Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (2 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1990 Angst
1992 Einsamkeit
1993 Satura
1995 1 Inferno
1997 Stille
1999 Elodia
2005 Lichtgestalt
2009 Sehnsucht
2015 Hoffnung
 

- Style + Membre : Snakeskin
 

 Myspace Offciel (348)

LACRIMOSA - Lichtgestalt (2005)
Par BAST le 29 Juin 2006          Consultée 6344 fois

« Lichtgestalt » est le premier album de LACRIMOSA chroniqué sur Nightfall. Quand on sait que le groupe en est aujourd’hui, après 15 ans de carrière, à son neuvième album studio, qu’il a déjà sorti trois vidéos (deux VHS et un live en DVD), un album live et de nombreux singles, pourquoi un site metal qui publie une dizaine de chroniques en nouveauté par semaine ne s’y est-il pas plus tôt intéressé ?

A vrai dire, cela fait sept ans que je suis LACRIMOSA ; depuis son œuvre majeure, « Elodia ». Et si je n’ai jamais encore rien chroniqué de ce groupe, c’est en raison de son orientation musicale. Car les accointances de LACRIMOSA avec le metal ne sont pas évidentes. Même si le groupe se définit lui-même comme jouant du rock-opéra, il emprunte beaucoup plus à la musique classique qu’au rock ou au metal.

Et pourtant, si je prends comme exemple ce dernier album des allemands (établis en Suisse), les emprunts au metal sont clairement affichés (« Sapphire », « Hohelied der Liebe »). Par contre, la manière de composer de Tilo Wolff, le seul et unique leader de LACRIMOSA, est très orienté musique classique. A tire de comparaison, les groupes de metal symphoniques greffent leurs orchestrations sur une base metal (RHAPSODY, EPICA, NIGHTWISH). LACRIMOSA procède de manière inverse. Du reste, LACRIMOSA collabore, depuis « Elodia », avec un orchestre philharmonique. Et de ce côté, le résultat est somptueux.

LACRIMOSA est souvent présenté comme un duo : Tilo Wolff et Anne Nurmi. Si c’est Tino Wolff qui préside exclusivement aux destinés du groupe, le chant d’Anne est indispensable. C’est d’ailleurs depuis qu’elle a rejoint LACRIMOSA, en 1995, que la formation allemande a commencé de rencontrer ce succès qu’on lui connaît.

Présent dans les 20 premières places des charts à chaque sortie d’album depuis « Elodia », LACRIMOSA est un groupe très connu en Allemagne. Ce qui explique le chant allemand adopté sur plus de la moitié des compositions. La langue de Goethe sur un album d’HELLOWEEN, je ne dis pas, mais sur ce rock symphonico-gothique, l’effet est garanti.

L’album débute par « Sapphire », magnifique composition de plus de onze minutes qui alterne parties orchestrales et passages heavy. C’est beau, riche, dense et les différentes facettes du groupe sont très bien représentées. Bref, une excellente entrée en matière, quoiqu’il soit à mon goût un peu trop long. L’autre titre excédant les dix minutes est « Hohelied der Liebe ». Là encore, la mélancolie qu’il dégage est saisissante. Le chant de Tilo est bouleversant, tous comme les chœurs qui l’accompagnent. La montée en puissance progressive des cordes finit de donner toute sa grandeur à ce morceau. Anne Nurmi, dans un registre à la fois pop et classique (« My Last Goodbye »), est elle aussi magnifique, alliant la technique d’une chanteuse classique et les intonations d’une comédienne.

Les autres titres, d’une longueur plus raisonnable, jouent sur le même tableau. Sur un rythme résolument lent, les mélodies défilent dans une quête de l’absolu, l’orchestre et les chœurs pleurent des notes poignantes. Ah, cette mélancolie qui prend à la gorge !…

Bref, l’univers musical de LACRIMOSA est une pure merveille. Le seul reproche que j’aurais tendance à faire et qui concerne « Lichtgestalt » aussi bien que les albums précédents de LACRIMOSA, tient à leur longueur. Il est difficile de les écouter d’une traite.

Si vous voulez pénétrer l’univers de LACRIMOSA et de son clown triste (la « mascotte » du groupe), « Lichtgestal » est, au même titre que « Elodia », l’album idéal. Quand bien même l’attache entre LACRIMOSA et la scène metal ne soit pas toujours évidente à saisir, je prends le parti d’affirmer que LACRIMOSA fait partie des plus grands groupes de metal symphonique.

Note : 4,5 / 5

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


KAMELOT
The Black Halo (2005)
Du grand KAMELOT...

(+ 1 kro-express)



RHAPSODY
From Chaos To Eternity (2011)
Deux sagas pour l'eternité

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Anne Nurmi (chant)
- Tilo Wolff (chant et tous instruments)


1. Sapphire
2. Kelch Der Liebe
3. Lichtgestalt
4. Nachtschatten
5. My Last Goodbye
6. The Party Is Over
7. Letzte Ausfahrt: Leben
8. Hohelied Der Liebe
9. Pause



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod