Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (1 / 5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dark Moor, Twilight Force, Gloryhammer, Derdian, Operadyse, Kerion, Galloglass, Marius Danielsen , Dragonland, Fairyland, Freedom Call, Thy Majestie, Secret Sphere, Kamelot
- Membre : Vision Divine
- Style + Membre : Angra, Luca Turilli's Rhapsody , Luca Turilli
 

 Site Officiel (1534)

RHAPSODY - Into The Legend (2016)
Par JEFF KANJI le 10 Mai 2016          Consultée 5072 fois

Alex Staropoli a partagé le songwriting avec son frère pour "Dark Wings Of Steel" et même si ce premier disque de la nouvelle ère de RHAPSODY était conforme à ce que recherchait l'emblématique claviériste et compositeur de la formation de Trieste, il est revenu finalement aux orchestrations, aux élans baroques, au RHAPSODY classique d'une certaine façon, suivant une voie totalement opposée à celle empruntée par Luca Turilli sur "Prometheus".

"Into The Legend" c'est clairement le disque qu'on aurait attendu après "Dawn Of Victory" ! La production, l'aspect très Metal conservé au mixage et au mastering (placé entre des mains américaines) et ce Power Symphonique bombastique, ces refrains fédérateurs dominés par un Fabio Lione au top de sa forme (qui pour une fois a disposé de deux mois pour travailler ses textes et ses harmonies pour tout enregistrer en neuf jours seulement)... "Into The Legend" est aussi un disque qui rappelle la fin de l'âge d'or du groupe, quand, sous la férule de Magic Circle, le groupe au sommet de sa gloire se payait un orchestre symphonique pour remplacer ses orchestrations synthétiques. Si "The Frozen Tears Of Angels" et "From Chaos To Eternity" étaient de très bons disques qui renonçaient à cette grandeur organique pour des raisons pratiques et budgétaires, "Into The Legend" reprend la marche en avant et si 20% des orchestrations reposent encore sur des samples qu'Alex a passé énormément de temps à travailler, la richesse sonore de ce disque est époustouflante et rappellera les meilleurs moments de "Symphony Of Enchanted Lands II".

Roberto De Micheli a appelé à la rescousse son collègue de SINESTESIA pour reprendre le poste de bassiste et la section Metal est des plus puissantes. Des titres comme "Valley Of Shadows" ou "Distant Sky" (dont la composition du refrain a pris une semaine à Alex) ont tout pour devenir de nouveaux classiques du groupe et sont surtout taillés pour le Live. "Shining Star" renoue aussi avec la tradition des "Lamento Eroico", à savoir ses mélodies douces et gorgées d'opulence opératique à l'italienne. Mais la trouvaille de l'opus est selon moi ce "Winter's Rain" où l'ensemble celtique fait des merveilles et où l'ombre du Heavy "Triumph Of Agony" plane, porté par une mélodie vocale de grande classe (Fabio est particulièrement conquérant sur ce "Into the Legend").

Moi qui ai toujours pensé que le génie créatif de RHAPSODY tenait dans la personnalité généreuse et emphatique de Luca Turilli, force est de reconnaître qu'Alex a sacrément de la ressource ! Je ne décèle pas de temps faible dans ce disque que les Italiens ont souhaité racé, épique, symphonique, baroque et en cela il s'inscrit parfaitement dans la continuité des derniers opus composés par le duo Turilli/Staropoli. Quand le vénérable Bast, qui devait initialement vous livrer son analyse, parlait d'un album de très haute tenue, éligible à la Sélection même, j'avoue avoir été un peu méfiant, notre webmaster étant un fan invétéré de RHAPSODY, mais je dois m'incliner devant la maestria dont "Into The Legend" fait preuve et de la classe avec laquelle il se redresse après un échec aussi cuisant que "Dark Wings Of Steel".

Difficile de savoir vers quoi le groupe va évoluer à l'avenir, mais en étant parfaitement en phase avec son style, RHAPSODY OF FIRE vient de délivrer un opus de grande classe digne de figurer auprès des meilleurs opus sortis depuis vingt ans par le groupe et qui confirme une chose : RHAPSODY est bien le seul sur sa montagne à pouvoir délivrer cet alliage de différents éléments, ce Hollywood Metal comme ils aimaient le qualifier, et en cela jamais il n'aura de concurrence crédible, surtout s'il continue à sortir des opus de cette trempe, le groupe n'ayant en définitive que rarement déçu.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par JEFF KANJI :


STREAM OF PASSION
A War Of Our Own (2014)
La revanche indé




BENIGHTED SOUL
Start From Scratch (2011)
Si nos riens donnaient d'aussi beaux résultats


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
   BAST
   DARK SCHNEIDER
   VOLTHORD

 
   (4 chroniques)



- Alex Staropoli (claviers, clavecin, piano)
- Fabio Lione (chant)
- Roberto De Micheli (guitare)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Alessandro Sala (basse)


1. In Principio
2. Distant Sky
3. Into The Legend
4. Winter's Rain
5. A Voice In The Cold Wind
6. Valley Of Shadows
7. Shining Star
8. Realms Of Light
9. Rage Of Darkness
10. The Kiss Of Life
11. Volar Sin Dolor [bonus)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod