Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 8)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Powergod, White Skull, Dragonheart, Paragon, Thundersteel
- Membre : Holy Moses, Domain, Headhunter, Rage, Grinder, Accept
- Style + Membre : Refuge, Rebellion

GRAVE DIGGER - Excalibur (1999)
Par JEFF KANJI le 10 Juillet 2020          Consultée 274 fois

Cette trilogie médiévale ! Bon sang, si GRAVE DIGGER jouit d'une telle réputation et d'une telle place dans le mouvement True Metal, c'est grâce à ce tiercé d'albums tous plus réussis les uns que les autres. Et si l'hymne absolu reste l'antédiluvien "Heavy Metal Breakdown" (qu'il a réenregistré pendant les sessions de "Tunes Of War" et fait paraître sur le single "The Dark Of The Sun"), il y a fort à parier que la plupart des metalheads connaissent le groupe grâce à "Tunes Of War", "Knights Of The Cross" et "Excalibur".

Peut-être l'album le plus travaillé au niveau des ambiances, GRAVE DIGGER conclut là une belle histoire avec l'actuel REBELLION Uwe Lullis. Les sons clairs, acoustiques, ainsi que les clavecins et autres claviers du discret mais ici indispensable HP Katzenburg sont autant d'éléments utilisés avec soin pour les arrangements, simples et efficaces comme souvent, la formule gagnante de GRAVE DIGGER.

Après un album purement historique ("Tunes Of War"), "Knights Of The Cross" amenait un peu de mystère et de légende en s'attaquant (au sens figuré, n'est pas Philippe Le Bel qui veut) à l'Ordre du Temple. "Excalibur" bascule dans la mythologie en retraçant la geste arthurienne avec un sens lyrique incroyable. Les vocaux clairs de Chris Boltendahl sont assez présents, en particulier sur des refrains mélodiques qui ne perdent aucunement leur impact. Il faut dire que les hymnes s'enchaînent assez follement. Toujours dans une alternance de mid-tempi de mammouths aux riffs ACCEPTiens ("The Spell"), ou de speederies velues ("Excalibur", "Tristan's Fate").

Le titre qui illustre le mieux la formule de GRAVE DIGGER en 1999 est sans doute "Morgane Le Fay", où sur un simple accord on peut faire tenir un refrain obsédant (alors que sacrément répétitif si on s'y attarde deux secondes), mais en le déclinant de deux façons différentes ; mystérieux et presque caressant (nonobstant un tapis de double grosse caisse inaltérable), nuancé, avant que le riffing de tronçonneuse et la voix de phacochère ne répètent l'exercice dans une tradition toute DIGGERienne, on pourrait bien sûr citer aussi "Avalon" et bien sûr "Excalibur" sans doute mon titre préféré du groupe après "Knights Of The Cross".

GRAVE DIGGER n'a jamais proposé d'albums très variés (même si c'est qu'il voudra tenter avec "The Grave Digger"), mais l'équilibre de ses quelques ingrédients et son incroyable faculté à produire des hymnes par paquets de douze m'impressionnera toujours. GRAVE DIGGER parvient sur "Excalibur" à exceller dans tous les domaines (un coup d'oreille à la power-ballade "Emerald Eyes" dédiée à Guenièvre pour vous en convaincre). Peut-être mon album préféré des Allemands avec "Heart Of Darkness".

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


PRIMAL FEAR
Primal Fear (1998)
Comme la plume d'acier au vent

(+ 2 kros-express)



ROYAL HUNT
2016 (2017)
Best of live


Marquez et partagez



Par JULIEN



Par DAVID



Par BAST




 
   PIERRE

 
   AKRON
   JEFF KANJI
   JEREMY

 
   (4 chroniques)



- Chris Boltendahl (chant)
- Uwe Lulis (guitare)
- Hp Katzenburg (claviers)
- Stefan Arnold (batterie)
- Jens Becker (basse)


1. The Secrets Of Marlin
2. Pendragon
3. Excalibur
4. The Round Table
5. Morgane Le Fay
6. The Spell
7. Tristan's Fate
8. Lancelot
9. Mordred's Songs
10. The Final War
11. Emerald Eyes
12. Avalon



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod