Recherche avancée       Liste groupes



      
LIVE  |  DVD

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Lovebites
- Membre : Loudness
 

 Site Officiel (681)
 Myspace (746)
 Chaîne Youtube (1026)

X JAPAN - Blue Blood Tour Bakahatsu Sunzen Gig (1989)
Par JEFF KANJI le 26 Octobre 2020          Consultée 642 fois

16 mars 1989. X-JAPAN surfe sur le succès indépendant de son premier album autoproduit et compte bien passer le braquet supérieur avec sa récente signature chez Sony. Alors que "Blue Blood" s'apprête à sortir, le groupe investit le Koukaidou de Shibuya pour déjà présenter la plus grosse partie de ces titres, dont certains, comme "Orgasm", "X" ou "I'll Kill You" sont connus depuis déjà plusieurs années. En outre "Kurenai", même s'il va connaître son aboutissement sur "Blue Blood", était déjà présente sur "Vanishing Vision" (c'est d'ailleurs cette version qui est jouée ce soir-là, mais avec les paroles japonaises d'origine).

Le groupe est alors à fond dans sa période Visual Kei, et les looks des zicos sont absolument improbables, tels des superhéros ultra maquillés, et ne parlons pas des coiffures ! Outre Toshi qui en jette avec son attirail cuir et clous et son brushing de l'espace, on est davantage surpris par Pata avec sa Les Paul noire et sa coupe à l'iroquoise pour le moins impressionnante. Taiji ne fait rien comme tout le monde, très loin de l'emblématique look cowboy qu'il arborera sur la tournée "Jealousy", ici c'est avec une basse découpée façon Nikki Sixx et un boa noir sur veste en moumoute rose qu'il arpente la scène, avec toujours la même dextérité. Et puis il y a hide bien sûr, qui est peut-être le seul pour qui les extravagances vestimentaires et capillaires vont aller en s'amplifiant (le jeune prodige était garçon-coiffeur), et pourtant y a déjà du level.

Le montage est très sec, et on sent que certaines transitions ont été largement raccourcies voire escamotées, c'est assez flagrant par exemple au moment de l'enchaînement de "I'll Kill You" (amputé de sa fin) avec la reprise de T.REX, ou avec les soli de clavier (le groupe n'a pas encore les moyens de traîner un piano à queue sur scène), de batterie (où par contre ça bouge déjà pas mal) et de guitare, avec cette démence que hide insuffle à ce passage obligé du concert Metal revu et corrigé. Et finalement cela nous donne une setlist ramassée d'une heure, où il n'y a de fait aucun temps mort ! Pour les amateurs du X JAPAN le plus speed et agressif c'est juste le pied total.
Car absence de piano sur scène veut dire aussi que Yoshiki ne quitte quasi pas son siège de batterie (pas de "Endless Rain" donc) et il est en pleine bourre ! L'endurance de ce mec m'impressionnera toujours, même si ce jeu excessif finira par lui poser de sacrés problèmes deux ans plus tard.

Setlist qui présente un best of parfait des deux premiers albums, il n'y a rien à redire de ce côté-là, avec des versions particulièrement relevées de "Easy Fight Rambling" qui met Taiji en valeur, de "Stab Me In The Back" le single inédit sorti en octobre 1988, excessif autant dans son tempo que son interprétation, avec des gang vocals de Pata, Taiji et hide très efficaces. Tout n'est pas parfait même si la précision d'exécution est assez ahurissante, on n'en voudra même pas à Toshi de manquer de planter ses collègues à la sortie du solo de Pata sur "Orgasm". Toshi alors ? Souvent présenté comme le maillon faible d'X JAPAN, il livre une prestation tout à l'énergie où il n'oublie pas d'haranguer le public (nombreux il faut bien le dire mais pas repiqué c'est bien dommage) de sauter partout (même s'il ne court pas encore le 400 mètres comme il le fera à partir du moment où le groupe investira le Tokyo Dome). Son chant râpeux est raccord avec un groupe qui joue agressif et dont le répertoire ne s'est pas encore sophistiqué, se terminant sur une destruction de guitare règlementaire par hide qui sort de scène en se dandinant et la traînant derrière lui, comme s'il promenait son chien.

La cohésion du groupe est totale, avec un chassé-croisé au niveau des guitares particulièrement jouissif, Pata ne donnant pas sa part au chien au niveau des soli, sans parler des passes d'armes harmonisées. Un concert haut en couleurs, ultra énergique, par un quintette de jeunes loups qui veut bouffer le monde entier avec son Heavy Metal incisif et excessif, enchaînant les tubes (il n'y a vraiment aucun titre à jeter, et si ce Live existait au format audio, c'est sans doute l'un de ceux que j'écouterais le plus régulièrement).

"Blue Blood Tour Bakahatsu Sunzen Gig" est le premier volet de la série de vidéos "Visual Shock" qui courra jusqu'en 1995 avec les vidéos de promotion de "Dahlia". Celles sorties jusqu'à "On The Verge Of Destruction" (soit la Visual Shock Vol. 4) seront compilées dans un coffret DVD en 2008 dont je vous parlerai dans une autre chronique. Toutes les "Visual Shock" ne méritent pas nécessairement un papier, mais "On The Verge Of Destruction" très certainement, et ce "Blue Blood Tour Bakahatsu Sunzen Gig" absolument.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


VENIN
La Morsure Du Temps (2018)
Un retour qui fait plaisir




SAXON
Sacrifice (2013)
Réglé comme une horloge

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Toshi (chant)
- Hide (guitare, chœurs)
- Pata (guitare, chœurs)
- Taiji (basse, chœurs)
- Yoshiki (batterie, clavier)


1. Prologue ~ World Anthem
2. Blue Blood
3. Sadistic Desire
4. Easy Fight Rambling
5. Week End
6. Stab Me In The Back
7. Piano Solo
8. Drum Solo
9. Guitar Solo
10. 紅 (kurenai)
11. オルガスム (orgasm)
12. I'll Kill You
13. 20th Century Boy (cover T. Rex)
14. X
15. Unfinished



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod