Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  E.P

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Dark Moor, Twilight Force, Gloryhammer, Derdian, Operadyse, Kerion, Galloglass, Marius Danielsen , Dragonland, Fairyland, Freedom Call, Thy Majestie, Secret Sphere, Kamelot
- Membre : Vision Divine
- Style + Membre : Angra, Luca Turilli's Rhapsody , Luca Turilli
 

 Site Officiel (1513)

RHAPSODY - The Cold Embrace Of Fear (2010)
Par BAST le 5 Novembre 2010          Consultée 8964 fois

Lorsque RHAPSODY a annoncé qu’un EP s’apprêtait à voir le jour, le souvenir laissé par "Rain Of A Thousand Flames" a ressurgi pour en appâter plus d’un. Car en effet, avec ce qui était jusqu’alors son seul et unique EP, RHAPSODY ne s’était pas moqué de son monde. On avait eu droit à un disque presque aussi dense qu’un album, sans réchauffé, avec 100% d’inédits et quelques pépites dignes d’un "Symphony Of Enchanted Lands".
Lorsque RHAPSODY a annoncé que l’EP dont il est question aujourd’hui constituerait une seule et longue pièce de trente cinq minutes, symphonique et plus hollywoodienne que jamais, la perspective en a laissé beaucoup rêveurs. Après tout, rares sont les fans du groupe à ne jamais avoir espéré que RHAPSODY, un jour, sorte un album ou en tout cas du matériel dont les parties orchestrales et les chœurs seraient poussés à leur paroxysme, comme sur une vraie BO (la BO étant le rêve inaccompli de Luca Turilli et d’Alex Staropolli).

Sur ces deux révélations hautement prometteuses, l’EP, finalement, me déçoit.
"The Cold Embrace Of Fear" n’est pas aussi symphonique qu’attendu. A la limite, il est à peine plus symphonique que l’album qui le précède. J’apporte une précision : je n’attends pas de RHAPSODY qu’il soit plus symphonique qu’il ne l’est ordinairement, mais j’avais cru comprendre que l’EP serait l’occasion d’un renforcement en la matière et ma curiosité d’un exercice pour lequel l’aptitude des Italiens n’est plus à démontrer me désenchante dans son manque d’ampleur.
Puisque j’évoque les orchestrations, les samples utilisés en lieu et place d’un véritable orchestre ne confinent pas à un rendu exemplaire. J’écoute en ce moment la BO du "Choc des Titans", le film aux effets spéciaux dantesques sorti en 2010, et la force et la pureté de l’orchestre sur ce disque laissent les Italiens sur le carreau. Reste toutefois que, dans la catégorie des formations Heavy ayant recours aux samples pour façonner leurs orchestrations (sacré catégorie hein ?), RHAPSODY s’avère toujours le mieux loti. Je demeure tout de même très nostalgique de l’orchestre de chambre utilisé sur "SOEL" et dont le côté intimiste collait joliment au groupe ou à l’orchestre grassement invité sur "SOEL 2".

Dernier grief, la densité proposée. Une intro avec dialogues des acteurs, un interlude symphonique agréable quoique répétitif, un long morceau d’un quart d’heure qui aurait pu figurer en clôture de "The Frozen Tears Of Angels" puisque sa structure est conforme à ce que RHAPSODY propose sur un album "ordinaire", un autre interlude avec dialogues et coups dans la tronche que se prennent les acteurs, une ballade folklorique similaire à "Lost In Cold Dreams" ("The Frozen Tears of Angels"), un titre MANOWARien et une outro qui reprend le thème du premier interlude symphonique mais avec des morceaux de Christopher Lee dedans, c’est finalement assez peu et cette fois-ci très conforme à ce que peut être un EP.
"The Cold Embrace Of Fear" comprendrait des titres qui n’ont pas trouvé leur place sur l’album et que RHAPSODY a homogénéisés pour en faire une sorte de concept (le coup de la pièce de trente cinq minutes) que cela ne m’étonnerait pas.

Si je suis très heureux de retrouver les Italiens sur "Act VI Erian's Lost Secrets", c'est-à-dire le long d’un exercice qui les met à leur avantage et où on les entend se réapproprier les titres ultra épiques de MANOWAR (à l’instar du génial "Bloody Red Dungeons" paru sur "Triumph Or Agony"), d’autant que "The Frozen Tears Of Angels" en avait été exempt, si le morceau phare de quinze minutes propose de la matière, sans être non plus génial, et si la ballade folklorique "Act V Neve Rosso Sangue" s’avère de bonne facture, il apparait que cet EP (moins passionnant que "ROTTF" donc) aurait meilleure allure en tant que second disque d’un double album. RHAPSODY aurait tout aussi bien pu l’ajouter à son édition limitée de "The Frozen Tears Of Angels", quitte à rehausser légèrement son prix ; l’opération marketing qu’il me semble voir ici serait passée inaperçue (10 euros l’EP quand même).
Un EP agréable, très correctement fignolé, mais trop peu relevé.

Note : 2,5 / 5

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


Luca TURILLI
The Infinite Wonders Of Creation (2006)
Fin et début de cycle pour Luca Turilli

(+ 1 kro-express)



NIGHTWISH
Oceanborn (1998)
La révélation heavy de l'année 1998

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   BAST

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Fabio Lione (chant)
- Luca Turilli (guitare)
- Alex Staropoli (clavier)
- Patrice Guers (basse)
- Alex Holzwarth (batterie)


1. Act I The Pass Of Nair-kaan
2. Act Ii Dark Mystic Vision
3. Act Iii The Ancient Fires Of Har-kuun
4. Act Iv The Betrayal
5. Act V Neve Rosso Sangue
6. Act Vi Erian's Lost Secrets
7. Act Vii The Angels' Dark Revelation



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod