Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/HEAVY MÉLODIQUE  |  STUDIO

Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Broken Bones
2023 Heaven Comes Down
 

- Style : Voodoo Smile, White Lion, H.e.a.t., Headrush, Locomotive Breath
- Membre : House Of Lords, Night Ranger, Rainbow, Roland Grapow, Rough Cutt, Ted Nugent, Ufo, Yngwie Malmsteen, Hear 'n Aid, Great White, Dirty Shirley, Winger, George Lynch , Accept, Blue Öyster Cult, Dio, Doro, Foreigner
- Style + Membre : Black Swan, Lynch Mob, Sweet & Lynch, Whitesnake, Ratt, Quiet Riot, John West , John Norum , Alice Cooper, Michael Schenker, Europe
 

 Site Officiel (880)
 Myspace (772)
 Chaîne Youtube (1160)

DOKKEN - Heaven Comes Down (2023)
Par JEFF KANJI le 8 Janvier 2024          Consultée 849 fois

Nous assistons au crépuscule des Dieux, même si ce terme pourrait paraître moins adapté à DOKKEN, qui bien qu'ayant bénéficié d'un beau succès, n'a jamais cassé la baraque comme WHITESNAKE ou DEF LEPPARD. Mais les artistes vieillissent c'est un fait. Ont-ils encore à l'intérieur ce feu créatif qui les pousse à continuer ? C'était vrai pour Don Dokken il y a encore deux trois ans.

Car depuis 2019 le sort s'est acharné. Sa voix était déjà fragilisée, mais surtout son opération du dos a connu des complications, et le musicien se retrouve maintenant privé de l'usage de sa main droite, ce qui le prive désormais de la pratique de la guitare mais limite également pas mal son autonomie en studio. Ainsi, les titres écrits pour le successeur de "Broken Bones" seront sans doute les derniers de DOKKEN. Crève-cœur ultime : Frontiers, pour valoriser la vente du vinyle, a effectué une sélection dans l'album de quatorze titres initialement soumis par Don Dokken au label italien. "Heaven Comes Down" se trouve donc amputé des quatre derniers titres sur lesquels Don jouait encore de la guitare.

Cela donne néanmoins un atout à cet album dont le titre, donné en réaction à l'état du monde et l'influence du conflit russo-ukrainien, fait écho au mastodonte de "Tooth And Nail" : avec ses dix titres, il est digeste et pour couronner le tout, cette crème de la crème nous donne un disque infiniment supérieur à son prédécesseur "Broken Bones". Composé par un line-up légèrement renouvelé, et non par le frontman seul, à l'image de ce premier titre "Fugitive" (musique de Jon Levin, paroles de Don Dokken) qui met l'album sur d'excellents rails.

"Heaven Comes Down" est le meilleur disque qu'on pouvait espérer de la part de DOKKEN à ce stade de sa carrière et en connaissance des avaries connues par le groupe. Doit-on y voir aussi une incidence des inédits exhumés par Don (et depuis sortis sous le titre "The Lost Songs: 1978-1980") ? En tout cas, Don l'avait dit à l'époque, l'un des plus vieux morceaux qu'il ait écrits se retrouve ici, et s'intègre parfaitement dans les titres composés entre 2019 et 2022. "Just Like A Rose" servi par la voix chaleureuse de Don et le jeu puissant de BJ Zampa (que la production de Bill Palmer et Kevin Shirley met parfaitement en valeur).

Un album balancé entre deux eaux : une volonté assez claire du label de proposer aux fans le DOKKEN classique, après avoir échoué à faire reformer plus durablement le line-up Lynch-Brown-Pilson-Dokken après la tournée de 2016, et un Don Dokken qui, exilé volontaire à Santa Fe, n'a pas particulièrement envie de regarder dans le rétroviseur et compose avec ses goûts actuels. On se retrouve avec un album donc très cohérent, et qui fait une bonne synthèse de l'identité de DOKKEN, sans pour autant sonner comme un ersatz des albums précédents (ce qui a toujours été selon moi une constante dans la carrière des Américains).

Un peu ralenti par des mid-tempi plus sentis mais qui peinent à dépasser les pensées que Don exprime par ses paroles ("I'll Never Give Up", "I Remember"), il y a malgré tout un petit quelque chose pour nous le rappeler (le refrain dans le cas de la première, le très bon solo de guitare de Jon pour la seconde). Le ton de l'album est plutôt posé, quand bien même la production est assez puissante (même si l'absence de Jeff Pilson se fait toujours sentir), et si les guitares sonnent très bien et accrochent l'oreille avec leurs riffs, il ne reste de Heavy Metal que les influences et un son. Don Dokken a mis le pied sur le frein vocalement (un peu contraint et forcé) depuis quinze ans, mais son timbre chaleureux (le bougre ne sonne clairement pas comme un papy malgré ses soixante-dix ans) fait malgré tout des merveilles sur "Heaven Comes Down" qui, s'il s'avère être le dernier album studio du groupe (selon les dires du principal intéressé, privé d'une bonne partie de ses aptitudes musicales), serait une sortie tout à fait honorable, et je l'écoute toujours avec plaisir.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SAXON
The Eagle Has Landed (1982)
Le Live emblématique de la NWOBHM




DOKKEN
Beast From The East (1988)
Ci-gît...


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Don Dokken (chant)
- B.j. Zampa (batterie)
- Jon Levin (guitare lead)
- Chris Mccarvill (basse)
- -
- Mark Boals (chœurs)
- Bill Palmer (guitare acoustique sur 10)


1. Fugitive
2. Gypsy
3. Is It Me Or You?
4. Just Like A Rose
5. I'll Never Give Up
6. Saving Grace
7. Over The Mountain
8. I Remember
9. Lost In You
10. Santa Fe



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod