Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (3 / 13)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dokken, Unbreakable, Trance
- Membre : Electric Sun, Msg, Ufo
- Style + Membre : Uli Jon Roth

SCORPIONS - Face The Heat (1993)
Par DARK BOUFFON le 14 Avril 2004          Consultée 12938 fois

1993 : Scorpions sort l’album "Face The Heat" qui passe relativement « inaperçu » (en tout cas, en terme de ventes, on peut dire qu’il s’est ramassé !!). Et oui, qui se souvient vraiment aujourd’hui de cet opus ?? En effet, pour être bref (et un tantinet caricatural :), disons simplement que dans les premières années des 90’s, c’est l’âge d’or du grunge (Nirvana, Pearl Jam…) d’un côté et des Guns n’ Roses de l’autre. Les « gros » groupes de hard ou de heavy européen datant des 70’s ou du début des 80’s connaissent une traversée du désert ou entament un déclin qui n’ira pas en s’arrangeant : Judas Priest et Iron Maiden perdent chacun leur emblématique chanteur. Def Leppard commence sérieusement à s’enliser (si ce n’est déjà fait…). Quant à Saxon… n’en parlons pas… Bref, c’est le bordel !! Et, donc me direz-vous, quid de Scorpions ??

Et bien, contrairement à certains de ses collègues, les Allemands ont entamé les 90’s haut la main avec le très bon "Crazy World" et poursuivent leur bonhomme de chemin avec ce "Face The Heat" qui se veut dans la lignée de son prédécesseur, avec quelques titres plus heavy mais aussi avec davantage de ballades. Explications…

On a donc ici un album plutôt hard-rock avec des titres heavy (les imparables titres d’ouverture "Alien Nation" et "No Pain, No Gain" ainsi que "Nightmare Avenue"), d’autres plus hard rock’n’roll ("Someone To Touch", "Unholy Alliance" ou les catchy "Taxman Woman", "Hate To Be Nice" et "Ship Of Fools") mais aussi avec des ballades – normal pour Scorpions !! – ("Under The Same Sun", le plaintif "Woman" et les trois derniers titres de la galette).

Et franchement, même plus de 10 ans après, j’écoute toujours ce disque avec plaisir. L’inspiration était, à l’époque, encore au rendez-vous et la paire Rudolf Schenker / Klaus Meine nous pondaient des chansons toujours hautes en couleurs (cf. le solo de basse de "Hate To Be Nice") et d’un intérêt certain, avec des guitares incisives et des lignes de chant parfois agressives (enfin, ça reste du Scorpions quand même :), le tout couronné par la production tout à fait sympathique de Bruce Fairbairn. Malgré tout, la fin de l’album sent un peu trop la soupe et plombe bêtement cette galette qui dispose quand même de sacrées pépites. Bon, OK, ceux qui ne jurent que par les "Blackout", "Lovedrive" et autre "Love At First Sting" seront peut-être déçus de ne pas trouver dans cet album de tuerie absolue, de titre véritablement fédérateur. Et c’est peut-être justement ce qui manque à cet opus pourtant très intéressant : un ou deux gros hymnes qui restent gravés dans les mémoires. Il y a pourtant des refrains bien accrocheurs dans la plupart des titres qui vous trottent en tête pendant un bon moment…

Cependant, pour revenir sur le « problème » des ballades, cet album en comporte 5 sur un total de 13 titres… ça commence à bien faire !! Les deux premières sont à mon sens intéressantes ("Under The Same Sun" et surtout "Woman" que je trouve vraiment réussie avec son côté bluesy ultra-plaintif) car plutôt bien intégrées dans l’album. Mais alors grouper les trois autres en fin d’album bloque dangereusement la digestion de cet opus, surtout que ces dernières sont assez dispensables ("Lonely Nights", "Destin" et "Daddy’s Girl" ne sont pas horribles prises séparément mais on a l’impression de les avoir déjà entendues cent fois de la part de Scorpions. Les deux dernières sont d’ailleurs des bonus-tracks sur la version européenne… on aurait pu s’en passer !). L’album, dépassant les 50 minutes, n’avait pas besoin de ce surplus de guimauve qui préfigure hélas ce que Scorpions a pu nous pondre par la suite (avec le très mielleux "Pure Instinct").

Il n’en reste pas moins que ce "Face The Heat", même s’il n’a pas (ou peu) marqué les mémoires, est un album plaisant du combo allemand, certes pas un chef d’œuvre mais un opus qui mérite une attention certaine. Et franchement, sans ces foutues ballades redondantes à outrance, le 4/5 était acquis ! Ecoutez-le en zappant les pistes 11, 12 et 13 ;-)) Et puis, bon, profitez-en, parce que les deux albums studios qui suivirent furent… hum, comment dire… catastrophiques pour les amateurs de hard-rock !!!

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK BOUFFON :


RAGE
Reflections Of A Shadow (1990)
Heavy metal




BLAZE BAYLEY
Blood & Belief (2004)
Du heavy metal moderne toujours aussi bon


Marquez et partagez




 
   DARK BOUFFON

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Klaus Meine (chant)
- Rudolph Schenker (guitare)
- Matthias Jabs (guitare)
- Ralph Rieckermann (basse)
- Herman Rarebell (batterie)
- John Webster (claviers)


1. Alien Nation
2. No Pain, No Gain
3. Someone To Touch
4. Under The Same Sun
5. Unholy Alliance
6. Woman
7. Hate To Be Nice
8. Taxman Woman
9. Ship Of Fools
10. Nightmare Avenue
11. Lonely Nights
12. Destin
13. Daddy’s Girl



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod