Recherche avancée       Liste groupes


Auteur
 

Groupe
    

Classement équipe
  
Référendums
  


DAVID - 1999
Consulté 3236 fois
IMMORTAL - At The Heart Of Winter

Le meilleur album d'Immortal, un chef-d'œuvre qui a largement contribué à populariser le metal extrême auprès du public heavy metal. Mélodique, majestueux et inspiré jusqu'à épuisement des stocks, même le son énorme (on est loin des productions underground des albums précédents), qui d'ordinaire me gonfle, ne me dérange pas ici car il contribue à rendre le disque très froid.

YNGWIE MALMSTEEN - Alchemy

Après un Facing the animal sympa mais manquant un peu de punch, Yngwie Malmsteen revient vers ce qu'il sait faire le mieux : un disque qui envoi la purée au niveau des descentes de manche. Mais le maître n'a pas oublié d'écrire d'excellentes chansons pour autant (Leonardo, Legion of the damned et les instrumentaux Blitzkrieg et Blue). Quel plaisir en tout cas de retrouver des sonorités proches des 1ers albums de Malmsteen, principalement au niveau des claviers et du chant aussi avec le retour de Mark Boals (qui chante 100 fois mieux maintenant qu'à l'époque de Trilogy).

RAGE - Ghosts

Mon disque préféré de Rage, le plus mélodique à ce jour. Le concept orchestral a été poussé encore plus loin que pour XIII, et cela a pu rebuter les fans amateurs du Rage carré et efficace.

TYPE O NEGATIVE - World Coming Down

Un seul mot pour décrire cet album de Type O Negative : la classe ! ! ! Plus heavy et dépressif que jamais, loin des sonorités grand public de October Rust et Bloody Kisses, avec un travail d'orfèvre au niveau de la production et des arrangements (quel son de guitare bon dieu !). On a presque envie de se tirer une balle dans la tête à l'écoute de ce disque, et pourtant on ne s'ennuie pas une seule seconde.

MEGADETH - Risk

Un de mes Megadeth préférés, l'évolution metal-pop déjà amorcée sur certains titres de Cryptic Writings (Use the man, Almost honest) est ici poussée à son paroxysme. Il fallait oser. La production de Dann Huff est exceptionnelle (plus proche de U2 que du thrash metal d'antan) et les vocaux de Dave Mustaine, plus happy que jamais, sont remarquables lors des refrains catchy et irrésistibles (Wanderlust, Breadline). Megadeth avait sorti son black album (Youthanasia), voilà maintenant son Load.

MICHAEL KISKE - Readiness To Sacrifice

Michi laisse tomber le metal pour de bon. Il restait encore quelques morceaux de metal sur Instant Clarity mais ici, il n'y en a aucun. Tout sonne pop-rock. Indispensable pour ceux qui apprécient Chameleon d'Helloween.

FISH - Raingods With Zippos

Retour partiel à quelque chose de plus progressif après le très rock Sunsets on empire et ses très (trop) nombreuses ballades. Une superbe plage de plus de 20 minutes (Plague of ghosts) où Fish mélange à merveille des sonorités modernes avec d'autres plus classiques. Les parties de piano magnifiques font de Raingods with zippos un incontournable dans sa discographie.

PARADISE LOST - Host

Virage électro-pop réussi pour un album finalement pas si éloigné de One Second au niveau des mélodies, le côté metal en moins. Dommage que toutes les chansons se suivent et se ressemblent sur un album de Paradise Lost.

OPETH - Still Life

Inutile d'en dire plus, toute la communauté metal ou presque a été conquis par ce subtil mélange entre voix claire et voix death. La beauté des guitares est hallucinante. On est loin des groupes de dark-doom-atmoshérique qui se contentent généralement de pauvres riffs pour accompagner un chant mélancolique.

DEEDS (DIRTY DEEDS) - Real World

Fans d'Iron Maiden époque Paul Di'Anno, réjouissez vous, la relève est enfin arrivée. Steve Harris lui-même ne s'y est pas trompé en signant ce groupe sur son label. Deeds pratique un heavy rock tout ce qu'il y a de plus burné, la créativité en moins, et ce groupe aurait pu se tailler un joli succès si il était apparu dans les années 80. Malheureusement pour eux, ils sont arrivés avec 15 ans de retard. En tout cas, Deeds se rapproche bien plus de l'esprit qui animait Iron Maiden sur ses 2 premiers albums que Paul Di'Anno lui-même avec ses innombrables groupes.

SENTENCED - Frozen

Le meilleur album de Sentenced : mélodique et dynamique de bout en bout. Rien à voir avec le black metal des débuts, ni même avec les prises de têtes gothiques et atmosphérico-dark-doom qui inondent le marché. Et écoutez moi ces guitares un peu, magnifique.

GRAVE DIGGER - Excalibur

Du heavy metal germanique puissant, carré, mélodique quand il faut, des chœurs guerriers terriblement accrocheurs et qui ne versent jamais dans le pompeux contrairement à nos amis de chez Manowar et Rhapsody. Plus mélodique et moins linéaire qu'un Tunes of war, Excalibur reste un de mes favoris de Grave Digger.

ROYAL HUNT - Fear

Du tout bon, le départ de DC Cooper passe quasiment inaperçu. John West est le remplaçant idéal, son timbre de voix colle parfaitement au style chassieux et parfois FM de Royal Hunt. Peut être pas aussi marquant que Paradox, Fear n'en reste pas moins un très bon album, avec de superbes moments comme le titre éponyme et épique Fear.

STEEL PROPHET - Dark Hallucinations

Sûrement le meilleur album des américains de Steel Prophet. Du heavy-speed couillu, mélodique et terriblement efficace, tout droit sorti de l'époque Walls of Jericho (y'a pire comme référence), et paradoxalement, un album rafraîchissant. Largement aussi bon qu'un Time of the oath par exemple.

THE BRONX CASKET CO - The Bronx Casket Co

Un projet metal-gothique réunissant des membres d'Overkill, Misfits et Shotgun Symphony pour un album très heavy (avec Jack Frost à la guitare, le contraire nous aurait étonné) et parfois des ambiances gothiques sombres et " bon marché " (comprendre, pas de prise de tête dépressive ici). Le chanteur des Misfits change complètement de registre et nous éblouit par tant de classe, pour un peu, il rivaliserait presque avec Peter Steele.

MOONSPELL - The Butterfly Effect

Un gros risque a été pris après le sublime Sin/Pecado. Mais ce virage vers un style plus indus, parfois proche de Rammstein, est réussi, les titres ont un rythme martial et très accrocheur (I am the eternal spectator). Quelques titres plus calmes de toute beauté viennent également calmer le jeu. C'est le dernier album de Moonspell que j'apprécie, j'aime pas trop ce qu'ils ont fait après.

VISION DIVINE - Vision Divine

Un très bon album de speed mélodique, avec des membres de Rhapsody et Labyrinth. On ne retrouve pas ici toutes les orchestrations grandiloquentes de Rhapsody, le style est plus proche de Malmsteen. Fabio est toujours aussi magistral dans son rôle de chanteur de heavy bolognaise.

CINDERELLA - Live At The Key Club

Excellent moyen pour découvrir ce groupe de glam des années 80, car il n'y a pas ici les carences de production des albums studios (comme sur Long cold winter). Cinderella est surtout glam par son look mais sa musique dépote vachement. Des compos énergiques et efficaces qui ne regroupent pas les clichés des années 80 comme Def Leppard ou Poison, des ballades accrocheuses et jamais mièvres. Un seul mot d'ordre : rock 'n' roll.

IRON MAIDEN - Transilvania 666

Le meilleur tribute d'Iron Maiden, avec des reprises assez originales comme cette version de Fear of the dark au piano, un Wasted Years version électro ou Holy Smoke repris façon punk déjanté avec un chant d'ado prépubère. Pour une fois qu'il n'y a pas que des groupes de black et de death sur un tribute de Maiden, autant en profiter.

MOTORHEAD - Everything Louder Than Everyone Else

Un double live puissant de Motorhead, avec un batteur pas toujours à sa place. Mikkey Dee est un batteur carré de heavy metal ou de hard rock à la Dokken, mais pas de rock 'n' roll. Ce sont surtout les titres les plus récents qui passent le mieux. Pour les vieux classiques, où est passé le groove rock 'n' roll de Philthy ? Les amateurs de bruit et du metal bourrin des années 90 seront sûrement aux anges, les nostalgiques du Motorhead rock 'n' roll resteront un peu dubitatif

MARILLION - Marillion.com

Marillion sortait beaucoup d'album à cette époque, trop même (un par an), et l'inspiration ne suit pas toujours. Marillion.com est ni meilleur, ni moins bon que Radiation, mais il rassurera les déçus de Radiation, sans pour autant susciter un énorme enthousiasme (on attendra Anoraknophobia pour ça). C'est l'album le plus pop de Marillion, quelques moments sublimes pour les ballades (Enlightened, Go !, House) mais ça manque parfois d'un peu de consistance.

METALLICA - S&m

Le mélange orchestre + metal ne fonctionne pas toujours très bien avec Metallica. En dehors de l'instrumental Call of ktulu et des pièces épiques de Load (Bleeding me, The outlaw torn), l'orchestre ne sert pas à grand chose, et parfois même, gâche certains morceaux (Master of puppets, Devil's dance). Je retiendrais surtout un concert intense de Metallica, avec un orchestre qui est surtout là en tant qu'argument publicitaire

GAMMA RAY - Powerplant

Depuis Somewhere out of space, Gamma Ray a perdu le style happy happy qui était le sien au début de sa carrière. Gamma Ray devient progressivement quelconque et se confond presque avec la horde de groupes de true metal, un style dont Kai Hansen reste à ce jour le principal géniteur. Powerplant contribuera à sa façon au retour du heavy sur le devant de la scène, avec Hammerfall. A part le tubesque Send me a sign et le très accrocheur Wings of destiny, le reste est convenable mais vite lassant, surtout le chant halfordien par moments de Kai Hansen.

DREAM THEATER - Metropolis Pt 2...scenes From A Memory

Après le mainstream Falling into infinity, Dream Theater revient vers une musique progressive à souhait. Malheureusement, pas mal de ballades et de mélodies pop mièvres (comme le refrain de Home par exemple) ont envahi le répertoire de Dream Theater. Le responsable ? Jordan Rudess aux claviers, son arrivée a considérablement ramolli le groupe, car Dream Theater était encore énergique sur Falling into infinity avec Derek Sherinian. James LaBrie a aussi nettement adouci son chant et est devenu incapable de monter dans les aiguës comme il le faisait à l'époque d'Images & Words et Awake. Un album de qualité qui ravira les fans, sauf ceux restés bloqués sur l'époque Kevin Moore.

ANATHEMA - Judgement

Je reste accro à l'album Eternity, à mi-chemin entre voix claires et voix caverneuses, d'une beauté et d'une noirceur inégalable. Anathema ne faisait pas encore du Radiohead à l'époque de Judgement (ça viendra après), mais ce disque aux relents pop évidents m'ennuie un peu, malgré des passages sublimes.

SCORPIONS - Eye To Eye

Scorpions fait du Inxs ! ! ! Le groupe a voulu moderniser son style, et on peut dire que c'est réussi sur certains titres qui apportent un peu de fraicheur (Mind like a tree qui sonne un peu comme du Rammstein). Mais on a trop souvent la désagréable impression d'écouter du Georges Michael avec des guitares, comme sur le single To be number one. Peut être trop pop et mièvre pour du Scorpions, mais pas aussi choquant que ça finalement, car c'est loin d'être la 1ère fois que Scorpions verse dans le mainstream.

TRANSATLANTIC - S.m.p.t.e

Beaucoup de bruits autour de ce side project réunissant la crème du rock progressif (Spock's Beard, Flower Kings, Marillion et Dream Theater). Un hommage au rock progressif des années 70, avec des influences évidentes (Yes, Beatles et surtout Spock's Beard malheureusement puisque c'est Neal Morse qui a composé l'essentiel du disque). A part le 1er titre, le fabuleux All of the above, je trouve ce disque assez indigeste, je préfère m'écouter les vieux albums de l'époque. Enfin, All of the above dure quand même plus de 30 min, donc j'apprécie la moitié de l'album, c'est déjà pas mal.







1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod