Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

 Site Officiel (29)
 Bandcamp (17)
 Chaine Youtube (20)

VENIN - Venin (1986)
Par JEFF KANJI le 30 Juin 2018          Consultée 515 fois

Les efforts payent avec un following de plus en plus tangible autour des Sudistes qui composent VENIN. La cassette de la démo "Malédiction" s'est vendue comme des petits pains et le groupe doit alors transformer ses attentes en un album qu'il va doter d'un visuel des plus réussis (et colorés), sans équivalence en France en cette glorieuse année 86.

Enfin glorieuse… À l'échelle du Metal en général et du monde entier… Car en France, la vague de Hard commencée en 80 et qui a connu son expansion à partir de 83 est en train de péricliter à très grande vitesse. Passé le France Metal Festival de 1985 de l'année précédente, gouffre financier avec ses entre 2000 et 2500 spectateurs pour une affiche monumentale pour l'époque (ne manquait que SORTILÈGE parmi les leaders), le soufflé retombe ; Metal Attack sort son dernier numéro en février 86, et Enfer tiendra encore jusqu'à juin 87, en grande partie parce qu'il s'était fait une place de leader sur le marché (100 000 exemplaires à son pinacle).

Ainsi les groupes du sud comme VENIN ou ANTHRACITE (qui joueront d'ailleurs ensemble au Festival Hard-Heavy de Miramas en avril 86) n'ont pas eu leur chance, et leur difficulté à se faire produire et diffuser a clairement tué leur carrière dans l'œuf. VENIN a beaucoup composé pour ce qui aurait dû être son premier album. Certaines compositions traverseront d'ailleurs le temps pour atterrir sur "La Morsure Du Temps" en 2018. Les quatre musiciens, réunis sous le nom d'INFLATION les premiers temps, écumant les répertoires des BEATLES et des STONES, se sont mués en VENIN depuis quatre ans quand, devant un manque désolant de soutien, il va produire et enregistrer lui-même un Maxi 45-tours de quatre titres pour espérer se faire remarquer.

Le site du groupe permet de retrouver nombre de documents artisanaux d'époque, notamment le fait que début 1987 le groupe recherche désespérément un producteur. Il est parvenu à jouer en Île De France avec toutes les peines du monde l'année précédente et il a pu constater la différence de professionnalisme entre les groupes parisiens et les provinciaux. S'améliorant sans cesse et surfant sur le succès relatif de "Malédiction", il prépare les sélections du Printemps de Bourges et connaît son année la plus florissante, si bien que pour Noël 86, "Venin" sort enfin. Non retenu, il gagnera pourtant la sélection l'année suivante (classé deuxième) pour pouvoir jouer dans le célèbre festival en 88, aux dépends notamment de MASSILIA SOUND SYSTEM qui connaîtra une belle carrière dans son domaine.

Les quatre titres retenus ne sont pas tous inconnus, puisque "Passe-Temps" s'était déjà fait remarquer sur la démo de l'année précédente. On peut d'emblée noter que malgré des conditions d'enregistrement relativement spartiates, le son est très bon pour l'époque, mention spéciale aux guitares de Jean-Marc et Patrick qui forment un ensemble de riffs compact pour accueillir un chant en net progrès et bien mis en valeur. Le refrain est un hymne et les "À tout jamaaaaaais…" qui ponctuent le morceau sont extrêmement addictifs. Avec un titre plus groovy aux mises en place funky s'attardant sur le quotidien d'une prostituée sur "Femme De La Nuit", il est déjà temps de passer à la face B avec la plus sentie "Une Vie Pour Un Concert" et ses arpèges assez sombres qui rappellent un peu le SAVATAGE de la même époque. L'intro manque de finesse, notamment au niveau du chant, malgré des chœurs posés et le soutien aux chœurs de la voix de Fabienne, qui intervient régulièrement pour donner davantage de relief aux parties vocales. Il s'agit du morceau le plus faiblard, rehaussé de l'accent inimitable de Marseille sur le mot "concert" qui amène instantanément un rayon de soleil sur cet EP (bien que le terme soit un peu anachronique pour l'époque).

Sur les morceaux rapides, VENIN démontre une nouvelle fois sa maîtrise, achevant son "Venin" par un hymnique "Pensées Pour Eux", au texte une nouvelle fois bien ficelé, le groupe ne s'éloignant pas tellement des thèmes habituels chers au Hard Rock et au Heavy Metal des origines mais sachant manier notre langue avec une simplicité notable. Simplicité. C'est le maître-mot ici. Même si la musique est plus technique qu'elle n'y paraît, on n'atteint pas la sophistication dont fait preuve SORTILÈGE la même année, ni la poésie de Zouille, mais on dispose alors d'une alternative des plus prometteuses. Merci à Fabienne pour ces textes d'un autre niveau que ceux de la plupart des challengers de VENIN.

À l'heure où la scène s'éteint progressivement, VENIN n'a hélas aucune chance, et va lui aussi au fil des mois se déliter doucement, chacun vaquant à d'autres occupations, le quotidien constitué par le travail et la famille prenant davantage de place dans la vie de chacun… Après un ultime concert le 16 octobre 1987, l'aventure s'arrête. VENIN demeure une belle histoire, qui à mon grand bonheur continue aujourd'hui depuis que le groupe s'est réactivé en 2015 avec l'ex-batteur de MARÉCAGE avec qui il aura partagé plusieurs fois la scène en 85-86.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SAXON
Sacrifice (2013)
Réglé comme une horloge

(+ 1 kro-express)



NIGHTMARE
Insurrection (2009)
Heavy Mittal


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fabienne Battini (basse)
- Patrick Labriola (batterie)
- Patrick Ziad (guitare)
- Jean-marc Battini (chant, guitare)


1. Passe-temps
2. Femme De La Nuit
3. Une Vie Pour Un Concert
4. Pensées Pour Eux



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod