Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (2 / 2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Blaze Bayley, Iron Maiden
 

 Site Officiel Du Groupe (1017)
 Myspace Officiel Du Groupe (485)

ARIA - Blood For Blood (1991)
Par DARK SCHNEIDER le 26 Août 2008          Consultée 5477 fois

"Play With Fire" fut un point d’orgue dans la carrière d’ARIA. Mais la grande reconnaissance acquise par le groupe russe ne les mit pas à l’abri de tensions internes. En effet, en 1990, Dubinin et Mavrin quittèrent ARIA pour jouer dans un groupe allemand nommé LION HEART, les autres membres durent leur trouver rapidement des remplaçants. Heureusement, dès le mois d’août de la même année, nos deux dissidents revinrent au bercail. Cet épisode semblait annonciateur des difficultés que connaîtra le groupe quelques années plus tard. Mais pour l’heure, tout s’arrange et le groupe s’attelle à l’écriture de son nouvel opus. Celui-ci fût sorti en 1992 sous le titre de "Blood For Blood". Après le sommet artistique de "Play With Fire", le groupe avait fort à faire, il n’y a rien de plus dur que d’offrir un digne successeur à un album faisant office de classique. Défi relevé haut la main par ARIA : "Blood For Blood" est une fois de plus une réussite, qui se dispute avec son prédécesseur la place de meilleur album de leur discographie.

Première remarque à son écoute : ARIA s’est enfin affranchi de ses influences anglo-saxonnes parfois un peu trop marquées. Désormais, il n’y a aucun passage quel qu’il soit que l’on pourrait qualifier de copie, voire même de plagiat des leaders du Heavy Metal occidental. Bien au contraire, le groupe, souvent taxé d’IRON MAIDEN russe, préfère mettre l’accent de façon plus marquée sur ses origines slaves.

À ce titre, "Blood For Blood", le title track de l’album, est un pur chef d’œuvre ! Ce morceau, qui évoque le destin de Ponce Pilate, combine à merveille tout le savoir faire d’ARIA. En un titre, approchant les 8 minutes, nos musiciens montrent toutes leurs qualités (et elles sont nombreuses). Intro acoustique, riff principal teinté de mélodies slaves, refrain puissant et fédérateur, break de guitares doublées à la tierce... Le parfait morceau de Heavy Metal ? Mais ce n’est pas tout ! Outre les classiques duels de guitares nous permettant de nous délecter de somptueux soli, le groupe nous sort de derrière les fagots un superbe passage acoustique en plein milieu du morceau, le genre de passage que n’aurait pas rejeté un Ritchie Blackmore dans ses heures les plus médiévales. Inutile de vous dire que "Blood For Blood" est un classique absolu d’ARIA. Une vraie merveille.

Évidemment, ce 5ème album ne tient pas qu’à un seul titre : les autres morceaux sont également d’excellente facture. "Farewell, Norfolk!", un titre racontant la disparition du régiment de Norfolk lors de la bataille de Gallipoli, démarre le disque sous les chapeaux de roues, très généreux en mélodies de guitares (les amateurs vont se régaler) ; tandis que "Follow Me!" clôt le disque d’une façon plus belliqueuse, les guitares se veulent plus abrasives, plus saignantes, la partie instrumentale ne faisant pas de quartier.
ARIA ne se contente pas non plus d’aligner des morceaux de Heavy Metal calibré (à l’image du concis "Demons"). "Blood For Blood" le prouvait déjà, mais c’est aussi le cas du succulent "Zombie". Ce dernier est un mid-tempo qui se veut nettement plus Hard Rock dans l’esprit, sur lequel la basse de Dubinin groove à mort. Quant à "All That Was", ce titre fait dans la power ballade enlevée, et il s’agissait clairement de leur essai le plus réussi dans ce genre à cette époque.
Le superbe "Antichrist" nous propose une montée en puissance fulgurante : une première partie bien lente et sombre, avant que les guitares électriques ne se réveillent, que le tempo ne s’accélère et que l’on jouisse une fois de plus du jeu en harmonies des deux guitaristes et de leur flot de mélodies inspirées, avant un final transcendé par des chœurs. Brillant. Et ce n’est pas "No Need To Believe Me", une suite de "Hero Of Asphalt", qui tape dans un registre plus épique, qui va nous laisser en reste. Aucune fausse note donc sur cet opus.

Une fois de plus, on ne peut que souligner l’excellent travail effectué par des musiciens en totale osmose artistique. La section rythmique est ultra présente, Vitaly Dubinin développe considérablement son jeu et se distingue désormais nettement de Steve Harris (de gros progrès donc depuis "Hero Of Asphalt"). Les twin guitares sont au top niveau, il s’agit incontestablement de la meilleure paire guitaristique d’ARIA. Quant à Valery Kipelov, il propose un chant toujours aussi lyrique et puissant, pouvant parfois faire un peu penser à un Hansi Kürsch, mais en plus lisse et mélodique.

"Blood For Blood" est donc l’autre album indispensable d’ARIA avec "Play With Fire". Les Russes prouvent qu’ils sont un des meilleurs combos de Heavy Metal qui soit. Rien d’étonnant à ce qu’un tel groupe cartonne en Russie, il n’en demeure pas moins regrettable qu’il soit quasi inconnu au-delà de ses frontières. Mais à l’heure de la mondialisation, d’internet, il est enfin possible de se faire livrer directement dans nos boîtes aux lettres les albums d’ARIA. Et il n’est jamais trop tard pour découvrir de tels chefs d’œuvre…

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


VIRGIN STEELE
Wait For The Night (1983)
Le baroud d'honneur de Jack Starr




SAMSON
Shock Tactics (1981)
Le premier chef d'oeuvre de bruce dickinson!!


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Valery Kipelov (chant)
- Vladimir Holstinin (guitare)
- Sergey Mavrin (guitare)
- Vitaly Dubinin (basse)
- Alexander Manyakin (batterie)


1. Farewell, Norfolk!
2. Zombie
3. Antichrist
4. No Need To Believe Me
5. Blood For Blood
6. Demons
7. All That Was
8. Follow Me!



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod