Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1984 We Want Moore
2001 Back To The Blues
 

- Style : Inglorious, Rory Gallagher
- Membre : Black Country Communion, Snakecharmer, Deep Purple, Glenn Hughes , Uriah Heep
- Style + Membre : Thin Lizzy, G-force, Wild Horses [uk], Rainbow, Msg, Ufo
 

 Site Officiel (32)

Gary MOORE - After Hours (1992)
Par JEFF KANJI le 9 Juin 2012          Consultée 3393 fois

GARY MOORE vient en 1992 nous servir un nouveau disque. Allons bon ! À quoi devons-nous nous attendre cette fois-ci ? La question est légitime car le guitariste Irlandais a désarçonné beaucoup de monde en 1990 avec un "Still Got The Blues" au titre évocateur dont les aspirations revenaient aux racines même du rock, délaissant par la même occasion les atours hard qui faisaient le charme de Gary Moore depuis la fin des seventies. Force est de reconnaître que le virage artistique opéré fut un vrai tour de force, donnant à Gary Moore son plus gros succès depuis "Parisienne Walkways" et son album le plus vendu à ce jour.

"After Hours" annonce la couleur à l’image de cette pochette en noir et blanc (!!) très intimiste où Gary Moore s’exerce sur son instrument fétiche (une Gibson Les Paul qui lui fut offerte par Peter Green) entouré d’un piano et d’une batterie. On reste dans la veine de l’opus précédent et on peut d’ores et déjà assurer que Gary Moore continue dans la voie du blues. Le contenu de l’album ne viendra pas démentir cette affirmation mais on n’aura pas pour autant droit à une copie de l’opus précédent.

"After Hours" alterne morceaux originaux signés de la main du maître et reprises de standards du blues. Et j’ai de toute évidence globalement préféré les compos de Gary (plus rock dans leur approche) bien que son art de la réappropriation ne soit plus à démontrer (il a par le passé brillamment repris les YARDBIRDS et FREE entre autres). Les singles extraits du disque sont d’ailleurs bien représentatifs de l’opus. "Cold Day In Hell" pour commencer. Ce titre a presque des relents de variet’. Les lignes de chant FM de GARY MOORE font une nouvelle fois mouche et le renfort des cuivres colorent particulièrement le blues rock de ce titre où la guitare garde presque toujours la parole. Un nouveau classique du répertoire de GARY MOORE, tout comme la ballade "Separate Ways" qui nous rappelle le talent du bonhomme dans ce domaine. L’introduction aux cuivres laisse place à de douces nappes d’orgue sur lesquelles vient se poser la guitare en son clair rappelant à bien des égards les succès de GARY MOORE dans ce domaine ("Empty Rooms", "Parisienne Walkways"). Une approche plus FM que celle de "Story Of The Blues" où la guitare à la parole pour nous guider sur un blues mélancolique. Les chœurs féminins viennent renforcer cet aspect et "After Hours" donne par moments l’impression d’écouter un (très bon) disque de Joe Cocker avec la voix de Gary Moore dessus.

La guitare y est tout de même plus volubile et "Since I Met You Baby" voit Gary Moore échanger avec BB King et sa célèbre Lucille. La strat se déchaîne littéralement sur "Only Fool In Town" nous rappelant le shredder que peut être l’Irlandais. Ce morceau est rythmé par la guitare et il en est de même pour le titre suivant. John Mayall & The Bluesbreakers se voient ici transcendés par GARY MOORE qui nous fait plaisir en établissant des records de vitesse sur son manche pour répondre à l’énorme dynamique de ce titre. C’est là que la réappropriation fait des merveilles car on croirait entendre du GARY MOORE (ce qui fut mon cas car je ne connaissais pas le morceau original). Une autre cover vient prendre la suite avec "Jumpin’ At Shadows". Si les guitaristes passeront sûrement un excellent moment à se délecter du jeu du guitariste, la lenteur du titre casse la dynamique de l’album après être parti sur les chapeaux de roues enchaînant trois nouveaux classiques du répertoire de GARY MOORE et deux titres plus rythmés qui font remuer le popotin. "The Blues Is Alright" ramène un esprit big band où Albert Collins nous offre l’une de ses dernières performances avant son décès l’année suivante. L’un des morceaux les plus efficaces de la galette. Le refrain simplissime scandant le titre est d’une efficacité sans faille. Voilà qui donne envie de (re)découvrir l’œuvre de Little Milton. Et nous avons droit à une jolie ballade typique du style de GARY MOORE où la délicatesse du chant est colorée par un hautbois à la fois inattendu et particulièrement à propos : "Nothing’s The Same". La guitare y est magnifiquement inspirée et nuancée et pourra vous évoquer "Parisienne Walkways" ou encore "The Messiah Will Come Again" (sur "After the War").

GARY MOORE joue l’alchimiste en fondant covers et compositions originales au sein d’un même ensemble. Ce disque sonne cohérent du début à la fin (les bonus sont assez anecdotiques comme souvent à part "Movin’ On Down The Road" qui est pas mal) et l’apport des cuivres est indéniable. Ils ponctuent le discours guitaristique en lui conférant une couleur rythm 'n' blues qui pourra désarçonner les hardos car ils adoucissent le propos rapprochant comme je le disais ce disque de la variété. On est néanmoins en présence d’un album de qualité où la patte bien distincte du songwriter est de plus en plus subtile et aboutie. Si vous avez aimé "Still Got The Blues", nul doute que "After Hours" saura vous combler.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
Sheer Heart Attack (1974)
Patchwork Glam

(+ 1 kro-express)



QUEEN
Greatest Hits (1981)
La reine des Greatest Hits


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Gary Moore (chant, guitare)
- Tommy Eyre (claviers)
- Bob Daisley (basse)
- Johnny B. Gaydon (basse)
- Will Lee (basse)
- Graham Walker (batterie)
- Anton Fig (batterie)
- Martin Drover (trompette)
- Frank Mead (saxophone)
- Nick Pentelow (saxophone)
- Nick Payn (saxophone)
- Andrew Love (cuivres)
- Wayne Jackson (cuivres)
- Carol Kenyon (chœurs)
- Linda Taylor (chœurs)
- Richard Morgan (hautbois)
- Bb King (guitare et chant sur 4)
- Albert Collins (guitare et chant sur 9)


1. Cold Day In Hell
2. Don’t You Lie To Me (i Get Evil) (tampa Red Cover)
3. Story Of The Blues
4. Since I Met You Baby
5. Separate Ways
6. Only Fool In Town
7. Key To Love (john Mayall Cover)
8. Jumpin’ At Shadows (duster Bennett Cover)
9. The Blues Is Alright (little Milton Cover)
10. The Hurt Inside
11. Nothing’s The Same
- 2002 Remastered Bonus Tracks
12. All Time Now (extended Version)
13. Woke Up This Morning (bb King Cover)
14. Movin’ On Down The Road
15. Don’t Start Me Talkin’ (sonny Boy Williamson Cover
16. Once In A Blue Mood (instrumental)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod