Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD/HEAVY MÉLODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Broken Bones
 

- Style : Scorpions, Voodoo Smile, White Lion, Headrush, Locomotive Breath
- Membre : House Of Lords, Night Ranger, Rainbow, Roland Grapow , Rough Cutt, Ted Nugent , Ufo, Yngwie Malmsteen , Hear 'n Aid, Great White, Foreigner, Doro, Dio, Blue Öyster Cult, Accept, George Lynch , Winger
- Style + Membre : Quiet Riot, Ratt, Whitesnake, John West , John Norum , Europe, Alice Cooper, Lynch Mob, Msg, Sweet & Lynch
 

 Site Officiel (396)
 Myspace (363)
 Chaîne Youtube (503)

DOKKEN - Broken Bones (2012)
Par JEFF KANJI le 19 Juillet 2013          Consultée 2763 fois

Tout le monde s’en contrefout, mais DOKKEN est toujours vivant ! Depuis que Jon Levin a intégré les rangs de la formation américaine, on peut dire que la bande à Don a retrouvé une partie de son âme. Le départ de George Lynch, encore pleuré par de nombreux fans hardcore, avait un peu plus entraîné le groupe vers l’anonymat malgré l’excellent travail de Reb Beach sur "Erase The Slate" et celui, plus fin, de John Norum sur "Long Way Home".

On retrouve dans le jeu de Jon Levin ce qui faisait le charme de "Under Lock And Key" ou "Back For The Attack", à savoir des rythmiques plutôt originales alternant riffing en accords, double stops, et single notes, rompant avec les traditionnels powerchords devenus maîtres au cours des années 80 et les riffs en note-à-note à la "Enter Sandman", et des soli d’une vélocité et d’une sauvagerie toute LYNCHienne. "Tonight" est un bon exemple de solo virtuose que l’on pourrait tout à fait imaginer servi par les doigts de George Lynch. Le riff de "Blind", pas très éloigné de ce qu’on peut trouver chez EXTREME, apporte dynamisme et groove.

Du côté vocal, on sera ravi de retrouver une nouvelle fois un Don Dokken égal à lui-même, proposant des lignes de chant très laid-back, jamais forcées mais d’une articulation parfaite, et des harmonies vocales toujours redoutables ("Empire", "Victim Of The Crime", "Waterfall") qui sont l’une des marques de fabrique de DOKKEN depuis trente ans.

Les rythmiques de "The Victim Of The Crime" teintées d’harmonie orientale ou les lignes de chant téléphonées de "Broken Bones" viendront pourtant semer le doute et après quelques écoutes approfondies, il faudra se rendre à l’évidence : "Broken Bones" est poussif… Bien joué, exécuté avec une acuité toute professionnelle, il accuse un évident manque de folie et une inspiration en montagnes russes. On sera un peu dépité par la facilité du refrain de "Broken Bones" déjà cité ou encore les chœurs racoleurs, limite putassiers de "Best Of Me", titre qui abuse d’une recette WHITESNAKE-ienne devenue quelque peu indigeste avec le temps.

Le plus rageant, c’est que l’on perçoit encore les vestiges de la grandeur du groupe, qui délivre avec "Empire", "Blind", "Victim Of The Crime" et "Tonight" des petits tubes de Heavy Mélodique bien sentis et assez frais, démontrant au passage qu’une fois n’est pas coutume, DOKKEN, dès qu’il accélère le tempo, se révèle souvent irrésistible, tout comme le RIOT de Guy Speranza, bien que DOKKEN soit plus soft.

Passés ces quatre titres, judicieusement placés en ouverture, conclusion et milieu de l’album, "Broken Bones" s’avère décevant, car malgré sa grande homogénéité, son professionnalisme et les bonnes idées disséminées çà et là, il lui manque une étincelle qui lui permettrait de s’embraser totalement et de redonner un peu d’âme à "Best Of Me" ou encore à "Today" (qui utilise judicieusement une boîte à rythme d’inspiration électro habillée de guitares acoustiques). Les titres électro-acoustiques font d’ailleurs preuve d’un sens de l’arrangement assez fin que bien des formations du style ne peuvent approcher qu’en de trop rares occasions.

DOKKEN nous a bien eus en ouvrant son disque avec le meilleur titre de la galette : "Empire", qui s’avère être un brûlot de Heavy Metal irrésistible où le sens de l’accroche de DOKKEN paraît intact. Notez que le groupe nous avait fait le même coup sur "Erase The Slate". Je leur en veux, car cet album aurait mérité mieux (les soli de Jon Levin sont tous excellents) et Don Dokken aurait pu donner un peu plus de lui-même niveau interprétation. Ajoutez à cela une inspiration qui s'étiole un peu, vous voyez le tableau...

Un titre d’exception, trois bons morceaux et sept titres de remplissage, la sentence est irrévocable.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SABATON
The Last Stand (2016)
Le leader du Heavy




SATAN JOKERS
Sex Opéra (2014)
MILFS! Mothers i'd like to fuck!


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Don Dokken (chant, guitare rythmique)
- Mick Brown (batterie)
- Jon Levin (guitare)
- Sean Mcnabb (basse)


1. Empire
2. Broken Bones
3. Best Of Me
4. Blind
5. Waterfall
6. Victim Of The Crime
7. Burning Tears
8. Today
9. For The Last Time
10. Fade Away
11. Tonight



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod