Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  REMIX

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Blaze Bayley, Iron Maiden
 

 Site Officiel Du Groupe (1160)
 Myspace Officiel Du Groupe (528)

ARIA - Baptism By Fire Reloaded (2020)
Par JEFF KANJI le 23 Novembre 2020          Consultée 1007 fois

"Baptism By Fire" et "Armageddon" restent une parenthèse assez intéressante et particulière dans la carrière d'ARIA : c'est la période la plus compliquée à gérer pour le duo Holstinin/Dubinin qui voit le reste du groupe faire sécession pour suivre le très populaire Valery Kipelov… Mais c'est aussi celle qui va voir ARIA proposer coup sur coup deux des meilleurs albums de sa discographie avec son nouveau vocaliste Artur Berkut. Deux albums qui peineront néanmoins à convaincre durablement les fans du groupe, très attachés à la personnalité de Valery Kipelov. C'est d'ailleurs en partie ce qui incitera Vitaly Dubinin à se séparer de son nouveau chanteur avec qui il entretient des relations assez difficiles, après un ultime "Battlefield" qui sortira en single en 2009 (et proposé en bonus de cette nouvelle version de "Baptism By Fire).

Alors que le groupe prépare activement ses quarante ans de carrière, il décide de mettre à disposition l'intégralité de son catalogue sur les plateformes de streaming, comme c'est désormais devenu indispensable de le faire pour être visible. Seulement, la communication entre le groupe actuel et Artur étant ce qu'elle est, les deux parties ne sont pas parvenues à trouver un accord contractuel. D'ailleurs on pouvait bien observer qu'après l'énergique DVD "Hell's Dance", l'album "Armageddon" était complètement passé à la trappe en live, et "Baptism By Fire" conservait seulement les indéboulonnables "Coliseum" et "Baptism By Fire".

Réenregistrement pour des questions de droits donc. C'est pas la première fois que ça arrive, mais deux albums d'un coup, c'est la première fois que je vois ça (♫ C'est normal en Russie ♪). L'idée m'a d'ailleurs effleuré un moment de faire une seule chronique pour les deux disques, ce qui aurait très bien pu s'entendre, si ce n'est que le réenregistrement, étrangement, intervenu lors des mêmes sessions et enrobant "Baptism By Fire" et "Armageddon" dans le même écrin sonore laisse une appréciation un peu différente au moment de l'écoute comparative.

Commençons donc par "Baptism By Fire". Qu'est ce qui change fondamentalement ? Pas les musiciens, le line-up jouissant d'une stabilité exemplaire depuis bientôt vingt ans. Le rendu de leurs instruments par contre bénéficie plus ou moins de ce lifting. Le groupe a montré sur ses deux derniers albums studio qu'il souhaitait sonner moderne, et ne pas rester dans ses schémas d'écriture et de production années 80. De ce point de vue c'est réussi : tout est massif, des guitares (qui bénéficient particulièrement du réenregistrement, surtout sur les rythmiques, très compressées) à la batterie, qui en revanche pourra rebuter ; on sent qu'elle a en bonne partie été re-samplée ; c’est-à-dire que des échantillons sonores sont venus se superposer (voire remplacer) les éléments originellement enregistrés par Maxim Udalov (qui, à l'image de ses collègues, est resté extrêmement fidèle à son travail d'il y a dix-sept ans). Du coup la caisse claire et la grosse caisse font peine à entendre quand elles sont seules ; l'introduction de "Patriot" est à cet égard une quasi-catastrophe. En revanche, en situation cela renforce le côté Power Metal de certains titres comme "Patriot" justement, "White Flag" ou la deuxième partie de "Hangman", et le riff de "Battle" donne vraiment envie de se décrocher les cervicales (seule contribution de Sergey Popov, on sent que le gars officiait dans un groupe de Heavy Thrash).

Cela nous amène à l'élément qui change le plus, et sur lequel toutes les oreilles et les critiques seront tournées : Misha !
Mikhail Zhitnyakov est souvent vu par les vieux fans comme un clone de Kipelov, et ont la dent dure avec le jeune vocaliste, dont les performances ne peuvent souffrir franchement critique, que ce soit en live comme en studio. J'ai toujours trouvé qu'il représentait un parfait compromis ; il dispose de l'ampleur vocale qui lui permet de rendre hommage sans problème au répertoire lyrique de Kipelov, tout en ayant un petit fond de rocaille qui faisait tout le charme d'Artur Berkut. Ainsi la différence n'est pas toujours des plus flagrantes en définitive, tant qu'on ne regarde pas dans le détail. Car Misha a un peu moins de graves que Berkut et cette chaleur manque sur les morceaux les plus chiadés en interprétation, comme "Baptism By Fire" ou "Feast At The Prince Of Darkness" sur lequel le duo vocal Dubinin/Berkut fonctionnait mieux. Et puis "Colisseum" c'est Berkut point, il sera impossible de retrouver la grâce qui en a fait l'un des classiques de la formation. L'interprétation d'Artur Berkut possédait plus d'âme c'est indéniable, et Mikhail Zhitnyakov, en restant le plus possible fidèle à l'enregistrement original ne pouvait faire que moins bien. Ça sonne très pro, et sur certains titres comme "High Up There" on retrouve l'art des ballades épiques d'ARIA du temps de Valery Kipelov, le genre de morceau où Misha s'en sort peut-être le mieux en fin de compte.

Tout ça pour arriver à une conclusion : "Baptism By Fire" reste un putain d'album de Heavy, et cette nouvelle version vaut bien l'ancienne, sans la surpasser. Comme souvent quand ARIA réenregistre de l'ancien matériel, il parvient à rester à la hauteur de sa réputation, sans sublimer le passé, mais en l'honorant. Reste que ces petits soucis contractuels auront redonné une actu à ARIA et que pour ceux qui les auraient découvert au Pyrenean Warriors Open Air en 2019, ça fait deux très bons albums à se mettre dans les cages à miel. À noter que la version physique ne sera disponible tout de suite en cd et vinyle, il faudra pour cela attendre 2021.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ROYAL HUNT
2016 (2017)
Best of live




PRETTY MAIDS
Motherland (2013)
Confirmation pour les Danois !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Mikhail Zhitnyakov (chant)
- Vladimir Holstinin (guitare)
- Sergey Popov (guitare)
- Vitaly Dubinin (basse)
- Maxim Udalov (batterie)
- -
- Margarita Pushkina (textes sur 1-2, 4- 6, 8-10)
- Alexander Yelin (textes sur 3 & 7)


1. Patriot
2. Baptism By Fire
3. Colisseum
4. Hangman
5. Your New World
6. High Up There
7. White Flag
8. Battle
9. Feast At The Prince Of Darkness
10. Battlefield (bonus Track)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod