Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Broken Bones
 

- Style : Voodoo Smile, White Lion, Headrush, Locomotive Breath
- Membre : House Of Lords, Night Ranger, Rainbow, Roland Grapow , Rough Cutt, Ted Nugent , Ufo, Yngwie Malmsteen, Hear 'n Aid, Great White, Foreigner, Doro, Dio, Blue Öyster Cult, Accept, George Lynch , Winger
- Style + Membre : Quiet Riot, Ratt, Whitesnake, John West , John Norum , Europe, Alice Cooper, Lynch Mob, Msg, Sweet & Lynch
 

 Site Officiel (451)
 Myspace (416)
 Chaîne Youtube (574)

DOKKEN - Dysfunctional (1995)
Par MULKONTHEBEACH le 21 Juillet 2019          Consultée 553 fois

Je t’aime moi non plus, voilà comment on pourrait résumer les rapports entre Don Dokken et George Lynch, durant la carrière de DOKKEN, lorsqu’ils étaient encore acolytes.
Une alchimie parfaite sur le plan musical, mais un désastre une fois descendus de scène…
Toujours est-il qu’en 1995, Une première reformation a lieu, exit Elektra, leur label de toujours, Sony leur ayant fait une offre à laquelle ils ne pouvaient pas se refuser, au vu du paysage musical changeant, avec l’ère du Grunge notamment. "Dysfunctional" est produit par Michael Wagener, leur producteur fétiche, et force est de constater que la sauce prend toujours, en premier lieu au niveau du son. D’une clarté évidente, sans chichis mais suffisamment propre pour se retrouver immédiatement en terrain connu.

Qu’elle est dure cette décennie pour tous ces groupes estampillés Heavy Rock, ou autre Hair Metal, d’ailleurs, beaucoup n’y survivront pas, et DOKKEN non plus d’une certaine façon, mais ce qui est intéressant avec cet album, est qu’il est cohérent du début à la fin. Pas encore totalement fourvoyé par les envies consensuelles du guitariste de s’émanciper du style qui a pourtant fait son succès, ce disque s’écoute sans difficultés, et propose un voyage musical plutôt agréable. Bien évidemment, il y demeure moins de flamboyance que lors de l’âge d’or du groupe dans les 80s, mais il ne fait pas pour autant pâle figure dans la discographie du groupe. Assez homogène dans la forme, il dégage un Heavy Rock décomplexé, mélancolique même parfois. Classique dans la forme, tout en s’accommodant des diktats en vigueur à l’époque. Ainsi, "Hole In My Head", avec ses guitares légèrement sous-accordées, se distingue, avec un refrain typiquement DOKKEN. George Lynch a cette faculté que peu de guitaristes ont, de savoir s’économiser, en misant sur l’intensité de quelques notes disséminées, alors qu’il pourrait envoyer du « shred » à tout va . D’une virtuosité impressionnante, le gars est un grand versatile du manche, et est aussi à l’aise tant en rythmique qu’en solo, sans doute un des plus grands guitaristes encore en activité. Alors, "Dysfunctional", un album au titre prémonitoire ou bien injustement oublié ? La deuxième option est la bonne.

Les hymnes sont là, et bien qu’ils soient moins audibles en cette époque, ils résonnent dans notre tête avec un écho certain. On sent que l’album a été écrit d’une manière plutôt collégiale, mettant en avant chacun de ses protagonistes, à l’instar de "Too High To Fly", formidable titre Heavy, entraînant à souhait ! Le bassiste Jeff Pilson faisant ainsi les chœurs sur l’ensemble des titres. Cet album a de l’attrait parce qu’il rassemble tous les ingrédients qui ont fait le succès de DOKKEN, de l’écriture, de la complicité même dans l’adversité ou la concurrence, et une incroyable facilité d’exécution . D’une approche plus progressive, notamment avec "Long Way From Home", on ne s’ennuie pas vraiment à vrai dire. La reprise "From The Beginning" des pourfendeurs du Rock progressif EMERSON LAKE & PALMER est sublime, tandis que la balade de l’album qu’est "Nothing Left To Say", toute en retenue, est à tomber ! Les albums décriés sont à réécouter parfois, même souvent, parce qu’ils détiennent en eux quelque chose d’unique, en dehors du temps et des considérations mesurées par l’industrie musicale, qui se trompe presque à chaque coup. Mais comment lui en vouloir finalement ? La rentabilité fait partie du « business » et c’est bien normal, mais réhabiliter des albums pour leur gageure artistique, tel est aussi notre job !

On l’oublie souvent, mais Don Dokken est un formidable chanteur, au timbre très mélodique, et qui n’a pas besoin de s'époumoner pour monter dans les aigus, le « mid-tempo » qu’est "The Maze" nous le prouve une fois de plus, avec en toile de fond des chœurs très travaillés, une marque de fabrique du groupe depuis ses débuts. Quant à « Wild » Mick Brown, le bûcheron chevelu est fidèle à sa réputation d’excellent batteur de groupe, avec son jeu ultra dynamique, le speedé en fin d’album "What Price" le voyant envoyer de la double pédale à foison, tandis que Pilson et Lynch se font plaisir sur ce titre qui sent bon l’improvisation en studio… Au final, "Dysfunctional" est un album sincère et souvent inspiré, et qui n’a rien d’une bévue, au contraire. En le réécoutant sans en attendre grand-chose, vous pourriez ainsi vous surprendre à l’apprécier.

A lire aussi en HARD ROCK par MULKONTHEBEACH :


GUN
Taking On The World (1989)
Une première branlette éclaboussante !!!




HOLY BARBARIANS
Cream (1996)
Ian Astbury en free style psyché


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Don Dokken (lead vocals)
- George Lynch (guitars)
- Jeff Pilson (bass, backing vocals)
- 'wild' Mick Brown ( drums)


1. Inside Looking Out
2. Hole In My Head
3. The Maze
4. Too High To Fly
5. Nothing Left To Say
6. Shadows Of Life
7. Long Way Home
8. Sweet Chains
9. Lesser Of Two Evils
10. What Price
11. From The Beginning



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod