Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/HEAVY MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Broken Bones
 

- Style : Scorpions, Voodoo Smile, White Lion, Headrush, Locomotive Breath
- Membre : House Of Lords, Night Ranger, Rainbow, Roland Grapow , Rough Cutt, Ted Nugent , Ufo, Yngwie Malmsteen , Hear 'n Aid, Great White, Foreigner, Doro, Dio, Blue Öyster Cult, Accept, George Lynch , Winger
- Style + Membre : Quiet Riot, Ratt, Whitesnake, John West , John Norum , Europe, Alice Cooper, Lynch Mob, Msg, Sweet & Lynch
 

 Site Officiel (397)
 Myspace (370)
 Chaîne Youtube (506)

DOKKEN - Breaking The Chains (1983)
Par JEFF KANJI le 30 Juillet 2013          Consultée 2486 fois

DOKKEN, aujourd’hui un peu oublié lorsqu’il s’agit de citer les combos de Hard US influents des années 80, a fait partie des formations qui ont le plus contribué à donner ses lettres de noblesse au style. Pour faire un bon groupe de Hard US, il faut avant tout un bon chanteur. Don Dokken en est un ! Quand on pense que Monsieur a passé une partie de 1982 en studio en compagnie des membres de SCORPIONS, attendant de savoir si Klaus Meine se remettrait d’une opération des cordes vocales, on a une idée assez précise de la qualité du bonhomme qui dispose d’aigus étincelants et d’un grain de voix tout à fait particulier. Pour faire un bon combo de Hard US il nous faut un guitar-hero ! RATT avec Warren DeMartini, WHITE LION avec Vitto Bratta, DOKKEN a l’un des plus talentueux avec lui en la personne de George Lynch.

Après une première démo aujourd’hui reniée par Don Dokken lui-même (mais pourtant honorable), DOKKEN débarque avec son premier opus en septembre 1983 chez Carrere (cocorico) qui abrite en son sein SAXON à l’époque (entre autres). D’ailleurs la première édition de l’album intitulée "Breakin’ The Chains" comprendra la version studio du titre "Paris Is Burning" présent sur l’édition mondiale en version live avec un solo bien démonstratif du virtuose George Lynch. La légende (confirmée depuis par le vocaliste) de la participation de Peter Baltes (ACCEPT) à l’enregistrement de "Breaking The Chains" et le boulot en Allemagne constituent une originalité pour la formation américaine qui hérite donc d’une production à l’européenne avec un son aujourd’hui vintage mais toujours naturel (je pense aux productions de Beau Hill de la même époque qui ont dramatiquement mal vieilli : réécoutez "Out In The Cellar" de RATT).

Ainsi épaulés, nos jeunes poulains vont avoir dix titres pour nous montrer ce qu’ils ont dans le ventre. Pas si facile à catégoriser, la musique de DOKKEN, qui tire ses origines dans le Hard ricain (on peut percevoir des pointes de KISS ou d’AEROSMITH chez eux) sonne pourtant assez Heavy avec un sens mélodique particulièrement développé et mis en avant. La faute à qui ?
À un vocaliste à la voix claire qui ne force jamais son organe et qui préfère nous délivrer de belles lignes de chant ("Breaking The Chains", "In The Middle") plutôt que des vociférations énergiques à la Ian Gillan. La faute aussi à George Lynch, qui délivre des soli virtuoses soutenus par la guitare rythmique du chanteur et des riffs plutôt velus et à Mick Brown et Bobby Blotzer qui n’hésitent pas à enclencher la double grosse caisse quand cela s’avère nécessaire ("Live To Rock (Rock To Live )" qui pour le coup n’est pas sans rappeler le SAXON le plus mélodique, "Nightrider" entre le IRON MAIDEN de Di’Anno et son contemporain RIOT).

Alors comme sur la plupart des premières livraisons, DOKKEN n’est pas irréprochable et l’on retiendra essentiellement le hit "Breaking The Chains" au refrain addictif, le festif et speed "Live To Rock (Rock To Live)" ainsi que le fédérateur "Paris Is Burning". Pas que le reste soit désagréable, bien au contraire, l’album se tenant même bien sur toute la longueur. Les maladresses de composition de "Nightrider" ou "Felony" sont toujours contrebalancées par un riff ou un solo endiablé de George Lynch ou par les démonstrations vocales de Don Dokken, parfois encore un peu timides (les aigus faciles et puissants de "Seven Thunders", titre pouvant rappeler EUROPE à la même époque avec cette base Heavy mais à l’approche très Pop). Et le groupe n’évite pas quelques facilités, le titre qui parle de cul par excellence, "Young Girls", est dans un esprit très AC/DC facile, mais parfaitement dans le ton de l’époque… Surtout que DOKKEN pond là un titre d’une redoutable efficacité. Tout le monde jouait à ce jeu-là, rappelant que malgré des albums parfois plus moyens, les Australiens furent de véritables dieux vivants lors de cette décennie (il faut dire que "Back In Black" est sorti moins de deux ans auparavant…).

Cet opus s’adresse aux fans de cette époque bénie que fut les eighties tant il est en parfaite adéquation avec son temps, là où le Heavy se maidenise, où le comble du Metal extrême est atteint par VENOM, une époque où le Glam, le Thrash et toutes les ramifications à venir n’existent pas encore, du moins médiatiquement. DOKKEN est novateur pour son époque car il dispose de cette formule à mi-chemin entre Hard US et Heavy Metal à l’européenne qui lui ouvrira grand les portes de la gloire dès l’album suivant, quand il aura aura gommé les défauts de ce premier opus, plaisant mais pas exceptionnel.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


IRON SAVIOR
Live At The Final Frontier (2015)
À la maison avec les copains




Jon Oliva's PAIN
'tage Mahal (2004)
Jon Oliva libéré et inspiré, révèle son génie


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Don Dokken (chant, guitare rythmique)
- “wild” Mick Brown (batterie, choeurs)
- George Lynch (guitare lead)
- Juan Croucier (basse)
- Bobby Blotzer (batterie sur 8, 9, 10)
- Peter Baltes (basse, non crédité)


1. Breaking The Chains
2. In The Middle
3. Felony
4. I Can’t See You
5. Live To Rock (rock To Live)
6. Nightrider
7. Seven Thunders
8. Young Girls
9. Stick To Your Guns
10. Paris Is Burning



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod