Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Fifth Angel
- Style + Membre : Loudness
 

 Site Officiel (430)
 Facebook (230)

ANTHEM - Gypsy Ways (1988)
Par JEFF KANJI le 20 Octobre 2020          Consultée 465 fois

Jeter un regard rétrospectif sur "Gypsy Ways" amène à se concentrer sur les choix judicieux entrepris par les Japonais. En effet, si Eizo Sakamoto rechantera avec ANTHEM après la parenthèse Graham Bonnet, c'est de nouveau Yukio Morikawa qui lui succèdera, comme ce fut déjà le cas après la tournée de promotion de "Bound To Break" qui sera documentée par le premier Live du groupe – "The Show Carries On!" que l'on peut de plus écouter dans sa version étendue depuis 2005. Il n'est donc pas nécessaire de faire dans le mélodramatique façon X-JAPAN (qui commence à agiter le landerneau avec la sortie d'un premier album complet l'année où ANTHEM va délivrer son magnum opus) ; Eizo saura rebondir en fondant ANIMETAL entre autres.

"Gypsy Ways" est le deuxième opus produit par Chris Tsangarides, qui prendra le soin de le faire masteriser par le pape de New York City Bob Ludwig, et celui qui va ouvrir à ANTHEM les portes de l'Amérique du Nord, ce que "Bound To Break" avait commencé à faire. Mais il lui manquait, dans un contexte où la scène de Los Angeles domine les débats, un disque plus radiophonique avec des tubes Hard que le public pourrait plus facilement reprendre. Le chant plus mélodique de Yukio aide, c'est indéniable, évoquant par moments celui si caractéristique de Graham Bonnet, une aubaine au moment où la carrière d'ALCATRAZZ bat de l'aile, faute de s'être jamais totalement imposé. Il est d'ailleurs, dans les milieux underground japonais présenté comme son alter ego nippon, pas pour rien.

"Gypsy Ways" est une évolution assez nette pour ANTHEM qui passe d'un groupe de Heavy Speed frondeur mais un peu mal dégrossi, à une redoutable machine à enfiler les perles. Ça joue toujours aussi bien avec des idées à tous les instruments, et un raffinement des compositions (ces soli souvent qui s'écartent de la trame principale – "Midnight Sun") encore jamais atteint. On sent que le travail d'écriture et le soutien de Chris Tsangarides ont aidé les Japonais à franchir un cap. Car n'allez pas croire qu'ANTHEM a remballé son artillerie, car le speed "Cryin' Heart" avec sa double grosse caisse quasi ininterrompue, est une des plus belles démonstrations de force sur un album de la formation.

Les titres sont plus lisibles et quasi tous disposent d'un refrain ultra efficace, mais surtout accrocheur, de quoi se rappeler de chacun des titres du disque après écoute, et donner envie de le réécouter. Il n'y a bien que "Legal Killing" qui ne convainc pas franchement dans ce domaine, cette tentative très inspirée des côtés les plus sombres de JUDAS PRIEST ne peut pas faire le poids après le fédérateur morceau-titre et ce "Bad Habits Die Hard", habité d'un esprit Hard Rock, où le mimétisme de Yukio avec Graham Bonnet est peut-être le plus saisissant.

Sinon, ANTHEM joue de toutes ses facettes avec virtuosité et n'est pris en défaut dans aucun domaine, y compris quand il tente le riffing plus groovy et la batterie qui pilonne ("Final Risk") association pas forcément gagnante sur le papier, où quand il opte pour un shuffle puissamment porté par une batterie, cette batterie, qui sonne incroyablement moderne pour l'époque ("Silent Child" – quel refrain !). Et histoire de bien voir que le groupe, non content de ne pas se reposer sur ses lauriers, regarde déjà l'horizon, nous avons avec le titre final "Night Stalker" une démonstration de modernité avec ce riffing sous-accordé qui à certains égards préfigure déjà la guitare Metal des années 90.

Si la perfection n'existe pas, et si "Gypsy Ways" est encore aujourd'hui considéré comme l'album de référence des Japonais, c'est qu'ANTHEM s'est sacrément rapproché du soleil avec ce quatrième album qui marque une forme de consécration, tout du moins dans son pays, où il peut jouer des coudes avec un LOUDNESS tout puissant qui va répliquer dès l'année suivante avec son brillant "Soldier Of Fortune".

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


ASTRAL DOORS
Evil Is Forever (2005)
Trinquons à la margarita




SMOULDER
Times Of Obscene Evil And Wild Daring (2019)
Progression fulgurante et très belle surprise !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Naoto Shibata (basse)
- Yukio Morikawa (chant)
- Takamasa Ohuchi (batterie)
- Hiroya Fukuda (guitare)
- -
- Yoshitaka Mikuni (claviers)


1. Gypsy Ways (win, Lose Or Draw)
2. Love In Vain
3. Bad Habits Die Hard
4. Legal Killing
5. Cryin' Heart
6. Silent Child
7. Midnight Sun
8. Shout It Out!
9. Final Risk
10. Night Stalker



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod