Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Led Zeppelin, Pat Benatar , Bon Jovi

HEART - Dog & Butterfly (1978)
Par DARK BEAGLE le 3 Mars 2017          Consultée 765 fois

La pochette aurait été parfaite pour un disque de Folk. Elle est en effet détentrice d’une certaine poésie touchante, qui ne fait pas très Metal pour le coup. Il est vrai que HEART n’est pas non plus le groupe le plus agressif dans le genre. Aussi, on va un peu changer l’optique du truc, déplacer à peine du doigt ce qui est présenté ici. Imaginez que ce chien est en réalité le Molosse des Enfers, appelé par l’Antéchrist qui ne semble pas pressé de provoquer l’Apocalypse et que ce Molosse trouve plaisant de courir après des papillons (1). Ce qui est un petit peu plus Metal dans l’esprit, mais encore une fois, avec HEART, on se retrouve face à un disque auquel on ne pensait pas forcément. Après un "Magazine" un peu hors-série, fait de bric et de broc, la formation revient avec quelque chose de plus maîtrisé, mais se dégageant des premiers opus dans sa construction.

Ici, tout commence par les cris du public tandis qu’on annonce HEART. Les instruments retentissent alors, un riff assez cru, moins Heavy que celui de Barracuda retentit, avant que Ann Wilson ne vienne poser sa voix. Ici, la belle se montre vindicative, forte, elle en impose en tant que frontwoman. Le morceau semble live, mais les notes du livret de la réédition de 2001 laisse planer le doute dessus, entre les crédits qui indiquent un enregistrement studio et les notes de Nancy Wilson qui évoquent l’envie d’ouvrir l’album avec un titre live afin de donner une dynamique Rock à l’ensemble. Pour ne pas perdre un temps inutile avec le débat de la poule et de l’œuf, on peut se dire que Nancy n’a pas tort. Il se dégage un fumet très agréable de la face A de l’album, que l’on qualifie de « dog ».

Ici, moins d’influences Folk. Le Hard Rock des deux sœurs Wilson puise plus dans les racines Blues et c’est plutôt agréable. C’est fluide, quelques refrains sortent bien du lot, comme celui de "High Time" acidulé juste ce qu’il faut. Mais c’est surtout "Straight On" qui attire le plus l’oreille. Pour le coup, là, HEART s’avance sur des sentiers que le groupe n’avait pas encore défrichés. Tout n’est que groove, entre le disco et la soul, où la guitare joue avec nos nerfs continuellement. La démarche n’est pas sans rappeler celle de URIAH HEEP sur l’album "Fallen Angel" la même année ("Whad’ya Say") ou encore celle de KISS sur "Dynasty" l’année suivante, mais bien moins jusqu’au-boutiste.

Quand on arrive à la face « butterfly », nous changeons d’univers. Sur ce versant de l’album, le Folk reprend ses droits sur de belles ballades qui se laissent écouter sans déplaisir. Certaines, comme la chanson-titre ou encore "Lighter Touch" sont même très touchantes ; outre les mélodies subtiles délivrée par la guitare douze cordes ou encore certaines montées en puissance, quand l’électricité s’invite à nouveau dans le débat, la voix de Ann Wilson fait dans ce registre des merveilles. Elle se fait plus fragile, plus douce et se marie à merveille à ces ambiances plus légères sans être forcément mièvres. Cet écueil est soigneusement évité, les chansons sont agencées de manière à ne pas sombrer dans la mièvrerie la plus rose, comme pouvait justement le faire craindre la pochette de l’album.

HEART propose un album un peu différent sans l’être totalement. Même si l’on sent une cassure nette par rapport à "Little Queen" et à "Magazine" dans l’écriture, on retrouve énormément d’éléments communs aux débuts du groupe, à l’image du chant de Nancy Wilson qui vient rejoindre celui de sa sœur pour des chœurs doux et soignés, qui sonnent de bien belle façon, ou encore cette influence bien marquée de LED ZEPPELIN. L’ombre du Dirigeable plane encore sur cette offrande tout en nuance même si on peut sentir ici les prémices d’un changement de ton qui arrivera à partir de "Bébé le Strange".

"Dog & Butterfly" est un opus solide, qui gomme le côté disparate de Magazine (précisons toutefois que cet album a une histoire tumultueuse et que le groupe était revenu en studio après l’enregistrement de "Little Queen" pour essayer d’arranger les choses par rapport à la première version que Mushroom, l’ancienne maison de disque de HEART, avait sorti d’autorité, sans demander leur avis aux sœurs Wilson). Il serait plus à rapprocher de "Dreamboat Annie" dans l’idée, entre cette facette très Rock, voire bien Hard Rock et cette douceur Folk très plaisante. Il sera également le dernier album du groupe pour les années 70 et les années 80 qui se profilent à l’horizon apporteront leur lot de changement.


(1) Une telle vision a été imaginée par messieurs Neil Gaiman et Terry Pratchett dans l’hilarant « de Bons Présages », où chaque cassette passant dans l’autoradio de Rampa, que ce soit du BRAHMSs ou du MOZART, crache systématiquement du QUEEN. Ami lecteur, si tu n’as pas dévoré cette merveille, lâche cette chronique et va te procurer le livre !

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


Rory GALLAGHER
Rory Gallagher (1971)
Still got the blues




RUSH
Counterparts (1993)
Dis-moi comment tu m'aimes


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ann Wilson (chant, piano)
- Nancy Wilson (guitares, harmonica, chant)
- Roger Fisher (guitare)
- Howard Leese (guitare, percussions, claviers)
- Steve Fossen (basse, percussions)
- Michael Derosier (batterie)


1. Cook With Fire
2. High Time
3. Hijinx
4. Straight On
5. Dog & Butterfly
6. Lighter Touch
7. Nada One
8. Mistral Wind



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod