Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (19)
Questions / Réponses (3 / 22)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dokken, Unbreakable, Trance
- Membre : Electric Sun, Msg, Ufo
- Style + Membre : Uli Jon Roth

SCORPIONS - Humanity - Hour 1 (2007)
Par POWERSYLV le 27 Mai 2007          Consultée 16484 fois

SCORPIONS. Un peu plus de 40 ans de carrière au compteur, 16 albums studio (en comptant ce dernier), une planète entière écumée par des shows grandioses et énergiques, l'aptitude à nous pondre des brulôts bien hard et heavy tout comme les ballades les plus poignantes ... SCORPIONS est un monstre sacré, et qui, pour l'anecdote personnelle, a compté presque autant qu'un IRON MAIDEN dans mon initiation metallique adolescente. C'est dire. Depuis les années 70 de l'ascension avec le camarade Uli Jon Roth jusqu'aux glorieuses années 80 plus heavy (où l'album Love At First Sting (1984) avec son "Still Loving You" a permis au groupe d'exploser devant un public plus large que la stricte confrérie metallique), SCORPIONS est devenu une légende vivante. Il y a 20 ans, le groupe avec un Savage Amusement aux sonorités heavy U.S. était au summun de sa gloire. Et en 1990, SCORPIONS prouvait avec un Crazy World mélodique mais un peu plus rèche qu'il savait encore nous secouer ...

Puis survinrent les vaches maigres des années 90 avec les départs du bassiste et du batteur historiques, et des albums comme Pure Instinct (1996) qui, sans être mauvais montraient l'animal en perte de vitesse, le dard largement émoussé, sans remettre en cause les qualités de compositeurs des inamovibles Schenker/Meine. Puis ce fut le trou noir : un album limite pop (avec des accents funk !) et un changement de look inadéquat avec Eye II Eye (1999) précipitèrent le groupe dans l'enclos de ceux qu'on ne voulait plus écouter sous peine de passer pour un ringard. Une bien triste fin de siècle. Et ce n'était pas l'album Moments Of Glory (2000) enregistré en public avec un orchestre symphonique et perçu par beaucoup comme une tentative éhontée d'imiter un METALLICA lui aussi en disgrace qui allait sauver la mise, ni même un Acoustica (2001) pourtant sympathique ...

C'était sans compter sur le fait que la musique est cyclique, un éternel recommencement ... avec les années en +, certes. En 2004, le très bon Unbreakable remet les pendules à l'heure en revenant vers des sonorités beaucoup plus metal/rock et avec enfin du matériel vraiment neuf. Les Allemands retrouvent les routes et les bons shows dynamiques d'antan devant un public qui les redécouvre enfin après des années de disette. Ah, cet Olympia 2005 ! Et je ne parle pas des réunions ponctuelles avec Uli Jon Roth (la Foire au Vins de Colmar) et d'une grand'messe de la SCORPIONS' Family lors d'un Wacken 2006 mémorable (avec Uli, Michael Schenker et son fils Tyson, Herman Rarebell). Il était alors de bon ton de retrouver ce combo légendaire, les nouvelles compos étant très sympathiques, la nostalgie faisant le reste.

2007, SCORPIONS nous revient avec cet album, Humanity - Hour 1. Produit par Desmond Child (qui a participé dans les années 80 à nombre de tubes de BON JOVI, KISS, AEROSMITH, ALICE COOPER ou Cher - voire par la suite Ricky Martin ...), Humanity - Hour 1 par l'ambiance parfois grave qu'il dégage et les thèmes qu'il évoque (sans être un concept) peut rappeler certaines facettes de Crazy World ou Pure Instinct. Car on se souvient qu'à partir de 1989, frappés par la chute du Mur de Berlin et du régime communiste, les SCORPIONS ont un peu mis de côté les clips aux créatures de rêves, les pochettes suggestives et le trip "Do you wanna rock'n roll ?" pour s'attarder sur des sujets plus sérieux, se souciant du sort du genre humain et de celui de la planète. Et bien ici on est en plein de dedans (à part peut-être "321" qui remet la "rock attitude" à l'honneur sur ce refrain bien efficace). Plus sombre qu'Unbreakable, Humanity - Hour 1 repose sur le constat que l'humanité court de plus en plus à sa perte ... cependant, il reste toujours une lueur d'espoir tant que des hommes croiront en l'Amour et en l'innocence (l'enfant en toute fin de disque). Bref, on est bien dans l'esprit du SCORPIONS qu'on connait depuis 17 ans.

Musicalement maintenant. La production est assez énorme et par moment limite écrasante je trouve, mais c'est tant mieux car la puissance des compos s'en retrouve renforcée. Surtout lorsque le Rudolf nous dégaine de gros riffs bien heavy à tomber par terre, je pense notamment à celui qui introduit "The Game Of Life" (avec la grosse frappe de James Kottak derrière) et qui est un lointain cousin de "Hurricane". Ou encore "Hour 1", le premier titre du disque qui ne fait pas dans la dentelle. Ou même "You're Lovin' Me To Death", frondeur sur le refrain mais auquel j'ai du mal à accrocher totalement. Quant à son compère Matthias Jabs, il reste toujours ce soliste discret mais inspiré - la guitare plaintive de l'intro du très beau "We Were Born To Fly". A l'instar de ce titre, il y a pas mal de morceaux structurés un peu de la même manière, à savoir un couplet plus doux où la voix toujours magique de Klaus fait mouche (un des plus grands chanteurs de hard/heavy à mes yeux) et un refrain plus puissant où le titre s'envole. Surtout dans la deuxième partie de l'album qui représente un peu son ventre mou ("Love Will Keep Us Alive", "Your Last Song", "Love Is War" ...). On aurait préféré un peu plus de surprises à cet endroit du disque pour ces chansons certes bien composées mais auxquelles il manque un peu de peps. Le talent de composition de SCORPIONS est pourtant toujours de très bon niveau et des émotions se font sentir essentiellement par la voix poignante de Klaus (mention spéciale à la ballade "The Future Never Dies", très réussie, avec l'ajonction de sonorités symphoniques et un piano; un petit air de QUEEN survole ce titre par endroits). Il faut attendre le dernier gros moment bien heavy du disque, l'avant-dernier morceau "The Cross" pour que l'oreille retrouve une vraie attention. L'album se termine sur la très belle chanson qui donne son titre à l'album, "Humanity". Il s'agit de ce que j'appelle dans mon jargon une "pseudo-ballade", un titre qui a des airs de ballade sur sa majeure partie mais qui possède un refrain plus rythmé. La fin illustre les propos du groupe avec une espèce d'explosion nucléaire, le thème de la chanson repris en jazz sur un vieux poste radio et ... la voix d'un enfant qui invite à se reprendre et à espérer : "It's Time".

Plus difficile à digérer qu'un Unbreakable, moins immédiat, Humanity - Hour 1 nécessite un temps d'adaptation, surtout pour ceux qui sont restés branchés à l'heure des "Blackout" ou "Coming Home". On sent un travail de fond sur ce disque. L'album s'explore et se révèle peu à peu. Pour être honnête, je l'avais trouvé moyen à la première écoute (si j'avais du juger sur une seule écoute, j'aurai mis 2.5/5) mais au fur et à mesure que je me l'approprie, je perçois des petites choses qui m'avaient échappées et qui me plaisent, dans la puissance ou dans les mélodies. Que l'on adhère au pas, une chose est claire : Meine, Schenker, Jabs et compagnie ont mis leurs tripes là-dedans, ça se sent. Preuve encore que pour ces quinquagénaires/sexagénaires, la musique et le hard rock restent un sacerdoce. Et rien que pour celà, pour leur passion et pour l'amour de leurs fans, nous ne les remercierons jamais assez.

Note : 3.5/5

PS : l'édition limitée contient en plus un DVD avec des scènes en studio et interviews, un titre bonus "Cold" et une gallery photo.

A lire aussi en HARD ROCK par POWERSYLV :


AUDREY HORNE
Audrey Horne (2010)
The fire walks with me…




HARDCORE SUPERSTAR
Beg For It (2009)
7ème opus entre crasse et paillettes


Marquez et partagez



Par GEGERS




 
   POWERSYLV

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- Klaus Meine (chant)
- Rudolf Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Pawel Maciwoda (basse)
- James Kottak (batterie)


1. Hour I
2. The Game Of Life
3. We Were Born To Fly
4. The Future Never Dies
5. You're Lovin' Me To Death
6. 321
7. Love Will Keep Us Alive
8. We Will Rise Again
9. Your Last Song
10. Love Is War
11. The Cross
12. Humanity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod