Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (18)
Questions / Réponses (2 / 4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Danger Danger, Satan Jokers, The Darkness
- Membre : Roadhouse, Riverdogs, Dio
 

 Site Officiel (108)
 Chaîne Youtube (89)
 Soundcloud (102)

DEF LEPPARD - High' N' Dry (1981)
Par JEFF KANJI le 3 Octobre 2015          Consultée 1897 fois

"High'N'Dry" ou l'irrésistible ascension de DEF LEPPARD.

L'arrivée de Mutt Lange est une aubaine pour le groupe, qui va enfin disposer de moyens à la hauteur de ses ambitions. C'est sur ce disque que se forge le son DEF LEPPARD, cette caisse claire électronique omniprésente, ces sons de guitare ultra travaillés (écoutez donc ce "Switch 625" qui n'a rien à envier au "Coast To Coast" de SCORPIONS) et ces chœurs amples et à la sonorité si caractéristique.

C'est surtout à partir de là que DEF LEPPARD commence à enfiler les tubes comme des perles, de l'énergique "Let It Go" au plus mesuré mais remarquable "On Through The Night", en passant par l'hymne incitant à la fête ("High'N'Dry") et la première des fantastiques ballades qu'écrira le groupe avec "Bringin' On The Heartbreak", qui m'a fait tomber sous le charme de cet album.

Tout comme le premier opus, "High'N'Dry" est assez spécial puisqu'il est clairement coincé entre les débuts enracinés dans la NWOBHM et la personnalité plus Hard FM qu'atteindra DEF LEPPARD dès l'album suivant. De plus, le son est beaucoup plus travaillé et Rock, au cordeau des rythmiques et riffs Hard distillés par la paire Clark/Willis, dont c'est le dernier opus avec le groupe ; il sera remplacé avant la sortie de l'album suivant par Phil Collen. Le groupe progresse vite, très vite, et ce à tous les niveaux ! La voix de Joe Elliott se fait nettement plus convaincante et agressive sur "High'N'Dry", le tout sonnant pour le coup assez proche du AC/DC de la même époque. Il faut dire que l'influence des boys se ressentait déjà sur le premier album du groupe, et le patriarcat de Peter Mensch et de Mutt Lange fait sans doute son boulot derrière les cinq gars de Sheffield.

Les mélodies font mouche, les structures des morceaux acquièrent leur intelligence propre, arc-boutées sur des couplets/pré-refrains/refrains fédérateurs mais habilement détournées par le jeu des deux guitaristes (les soli de guitare chez DEF LEPPARD prennent un malin plaisir à désorienter toute logique de hardos typique). Rick Allen est un surdoué qui, malgré le son de caisse claire électronique qu'on pourra déjà lui reprocher, dispose d'un solide sens du groove qui contribue à donner ce balancement caractéristique des riffs, et c'est de ce côté qu'il faut chercher la parenté avec AC/DC. Et surtout, les fameux chœurs du Léopard Sourd prennent enfin leur envol. Il faut dire que Mutt Lange est un spécialiste de la question et qu'il y a toujours consacré une attention toute particulière. On retrouve déjà les salves puissantes de "Rock Rock (Till You Drop)" et autres "Rocket" sur "Let It Go" ou encore "On Through The Night" et surtout sur la splendide "Bringin' On The Heartbreak".

La seule chose que l'on peut reprocher à cet album de transition, c'est de parfois distiller quelques titres Hard plus moyens, comme c'était déjà le cas sur "On Through The Night". Je pense notamment à "You Got Me Runnin'" et "Mirror Mirror", cette dernière possédant néanmoins un refrain puissant. Parfait sur sa face A, "High'N'Dry" est plus inégal en deuxième mi-temps.

Les trois premiers opus de DEF LEPPARD sont passionnants dans le sens où ils sont très différents les uns des autres. Mais ils manifestent tous de l'inexorable évolution des Anglais qui s'apparente de plus en plus à une success story, avant que les évènements qui le conduiront à "Hysteria" ne le fassent définitivement entrer dans la légende. Reste que malgré ses imperfections, j'ai un gros faible pour ce "High'N'Dry", seul véritable album purement Hard Rock de la formation ; le premier restait sur un entre-deux Hard/Heavy (comme les premiers SAXON) et le troisième sera totalement FM.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
Live At The Rainbow '74 [2014] (1974)
Un cadeau pour les hardos




DAMN YANKEES
Damn Yankees (1990)
Le supergroupe à retenir


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   DARK SCHNEIDER
   POWERSYLV

 
   (3 chroniques)



- Steve Clark (guitare,choeurs)
- Pete Willis (guitare,choeurs)
- Joe Elliott (chant)
- Rick Savage (basse,choeurs)
- Rick Allen (batterie,choeurs)


1. Let It Go
2. Another Hit And Run
3. High 'n' Dry (saturday Night)
4. Bringin' On The Heartbreak
5. Switch 625
6. You Got Me Runnin'
7. Lady Strange
8. On Through The Night
9. Mirror, Mirror (look Into My Eyes)
10. No No No



             



1999 - 2016 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod