Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Lione / Conti
- Membre : Gotthard, Krokus, Pink Cream 69, Gamma Ray, Helloween, Michael Kiske , Supared, Kiske - Sommerville
 

 Site Officiel (443)
 Myspace (421)

UNISONIC - Live In Wacken (2017)
Par JEFF KANJI le 27 Février 2019          Consultée 688 fois

Le grand retour scénique de Michael Kiske et Kai Hansen réunis. Le public du Wacken sera une nouvelle fois l'hôte privilégié d'une épiphanie pour les deux compères qui se retrouvent au sein du projet Hard/Heavy de Dennis Ward, qui a embraqué son pote Kosta Zafiriou, qui a un peu lâché du lest (il a notamment quitté FIREWIND) pour se concentrer mieux sur son poste de manager.

UNISONIC prend d'assaut la Party Stage (qui s'appelle désormais Louder), avec sous le bras un "Light Of The Dawn" qui a confirmé la belle impression de l'album éponyme, avec une approche encore plus tranchante, n'hésitant plus à mélanger mid-tempi Hard/Heavy ultra efficaces ("Exceptional") et Power des familles où la voix si pure du maître Kiske a le loisir de tirer la larme à n'importe quel metalhead nostalgique d'une glorieuse épopée qui est de nouveau sur les rails aujourd'hui. Kai aura mis plus de dix ans mais il y est parvenu.

Il faut se mettre à la place de ces metalheads qui voient Michael Kiske fouler à nouveau les planches d'un festival Metal de très grande ampleur après quelques passages remarqués avec AVANTASIA. À la tête de sa propre formation, l'homme à la voix d'or régale le public en se montrant un peu moins timide qu'à l'accoutumée (le DVD bonus, qui hélas ne reprend pas l'intégralité de la prestation, permet de s'en rendre compte), sollicitant l'attention du public à de nombreux moments, notamment sur "Star Rider" où lui et Kai s'amusent à jouer avec le célèbre "who you gonna call?" de Ray PARKER JR, ou encore quand lors de son préambule (en allemand encore), Michi fait monter la tension en annonçant un titre d'HELLOWEEN…

Le groupe nous livre une setlist en béton armé, majoritairement axée sur son second album qui récoltait alors les accolades des fans et de la presse spécialisée par wagons (Gegers le premier). Mais UNISONIC n'oublie pas non plus son éponyme avec son titre éponyme ultra dynamique, ou encore ce "King For A Day" signé Kai Hansen qui fait toujours son effet. Et quelle énergie ! Tous y contribuent, en particulier la paire redoutable Meyer/Hansen, qui se déchaîne, enchaînant les duels et les harmonies avec une dextérité dingue. Et ça démarre sur les chapeaux de roue !

L'enchaînement de l'introduction "Venite 2.0" avec "For The Kingdom" est tellement limpide que j'en avais oublié qu'il n'en est pas de même sur "Light Of Dawn". Les morceaux les plus enlevés prennent toute leur ampleur et les guitares rugissent. La basse ultra solide de Dennis Ward (de même que ses indispensables chœurs, Kai chantant un peu quand il y pense) sert de lit, et se distingue rapidement avec cet "Exceptional" qui voit son potentiel hymnique décuplé par l'exercice du live. On ne peut évidemment pas passer sous silence ce "A Little Time" trop rare, et retranscrit avec absolument tout le feeling nécessaire…. Et là le groupe rend hommage à l'une de ses icônes en invitant l'atmosphérique pont de "Victim Of Changes" du PRIEST pour une version fabuleuse où Kai Hansen laisse ressortir tout ce que KK Downing lui a apporté dans son apprentissage de la guitare Metal… Et UNISONIC de finir sa reprise d'HELLOWEEN comme si de rien n'était.

Le choix d'avoir écarté les trop évidents "I Want Out" et "Future World" est plutôt une bonne chose car le set d'UNISONIC conserve toute sa cohérence, la doublette finale "March Of Time"/"Unisonic" étant tout aussi définitive il faut bien le reconnaître. UNISONIC livre non pas juste un Live pour alimenter le marché, mais une prestation habitée où la bonne ambiance entre les membres du groupe ressort, et où le talent de Michael Kiske brille de mille feux. Il est incroyable de l'écouter reproduire avec autant d'implication et de beauté ces lignes mélodiques enchanteresses. Celui aussi qui semble mis au second plan par le charisme et l'influence gigantesque de Kai Hansen, c'est Mandy Meyer, qui pour ceux qui ne le connaissaient pas, est un véritable tueur à la guitare. Faites-vous plaisir (si ce n'est déjà fait), ce Live est excellent.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SATAN JOKERS
Symphönïk Kömmandöh (2018)
Magma sonore pour utilisateurs avertis




SATAN JOKERS
Sj 2009 (2009)
Les deux visages de SATAN JOKERS

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Michael Kiske (chant)
- Kai Hansen (guitare, chœurs)
- Mandy Meyer (guitare)
- Dennis Ward (basse, chœurs)
- Kosta Zafiriou (batterie)


1. Venite 2.0
2. For The Kingdom
3. Exceptional
4. My Sanctuary
5. King For A Day
6. A Little Time (cover Helloween)
7. Your Time Has Come
8. When The Dead Is Gone
9. Star Rider
10. Throne Of The Dawn
11. March Of Time (cover Helloween)
12. Unisonic

- Bonus Dvd
1. For The Kingdom
2. Exceptional
3. Your Time Has Come
4. When The Deed Is Gone
5. March Of Time (cover Helloween)
6. Unisonic



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod