Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Powergod, Paragon, White Skull, Dragonheart, Thundersteel
- Membre : Headhunter, Rage, Grinder, Domain
- Style + Membre : Rebellion

GRAVE DIGGER - Ballads Of A Hangman (2009)
Par FREDOUILLE le 20 Janvier 2009          Consultée 7313 fois

Difficile de dire de quoi sera fait "Ballads Of A Hangman", le nouvel opus de GRAVE DIGGER. Telle était la conclusion de ma chronique sur le single "Pray" sorti en novembre 2008. Après "Liberty Or Death" (2007), album quelque peu moribond qui nous laissait un tantinet sur notre faim (nous sommes tous à peu près d’accord avec ça) et un single ("Pray") guère rassurant mais pas forcément représentatif (seul le morceau "Pray" figure en effet sur le nouvel opus) quant au contenu de ce "Ballads Of A Hangman", nous pouvions quand même être assez inquiets sur les réelles intentions et capacités de notre fossoyeur préféré allemand. Non ?
Le groupe semblant tout simplement à l'image de "Liberty Or Death", se reposer sur ses lauriers et nous proposer des titres de plus en plus convenus, de plus en plus mid-tempos, sans grande saveur et surtout sans grande inspiration. Qu’il est bien loin le temps de "Heart Of Darkness" sur lequel GRAVE DIGGER nous émerveillait, de l’épique "Tunes of War" ou tout simplement le temps du sombre, lourd et efficace "Grave Digger". (Soupir...)
L’inspiration semblant s’être complètement envolée chez les Allemands.
Comme je le disais, seule la pochette (magnifique soit dit en passant) de ce nouvel opus nous mettait quelque peu l'eau à la bouche et laissait peut-être présager d'un album un peu plus inspiré, plus épique aussi et peut-être tout simplement meilleur, finalement, que ce à quoi nous nous attendions.

Verdict ???

GRAVE DIGGER est de retour. Qualitativement parlant. « Ballads of a hangman » est un bon album (voire très bon !) qu’on se le dise. Et bien meilleur que ce à quoi nous nous attendions. En tout cas, bien meilleur que ses prédécesseurs : « Liberty or death » mais aussi « The last supper » et « Rheingold » inclus. Le groupe allemand nous revient en grande forme sans toutefois atteindre les sommets qu’il a pu tutoyer avec des albums comme « Heart of darkness » ou bien « Grave Digger ». Mais ne boudons pas notre plaisir.
« Ballads of a hangman » est plutôt un bon cru donc, malgré une courte durée (à peine 42 minutes pour 11 pistes ! GRAVE DIGGER serait-il devenu fainéant ?) et montre que le combo allemand en a encore un peu dans le ventre. La bande de Papy Chris Boltendahl fait de la résistance.
GRAVE DIGGER a en effet retrouvé la hargne, le tonus, le dynamisme, l'inspiration même, critères qui lui faisaient cruellement défaut sur les albums précédents. Tout cela, peut-être sous l’impulsion du nouvel arrivant et désormais second guitariste du combo venu épauler le très bon Manni Schmidt, j’ai nommé Thilo Hermann. Musicien expérimenté puisqu’il a déjà officié dans RISK, RUNNING WILD ou encore dans HOLY MOSES.

« The gallows pole », petite introduction épique avec sa guitare acoustique et ses superbes chœurs donne le ton et laisse place à l’excellent « Ballads of a hangman », un titre rapide, ravageur et fédérateur sur lequel on retrouve avec plaisir les chœurs de l’introduction. Un petit régal véritablement, tant GRAVE DIGGER nous assaisonne de guitares acérées et de soli particulièrement inspirés et toujours mélodiques. Même le père Chris semble avoir retrouvé une seconde jeunesse. Pas à dire, mais « Ballads of a hangman » est un futur classique du groupe et ne devrait certainement pas faire de détail en live. Putain que c’est bon de retrouver un GRAVE DIGGER aussi en verve.
« Hell of disillusion » ne nous laisse pas de répit et affiche un refrain simpliste certes mais ô combien efficace. Le tempo est rapide et une fois de plus les guitares sont omniprésentes. « Sorrow of the dead » enfonce le clou puisqu’il s’agit là du morceau certainement le plus puissant et assommant de l’album. Des riffs de mammouths, tempo ultra rapide, GRAVE DIGGER ne fait pas dans le détail et nous gratifie même de soli absolument magistraux. Soli qui sont devenus incontestablement un des points forts du groupe désormais.
Le groupe ose même proposer des soli quelque peu maidenesques sur le très bon « Grave of the addicted » (la rythmique du morceau rappelant quelque peu celle du morceau "Fanatic assassins" présent sur l'opus "Knights of the cross" (1998)), plutôt inhabituel chez le combo allemand. Mais comme je vous l’ai déjà dit, ne boudons pas notre plaisir.
« Lonely of the innocence » calme quelque peu le jeu et nous donne droit à un duo entre Véronica Freeman (chanteuse de BENEDICTUM, mais que vient-elle faire là d'ailleurs ?) et le père Chris plus rocailleux que jamais. Un titre quelque peu lent même s’il a tendance à s’accélérer dans son final, laissant davantage les claviers s’exprimer et nous offrant un univers plus sombre et mélancolique. Un morceau plutôt sympathoche qui donne avant tout à l’album un peu de diversité.
Après cette accalmie « Into the war » reprend les choses sérieuses et à l'instar de « Ballads of a hangman » et de « Sorrow of the dead », nous avons affaire à un titre agressif, ultra efficace, ultra rapide (même speed sur sa fin) et ravageur, doté encore une fois d'un énorme refrain. Un futur classique là aussi. Dans une veine quasi identique, on retiendra aussi le morceau « Stormrider » même s'il est qualitativement moins bon et un poil trop convenu.

La suite de l'album est un peu moins intéressante avec « The shadow of your soul », morceau plus lent et trop classique et un single « Pray » plutôt moyen qui peut finalement dénoter avec le reste de l'album.
On soulignera quand même le très bon « Funeral for a fallen angel » et sa superbe intro acoustique et ses superbes soli de fin.


Sans toutefois se renouveler, GRAVE DIGGER parvient donc à retrouver une "seconde jeunesse" avec un quinzième album plus "In Your Face". Le groupe envoie pour le coup du gros (comme d'habitude le son est énorme !), du carré et du rapide en alliant admirablement mélodie et puissance. Les refrains sont puissants et comme je le disais plus haut, les soli marquent de leur empreinte ce nouvel opus. Ils rehaussent intrinsèquement le niveau des compositions.
« Ballads of a hangman » est un très bon album au final, sans fioriture et contenant quelques belles baffes, c'est avec grand plaisir que l'on retrouve un GRAVE DIGGER hargneux et percutant.

Nous voilà donc rassurés.


Morceaux préférés : "Into the war", "Ballads of a hangman", "Sorrow of the dead".


Note réelle : 3.5/5 (arrondi à un généreux 4/5).

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


GRAVE DIGGER
The Clans Are Still Marching (2011)
Petit concert entre amis




IRON SAVIOR
Battering Ram (2004)
Un des meilleurs crus d'IRON SAVIOR!!!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
   BAST

 
   (2 chroniques)



- Chris Boltendahl (vocals)
- Manni Schmidt (guitars)
- Thilo Hermann (guitars)
- Jens Becker (bass)
- Hans Peter ''h.p.'' Katzenburg (keyboards)
- Stefan Arnold (drums)


1. The Gallows Pole 00:47
2. Ballad Of A Hangman 04:45
3. Hell Of Disillusion 03:55
4. Sorrow Of The Dead 03:35
5. Grave Of The Addicted 03:33
6. Lonely The Innocent Dies 05:46
7. Into The War 03:32
8. The Shadow Of Your Soul 04:14
9. Funeral For A Fallen Angel 04:30
10. Stormrider 03:17
11. Pray 03:36



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod