ressemble à un vinyle. Six titres pour trente-et-une minutes, ce n’est pas si mal en plus.

Nous commençons évidemment avec "Lichtgestalt". Sur l’album, ce titre est idéalement placé à la troisième position, après un "Sapphire" monstrueux en ouverture et un "Kelch Der Liebe" qui revient à une version plus Metal de LACRIMOSA en comparaison de ce qui a été fait sur "Echos". "Lichtgestalt", c’est le genre de morceau qui paraît léger au premier abord, avec une mélodie un peu Poppy, mais qui prend des directions assez mouvantes. Sans aller jusqu’à parler de Progressive, la chanson est plutôt ingénieusement construite, elle développe une ambiance bien à elle et l’intervention de l’orchestre vient apporter une jolie puissance à l’ensemble.

Proposer un remix pouvait donc être casse-gueule. Surtout quand on se remémore celui fait par ZEROMANCER pour "Durch Nacht Und Flut" et qui ne conduisait à rien. Mais Wolff ici est en mode promo. Il veut faire découvrir son projet Electro et assume lui-même le remix pour un résultat assez intéressant. Imaginez un ruban d’ADN qui se scinde en deux hélices distinctes et qui continuent à s’entremêler. C’est à peu près ça ici. On reconnaît les mélodies de LACRIMOSA dans un enrobage de beats qui sont assez typiques des mid-tempi de SNAKESKIN. Et accessoirement, il s’agit de l’un des meilleurs remix disponibles sur les singles et EP du groupe.

Nous enchaînons sur trois morceaux qui ont été écartés de l’album mais qui auraient pu y figurer sans problèmes si ce n’était un problème de place ("Lichtgestalt" tape dans les soixante-dix minutes quand même). "Skintight" est peut-être le morceau le plus faible, mais il propose de jolies interventions d’Anne Nurmi sur les refrains et sa montée en puissance reste assez savoureuse. En revanche, "Unerkannt" s’avère assez brillant dans cette tradition de morceaux calmes qui progressent vers quelque chose de plus sombre et violent sur son final. Un titre comme Wolff en a déjà écrit par le passé, mais qui s’avère toujours aussi savoureux dans le style. Quant à "Road To Pain", difficile de ne pas y voir une réponse au Copycat paru dix ans plus tôt. La batterie, assurée par Thomas Nack (GAMMA RAY, IRON SAVIOR), est monstrueuse, les guitares son Heavy à souhait et en live cela s’avèrera juste explosif.

Puis il y a ce cas d’école. Un titre pioché de "Stille" (décidément), proposé dans une version alternative. Rien de bien nouveau à l’horizon. Sauf que là, c’est Alexander Krull d’ATROCITY qui s’en charge et autant dire que cela ne sert à rien. De la voix un peu plus agressive par moments ? Des guitares et une rythmique plus ramassées ? Il n’y a rien qui fait se relever la nuit ici. "Siesht Du Mich Im Licht ?", si c'est pour voir la vilaine trogne de Mr Krull, non merci ! Pour le coup, il aurait peut-être été préférable que Tilo Wolff se risque sur le terrain de la reprise, les goûts du personnage étant assez variés pour être très surprenants par moments !

"Lichtgestalten" est un très bon EP, format assez rare dans la carrière de LACRIMOSA, suffisamment pour que l’on s’y attarde dessus. Il propose du matériel rare, et de qualité. Ce n’est pas simplement un disque en plus histoire de se faire du fric facile (enfin, toutes proportions gardées), il apporte une véritable plus-value pour le fan. Parce que ne soyons pas mesquin, ou ne courons pas après des chimères : seuls les fans purs et durs seront vraiment intéressés par ce disque soigné, parfait complément de "Lichtgestalt".

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Zeitreise (2019)
Ami de trente ans !




TIAMAT
The Scarred People (2012)
Death is not the end ?


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Tilo Wolff (chant, programmations, claviers)
- Anne Nurmi (clavier, chant)
- Jay P (guitare, basse)
- Manne Uhlig (batterie)
- Ac (batterie)
- Thomas Nack (batterie)


1. Lichtgestalt
2. Lichtgestalt (snakeskin Remix)
3. Unerkannt
4. Skintight
5. Road To Pain
6. Siehst Du Mich Im Licht



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod