Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  DVD

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Blaze Bayley, Iron Maiden
 

 Site Officiel Du Groupe (1119)
 Myspace Officiel Du Groupe (520)

ARIA - Hell's Dance (2007)
Par JEFF KANJI le 9 Novembre 2020          Consultée 286 fois

Remplir une arène de douze mille places ? Facile pour ARIA. Cela peut donner en tout cas une idée de l'incroyable popularité de l'emblème du Heavy Metal made in Russia en ses terres. Pour nous cela peut paraître incroyable au vu de la taille plus que modeste de notre pays et de nos accointances tournées vers l'Ouest. Il n'empêche que pour sa troisième sortie vidéo, après l'emblématique "Made In Russia" et surtout le récent "Live Fire" qui datait de la tournée précédente, et filmé qui plus est au même endroit, ARIA va faire fort. Le palais des sports Luzhniki de Moscou est à ARIA ce que le Tokyo Dome est à X JAPAN, un rendez-vous incontournable où le groupe fait corps avec ses fans et livre ses plus intenses prestations.

Et les gars ont mis le paquet, avec introduction grandiloquente et diffusion de vidéos mettant en scène les membres du groupe en guerriers venus des quatre coins de la planète, combats sur scène en plein milieu de "Blood Of The Kings", les Russes ont mis le paquet. Pour autant la mise en scène reste au final plutôt sobre, les cinq musiciens sur scène avec leurs instruments (c'est mieux), et le claviériste d'appoint apparaît même de temps en temps à l'écran. C'est plutôt bien filmé, dynamique sans trop, avec quelques choix visuels qu'on n'oserait sans doute plus ici (comme ces aller-retours de zoom sur le batteur), cela confère un certain charme à "Hell's Dance" qui respire l'authenticité, voire une certaine forme de naïveté. Et je pense notamment à Artur Berkut qui débarque sur scène avec un sweet attaché autour de la taille qui ne fait rien pour rendre le bonhomme visuellement puissant, n'étant déjà pas forcément gracieux à la base.

On peut alors se rassurer quelque part en pensant que ce "Hell's Dance" ne fera pas trop redite avec "Live Fire", quoique la setlist soit au final un peu articulée sur le même principe, avec la quasi-totalité du nouvel album (ici "Armageddon") envoyée sur scène, panachée de quelques anciens titres. Ici c'est encore plus flagrant, et on peut d'ores et déjà affirmer, surtout au vu de la suite des évènements, que "Hell's Dance" c'est un peu la consécration d'Artur Berkut auprès des fans. Même si le mixage ne permet que de trop peu les entendre, il ne les lâche pas d'une semelle et ils le lui rendent bien, le tout sur un répertoire constitué à 80% de titres enregistrés avec lui.

"Armageddon" livre ses meilleures cartouches, et elles sont nombreuses. Le chant de Berkut est au top, et les extraits de "Baptism By Fire" sont magnifiés ("Kolizey", "Patriot" introduit par un solo de batterie de Maxim Udalov, "Baptism By Fire", "Feast At The Prince Of Darkness"), servis par un groupe hyper solide où Vitaly Dubinin tient la baraque efficacement, donnant même de la voix de temps en temps (et très présent sur les chœurs). La paire Holstinin/Popov est d'une efficacité redoutable, les deux six-cordistes se complétant à merveille, Serguey avec son jeu assez shred et plutôt moderne, et Vladimir avec sa talk-box, ses effets de vibrato et ses plans à la MAIDEN ; voilà une paire digne de la mythique association avec Mavrin dans les années 80/90 et peut-être même meilleure.

Le choix des anciens titres, hormis les énormes classiques "Ballad About Ancient Russian Warrior" (ponctué par un scream redoutable de Vitaly Dubinin, ce mec chante quasi aussi bien que Berkut !), l'hymne "Night Is Shorter Than Day" et "Rose Street" qui a ce rôle de finir les concerts depuis un paquet d'années, sont assez récentes puisqu'extraites du dernier album enregistré avec Valery Kipelov, avec notamment "Shtil" qu'Artur, guitare en main, parvient à s'approprier avec brio, en ne trahissant pas l'intention de l'original (ce que Mikhaïl Zhitnyakov aura bien du mal à faire par la suite).

En somme l'heure quarante on ne la voit absolument pas passer, la mise en son est puissante, avec notamment des guitares rutilantes et au premier plan, le jeu sobre mais hyper impliqué, et il n'y a aucun titre à jeter ! Une très belle réussite et un testament indispensable de l'ère Berkut (même si on ne le savait pas à l'époque). Seul regret peut-être, le documentaire sur la tournée... sans sous-titres.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


VOLBEAT
Let's Boogie! - Live From Telia Parken (2018)
Best of live : vidéo indispensable




ANTHEM
Tightrope (1986)
Premier classique


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Artur Berkut (chant)
- Vladimir Holstinin (guitare)
- Sergey Popov (guitare)
- Vitaly Dubinin (basse)
- Maxim Udalov (batterie)


1. Intro
2. Last Sunset
3. Colosseum
4. Messiah
5. Baptism By Fire
6. Guardian Of The Empire
7. The Blood Of Kings
8. Viking
9. Feast At The Prince Of Darkness
10. Alien
11. The Light Of Bygone Love
12. Calm
13. Night Is Shorter Than Day
14. Patriot
15. Ballad About Ancient Russian Warrior
16. Rose Street
17. Heaven Will Find You



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod