Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Khemmis, Blood Ceremony, Sarasin, Psychedelic Witchcraft, Path Of Samsara, Childrenn, Scorpion Child, Blue Öyster Cult, High Fighter, Motorowl, The Order Of Israfel
- Membre : Deep Purple, Wami, Axel Rudi Pell , Iommi, G//z/r, Dio, Black Country Communion, Msg, Snakecharmer, Rainbow
- Style + Membre : Tony Martin , Ozzy Osbourne , Heaven & Hell
 

 Born Again/ian Gillan (1055)
 Site Officiel (335)
 Myspace (388)
 Chaîne Youtube (571)

BLACK SABBATH - Cross Purposes Live (1995)
Par ALANKAZAME le 4 Janvier 2011          Consultée 3868 fois

Quand on évoque BLACK SABBATH, instinctivement, on pense à la formation des années 70 avec Ozzy Osbourne. Moins instinctivement, on pense aussi à la formation des années 80 avec Ronnie James Dio. Et puis après on a oublié. On a oublié alors-même qu’il s’est passé énormément de choses par la suite, mais c’était un tel bordel, on y a tellement rien compris (et même aujourd’hui encore on a du mal), qu’au final on ne sait même plus si le SAB’ a eu ne serait-ce qu’une activité réelle tout au long des années 90, avant la reformation du line-up "classique" en 1997… Mais n’importe quel fan chevronné vous le confirmera : il s’en est passé, des choses, après le départ de Ronnie, et un paquet de chanteurs, et pas des moindres, se sont succédés au micro de BLACK SABBATH. On aura eu dans un premier temps le festival des ex-DEEP PURPLE, je parle bien entendu de Ian Gillan et de Glenn Hughes. On aura également vu passer de manière aussi brève qu’anecdotique Ray Gillen. Ca plus grand monde ne s’en souvient, mais ce qui est plus grave c’est qu’on a aussi oublié le principal chanteur du groupe de Tony Iommi dans sa période tardive, à savoir Tony Martin. Tony Martin, celui-là même que les fans ont tellement honni, a pourtant été le chanteur de SABBATH le plus actif après Osbourne : un total cumulé de sept années d’activité, et cinq albums enregistrés.

Et les albums enregistrés sous cette formation (avec les deux Tony, Martin et Iommi, aux commandes, les autres membres valsant constamment) sont loin d’être mauvais. A l’heure où j’écris ces lignes ils ne sont même plus disponibles dans le commerce : rupture de stock ! Ce qui est tout à fait injuste vu la qualité indéniable d’albums très bien foutus comme "Headless Cross" et "Tyr". Mais que voulez-vous, l’ingratitude du public étant ce qu’elle est, l’histoire n’aura au bout du compte retenu que ce qu’elle aura bien voulu retenir…

Parmi les vestiges de la période Martin, on trouve un live, "Cross Purposes Live", destiné à promouvoir l’album du même nom. L’objet est sortit en 1995 sous une forme assez singulière et originale, proposant un pack comprenant à la fois un CD et une VHS. Ca peut paraître désuet à l’époque des doubles DVD/CD live bien sûr, mais au beau milieu des 90’s ça avait fait son petit effet. Enregistré à Hammersmith en avril 1994, en pleine tournée promotionnelle de "Cross Purposes", le concert se décline en 13 titres pour le CD et 16 pour le DVD. Désireux de couvrir toutes les périodes de son œuvre, Iommi a constitué une set-liste touffue comprenant les tubes de la période Osbourne, les chansons les plus représentatives de la période Dio et, bien entendu, quelques extraits des récents enregistrements opérés sous la houlette de Tony Martin. De quoi contenter l’ensemble de la communauté des fans de BLACK SABBATH.

Vu comme ça, la recette peut paraître alléchante. Mais hélas la sauce ne prend pas. La faute, tout d’abord, à un mixage minimaliste qui ne met pas assez en avant la guitare d’Iommi (un comble). La faute aussi à un certain manque de grandeur, une absence de noirceur grandiloquente qui donne pourtant cette ambiance tellement mystique aux concerts du SAB’. La set-liste, quoiqu’éclectique, est vite expédiée et ne suis pas vraiment de logique ("Time Machine" en ouverture ??). Les morceaux sont interprétés conformément à leurs versions d’origine, et les musiciens n’osent plus s’aventurer dans de vraies expérimentations comme au bon vieux temps. Bref un BLACK SABBATH en petite forme, et pour cause : les années 90 étaient vraiment une époque maudite pour ce groupe, et à plus forte raison pour le Heavy Metal, qui a mis du temps à se remettre de la vague grunge qui avait fait tant de mal au genre en rejetant toute forme de complexité et de technicité dans la musique rock. Le public était moins nombreux, les critiques acerbes, l’ambiance délétère… Pas de quoi avoir la pêche, en somme.

L’autre problème, c’est Tony Martin. Comme je l’ai déjà dit je ne remettrai pas en cause le talent du gars, pas plus que sa sincérité et son intégrité. Mais si sa voix passe très bien en studio, elle s’avère être très décevante en live… C’est dur de passer après des pointures comme Ozzy Osbourne et -surtout - Ronnie James Dio, qui venait de quitter le groupe avec perte et fracas en 1992 presqu’aussitôt après une reformation qui a très vite dégénéré. Si Martin officie clairement dans le registre de ce dernier, sa voix n’a ni la puissance, ni la souplesse, ni la profondeur de celle de Ronnie. Le malheureux avait en outre, d’après ce que j’ai pu apprendre, de sérieux problèmes au niveau de la gorge à cette époque… Je ne sais pas si c’est ça qui explique cette impression de cordes vocales bridées, qui ont du mal à laisser échapper des sons vraiment percutants. Mais sur la version audio ça fait assez mauvais effet, d’autant que le mixage a mis la voix en valeur, et la guitare en retrait. Beaucoup d’approximations qui au final plombent l’intérêt général de l’album…

Fort heureusement, il est encore possible aujourd’hui de se procurer la version vidéo. Un DVD non-approuvé a été publié récemment, mais il ne comprend que la moitié de l’enregistrement original. La VHS ou un enregistrement digital de celle-ci restent donc les meilleurs moyens de se procurer le contenu d’origine. Notez bien d’ailleurs que la vidéo contient 16 titres et le CD 13 seulement… Allez savoir pourquoi "Anno Mundi", qui est pourtant un des titres phares de Martin, fait partie des parias, et de manière moins surprenante "Neon Knights" et "Mob Rules", les tensions entre Iommi et Dio étant encore vives à l’époque. D’ailleurs "Children Of The Sea", pourtant interprétée ce soir-là, a tout bonnement été rayée de la carte.

La salle de l’Hammersmith Apollo, bien que pleine, fait pâle figure comparée à ce à quoi BLACK SABBATH avait eu droit dans les années 70 et 80. Le public est bien présent, avec pas mal de jeunes aux premiers rangs, et Tony Martin semblait faire consensus ce soir-là. Enthousiaste et visiblement content d’être là, il harangue la foule, s’agite dans tous les sens, le sourire jusqu’aux oreilles. Malheureusement ça ne suffit pas à faire de lui un bon frontman, et son manque total de charisme fait très mal quand on voit à quoi ressemble un concert du groupe lorsqu’il est mené par Osbourne ou Dio. Tony Martin aura fait de son mieux lors de son passage au sein du SAB’, c’est une évidence. Mais il est tellement loin du niveau de ses prédécesseurs...

Martin a beau singer Ozzy en tapant dans les mains sur "Children Of The Grave", on a bien du mal à lui accorder autre chose qu’une bienveillante indulgence. Pas de pot, mais les choses sont ce qu’elles sont.
"Cross Purposes Live" est très représentatif de la période que traversait BLACK SABBATH à cette époque. En le voyant et en l’écoutant, on comprend que tout cela ait fini en eau de boudin, avec le départ de Butler fin 1994 – qui à l’origine était revenu pour reformer le line-up des années Dio - et la réunion du line-up original, avec Osbourne, en 1997. Le retour à l’underground ne correspondait clairement pas à un groupe de cette ampleur, ni au talent d’un musicien de l’envergure de Tony Iommi. "Cross Purposes Live" n’est pas fondamentalement mauvais. Il est juste moyen. Trop petit, trop à l’étroit pour un groupe de la dimension de BLACK SABBATH. Il est aujourd’hui en rupture de stock, et je doute sincèrement qu’une réédition (remasterisée peut être ?) soit à l’ordre du jour. Il demeurera une curiosité anecdotique, un objet de collection pour les fans. C’est peut être, en fin de compte, ce qu’il était voué à devenir dès sa gestation.

A lire aussi en HEAVY METAL par ALANKAZAME :


DIO
Killing The Dragon (2002)
DIO confirme et avec brio !




STEEL PANTHER
Feel The Steel (2009)
Sex, rock'n'roll and euh... sex !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
   METALINGUS

 
   (2 chroniques)



- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Tony Martin (chant)
- Geoff Nicholls (claviers)
- Bobby Rondinelli (batterie)


- cd
1. Time Machine
2. Children Of The Grave
3. I Witness
4. Into The Void
5. Black Sabbath
6. Psychophobia
7. The Wizzard
8. Cross Of Thorns
9. Symptom Of The Universe
10. Headless Cross
11. Paranoid
12. Iron Man
13. Sabbath Bloody Sabbath

- video
1. Time Machine
2. Children Of The Grave
3. I Witness
4. The Mob Rules
5. Into The Void
6. Anno Mundi
7. Black Sabbath
8. Neon Knights
9. Psychophobia
10. The Wizzard
11. Cross Of Thorns
12. Symptom Of The Universe
13. Headless Cross
14. Paranoid
15. Iron Man
16. Sabbath Bloody Sabbath



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod