Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  DEMO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (32)
 Bandcamp (20)
 Chaine Youtube (27)

VENIN - Malédiction (1985)
Par JEFF KANJI le 4 Mai 2018          Consultée 897 fois

Plongée aujourd'hui dans les profondeurs du Hard Rock hexagonal. Les années 80 regorgeaient de combos du style qui n'ont pas tous connu la mise en avant qu'ils méritaient. C'est notamment le cas de VENIN, dont j'ai fait connaissance grâce à un obscur site qui proposait en téléchargement de vieux albums, des chefs d'œuvre oubliés qui méritaient d'être écoutés. Un bon moyen de rafraîchir ma playlist me suis-je dit et d'élargir mes horizons. À l'origine j'avais récupéré le Maxi éponyme sorti en 1986. Le format était très à la mode, et c'est de cette façon que SATAN JOKERS avait dû sortir son "III" l'année précédente.

VENIN est (et oui le groupe vient de proposer enfin un premier album en mars 2018, il ne fait donc pas partie du passé) un groupe marseillais fondé en 1981 qui fait partie de ces groupes qui ont vraiment eu la loose jusqu'au bout. Galérant à trouver un local de répétition, il ne commence à donner des concerts que l'année suivante, enchaînant début 84 sur l'enregistrement de deux titres. Mais son chanteur parti, le groupe retourne le problème dans tous les sens avant que ce soit le guitariste Jean-Marc Battini qui reprenne le micro, double-casquette qu'il assure toujours aujourd'hui.

Motivé il enregistre dans un petit studio marseillais une démo de sept titres sur un huit-pistes, à l'ancienne (de l'époque c'est dire) qui permettra de faire connaître un minimum cette formation intéressante. Cette démo, qui reprend le titre "Malédiction" et propose la première mouture de l'un des tubes de la bande qu'on retrouvera sur son Maxi de l'année suivante : "Passe-Temps", un brûlot Heavy Metal aux mélodies soignées, qui n'est pas sans rappeler le travail de BLASPHÈME à l'époque, mais avec un côté beaucoup moins MAIDENien. Inutile de dire que cette démo était proprement introuvable, sortie en cassette, sans pochette et distribuée de la main à la main au gré des concerts.

Mais grâce au travail d'archéologue de Caméléon Records, je suis désormais en mesure de vous parler de "Malédiction", réédité sous le titre de "Venin", ce qui sèmera sans doute un peu la confusion, car c'était aussi le titre du mythique maxi de 1985, inclus à ce nouveau pressage (le premier en cd), occupant les quatre premières pistes. Par ailleurs vous pourrez les trouver avec deux artworks différents, les deux ayant le point commun de mettre une sorte de Cléopâtre qui nous dévoile sa féminité sans complexe, la première étant la première réédition sortie par Mémoire Neuve en septembre 2015, à peu près au moment de la reformation du groupe et qui contient donc les titres de la démo uniquement, la seconde étant la version de Caméléon que je décrivais plus haut, dont l'artwork avait été utilisé pour la réédition du Maxi "Venin" de 1986, ça y est je vous ai perdus ?

Concentrons-nous sur "Malédiction". Le groupe n'a pas chômé, car nous avons sept titres à nous mettre sous la dent. C'est quasiment un album en fait. Et d'une manière générale, VENIN n'a jamais véritablement manqué d'idées car au moment de son split il lui restait des compos en stock, dont certaines allaient refaire surface, largement remaniées pour son premier véritable album "La Morsure Du Temps". Le niveau des guitaristes est particulièrement bon ("Chien À Trois Têtes") et le chant en français n'a absolument rien de ridicule, largement dans la moyenne de ce qu'on trouvait à l'époque.

Le son est forcément ce qu'il est, et "Malédiction" sonne assez Garage surtout au vu des ambitions qu'il dégage. Comme je l'évoquais plus haut, contrairement à beaucoup de groupes français de son époque, marqués au fer rouge par l'hydre MAIDEN/PRIEST avec en toile de fond un AC/DC énorme dans nos contrées, VENIN pratique une musique Hard mais beaucoup plus mélodique, qui d'un certain côté tient davantage d'un UFO qui aurait croisé le chemin d'un THIN LIZZY et de MSG surtout, soit une musique profondément marquée par son époque, mais à la combinaison un peu plus originale, un peu comme pour VOODOO CHILD en fait, autre formation méconnue au talent réel qui n'a elle non plus pas réussi à s'exporter en dehors de sa région d'origine.

Le tout demande encore à être poli et ajouré, mais au vu des moyens dont le groupe dispose, il apparaît que le groupe est déjà minutieux (jusqu'à ces arrangements de clavier subtils sur "Homme Libre"), malgré l'énergie qu'il développe et son écriture est déjà sacrément affûtée. Il a vraiment manqué le support d'un label pour que ce groupe se développe, ce qui lui aurait sans nul doute garanti un avenir bien plus radieux au sein de la scène Metal hexagonale de l'époque.

A lire aussi en HARD ROCK par JEFF KANJI :


QUEEN
A Night At The Opera (1975)
Is this the real life?

(+ 1 kro-express)



FREE
Fire And Water (1970)
Il y a le bon Hard Rock et le mauvais Hard Rock


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Fabienne Perrio (basse)
- Patrick Labriola (batterie)
- Patrick Ziad (guitare)
- Jean-marc Battini (chant, guitare)


1. Malédiction
2. Enfant De La Cité
3. Passe-temps
4. Déesse De L'amour
5. Chien À Trois Têtes
6. Mort Jeune
7. Homme Libre



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod