Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dark Moor, Marius Danielsen , Twilight Force, Gloryhammer, Derdian, Operadyse, Kerion, Galloglass, Dragonland, Secret Sphere, Fairyland, Freedom Call, Thy Majestie, Kamelot
- Membre : Steel Seal, Lione / Conti, Vision Divine, Dol Ammad
- Style + Membre : Luca Turilli , Luca Turilli's Rhapsody, Angra
 

 Site Officiel (2031)
 Chaine Youtube (54)

RHAPSODY - Into The Legend (2016)
Par VOLTHORD le 9 Mai 2017          Consultée 1044 fois

A l’heure où j’écris cette kro-x, nous sommes à peu près certain que "Into The Legend" est le dernier album de ce qu’il restait de RHAPSODY.
Doit-on donc le chérir d’autant plus qu’il constituait un remontage de pente inespéré pour Staropoli’s RHAPSODY OF FIRE ? Sans doute !
Cela fait-il de "Into The Legend" un grand album ? Certainement pas !

Une année après sa sortie, qu’est-il réellement resté de cet album ? L’écoute-t-on autant en boucle qu’un opus du groupe que l’on aurait trouvé "seulement" excellent à la bonne époque ("Dawn Of Victory" par exemple ?) ? Non. 2016 était certes une année de renouveau, particulièrement créative pour Alex après le mauvais "Dark Wings Of Steel".
"Distant Sky" avait des bons airs de "Dawn Of Victory", on retrouve les refrains grandiloquents d’autrefois, avec une finesse dans le riff autant que dans l’arrangement. Bref, comme pour le "Old Age Of Wonders" sur "Triumph Or Agony", je retrouvais là (pour des raisons différentes) le RHAPSODY de ma "jeunesse". Les guitares frétillent dans le tragique sur "Into The Legend", second tube de l'album. Mais le constat reste pour moi le même que pour certains titres de "Triump Or Agony" à l’époque : meh. Il est au final un peu longuet et poussif.Autre point fort, ce "Shining Star" comme démonstration de courage dans la ballade assez fabuleuse. L’exercice a toujours été un truc qui me déplaisait chez RHAPSODY ("Wings Of Destiny", beurk). Cette fois, c’est très peu Disneyien, et sérieusement émouvant.

Au-delà de ça, on retombe dans le commentaire plus global que je fais au RHAPSODY post-PotDF, c'est bien foutu mais souvent étrangement sans vie.Prenons un "Winters Rain", qui se veut grandiose et prenant. Impossible de ne pas reconnaître un travail de composition aux petits oignons, avec des arrangements subtils et assez nombreux pour qu'on se demande encore ce qui cloche. Eh bien toujours et encore, cette naïveté éperdue et excessive qui animait les premiers albums, tout simplement. La trio final "Realms Of Light", "Rage Of Darkness", "Kiss of Light", je n’en retiens vraiment rien. Très vite ça devient un chouette bruit de fond mais rien de plus.

J'aurais voulu adorer cet album, d'autant qu'il a réconcilié de nombreux adeptes du groupe, qui l'auront même mis dans leur classement de fin d'année. Pour moi, toujours rien, GLORYHAMMER a pris le relais du Hollywood Metal que j'aimais, c'est eux qui en seront désormais son meilleur porte-étendard !

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par VOLTHORD :


NIGHTWISH
Showtime, Storytime (2013)
Le début (remarquable) d'une nouvelle ère




NIGHTWISH
Imaginaerum (2011)
Un album de Noël pour les petits et les grands

(+ 4 kros-express)

Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
   BAST
   DARK SCHNEIDER
   VOLTHORD

 
   (4 chroniques)



- Alex Staropoli (claviers, clavecin, piano)
- Fabio Lione (chant)
- Roberto De Micheli (guitare)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Alessandro Sala (basse)


1. In Principio
2. Distant Sky
3. Into The Legend
4. Winter's Rain
5. A Voice In The Cold Wind
6. Valley Of Shadows
7. Shining Star
8. Realms Of Light
9. Rage Of Darkness
10. The Kiss Of Life
11. Volar Sin Dolor [bonus)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod