Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2012 Broken Bones
 

- Style : Voodoo Smile, White Lion, H.e.a.t., Headrush, Locomotive Breath
- Membre : House Of Lords, Night Ranger, Rainbow, Roland Grapow , Rough Cutt, Ted Nugent, Ufo, Yngwie Malmsteen, Hear 'n Aid, Great White, Winger, George Lynch , Accept, Blue Öyster Cult, Dio, Doro, Foreigner
- Style + Membre : Ratt, Whitesnake, Sweet & Lynch, Lynch Mob, Quiet Riot, John West , John Norum , Europe, Alice Cooper, Msg, Black Swan
 

 Site Officiel (525)
 Myspace (483)
 Chaîne Youtube (669)

DOKKEN - Japan Live '95 (2003)
Par JEFF KANJI le 1er Août 2020          Consultée 175 fois

Don Dokken est un homme avisé. Et vu ses déboires en carrière il a bien été obligé de devenir prévoyant. Après l'injonction de ne pouvoir utiliser le nom DOKKEN pour plusieurs années, Don a réalisé le successeur de "Back For The Attack" avec une nouvelle équipe, avant de reprendre les rênes avec "Dysfunctional". Il a bien pris soin de filmer le concert acoustique de Noël 1994 (sorti sous le titre "One Live Night") qui signait la reformation de DOKKEN, n'étant pas sûr que le groupe tiendrait la distance, et s'attendant à un revirement de dernière minute de la part de George Lynch. Il n'en fut rien et ironie du sort, le lendemain de la sortie de "One Live Night", DOKKEN donnait ce concert japonais qui allait immortaliser la reformation pendant la tournée "Dysfunctional".

Le Japon… C'est là que DOKKEN avait enregistré son séminal "Beast From The East" sept ans plus tôt… Et avec quel succès ! Ce "Live Japan '95" ne sera pourtant pas sorti des cartons avant 2003, année où cet enregistrement viendra tenter de relancer les ventes de disques après un "Long Way Home" pas déshonorant mais signant le départ de John Norum, qui avait jusque-là été un partenaire de choix, inaugurant une décennie faite d'autant de hauts que de bas. Donc pendant que Jon Levin fourbit ses armes et écrit avec Don et Mick le futur "Hell To Pay", "Japan Live '95" tente de capitaliser sur le line-up classique, qui malgré tout fait toujours vendre !

Résultat, un concert au son très brut, qui n'épargne aucune approximation. Et on peut vite s'en rendre compte dès le speed "Tooth And Nail" dont George a les plus grandes difficultés à restituer ses performances précédentes. Il faut savoir que les relations avaient déjà commencé à se détériorer à nouveau, et même si l'on n'atteint pas les extrémités de la tournée de 88, il y a sans doute un poil de sabotage de la part du virtuose, quoi qu'il n'en soit pas à son meilleur niveau ce soir-là, même si certaines envolées au cours de ce Live pourront me faire mentir ("The Maze" notamment), mais le solo de "Kiss Of Death" est un véritable massacre.

À côté, le groupe possède toujours cette alchimie, et quand la basse de Jeff, la batterie de Mick et la guitare de George s'imbriquent avec autant de cohérence que sur le Heavy "When Heaven Comes Down", le lit est fait pour que Don, en grande forme, avec une voix un peu plus rugueuse qu'à l'accoutumée, ne fasse des merveilles. Ce Live est à cette image : il ne respire pas la subtilité mais il est rudement Heavy Metal, débarrassé des atours FM un peu encombrants de la décennie précédente, même si les chœurs de Mick et Jeff font toujours autant leur effet ("Into The Fire" (où ils sont loin d'être parfaits), "Breaking The Chains", "Unchain The Night").

Après, même si sa qualité n'est pas ultime, ce Live vaut davantage pour le support vidéo sur lequel il est sorti par la suite, car il permet notamment d'observer en écoutant le travail colossal abattu par Jeff Pilson, à la basse, aux chœurs, assurant les synthés en alternance avec sa quatre-cordes, tantôt en simultané à l'aide d'un pédalier, voire en lead, comme sur "Long Way Home" où il forme un duo vocal efficace avec Don. Parce que le spectacle n'est pas franchement au rendez-vous sans ça, et le son très brut pourra en rebuter quelques-uns, surtout quand moins de trois ans plus tôt on aura eu droit au "Live From The Sun". Mais au moins on a la quasi-certitude d'écouter au plus près ce que pouvait donner DOKKEN en live à cette époque où le Heavy plus sombre des années 90 le tentait. Il est d'ailleurs à noter que les extraits de "Dysfunctional" passent admirablement le cap de la scène. S'il n'est pas un excellent album, les titres choisis sont parmi les meilleurs et ne jurent pas au milieu des classiques alignés à la pelle depuis le début du concert, notamment "Shadows Of Life" avec sa rythmique sous-accordée et ses chœurs monocordes.

Et LA bonne idée de ce Live par contre, et de cette tournée, c'est d'avoir conservé l'acquis de "One Live Night". C'est ainsi qu'après "Breaking The Chains", Don et Jeff se saisissent de guitares acoustiques, et Mick d'un kit de percussions pour présenter un set acoustique qui se termine par une version originale de "Alone Again" sur laquelle les instrumentistes regagnent leurs instruments Rock pour lancer un dernier tiers de concert puissant et débridé (notamment ce "It's Not Love" plus agressif qu'à l'accoutumée).

En somme une sortie réservée avant tout aux fans ultimes du combo, qui veulent se faire à peu de frais un bootleg officiel, car c'est davantage de ça qu'on est proche. DOKKEN est bon en live dans ces années-là, particulièrement Don, au sommet de sa maîtrise vocale. "Japan Live '95" n'est pas excellent, la faute en partie à des chœurs pas toujours impeccables et un George Lynch qui paraît peu concerné par son sujet, et il est hélas enterré par un "Beast From The East" qui le précède avec classe, et un "Live From The Sun" tout aussi excellent. Et malheureusement la prochaine tentative d'enregistrement live au Japon sera encore moins bonne que ce Live de 1995, cette fois-ci la faute à un Don dont la santé chancelante aura irrémédiablement entaché les capacités vocales et le jeu de scène. À noter tout de même que ce Live a été réédité en 2007 en joignant le DVD à l'enregistrement audio, ce qui est tout de même un bonus puisque la vidéo propose deux titres supplémentaires avec "Paris Is Burning" et "In My Dreams" initialement joués en rappel.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


DOKKEN
Tooth And Nail (1984)
Maintenant c'est du sérieux !




SATAN JOKERS
Fetish X (2009)
Toujours Pas Fréquentables !


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Don Dokken (chant, guitare)
- George Lynch (guitare)
- Jeff Pilson (basse, claviers, chœurs, chant, guitare)
- “wild” Mick Brown (batterie, percussions, chœurs)


1. Tooth And Nail
2. When Heaven Comes Down
3. Into The Fire
4. Kiss Of Death
5. Shadows Of Love
6. The Maze
7. Long Way Home
8. Breaking The Chains
9. Unchain The Night (acoustic)
10. Nothing Left To Say (acoustic)
11. I Will Remember (acoustic)
12. Alone Again (acoustic)
13. Mr. Scary
14. It's Not Love
15. Paris Is Burning
16. In My Dreams



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod