Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Trans-siberian Orchestra, Doctor Butcher, Cellador, Power Quest, Aquaria, Oliva
- Style + Membre : Savatage, Circle Ii Circle
 

 Jon Oliva's Pain (570)
 Myspace.com/jonoliva (396)

Jon Oliva's PAIN - Festival (2010)
Par JEFF KANJI le 9 Avril 2017          Consultée 985 fois

On n'arrête plus Jon Oliva. Depuis qu'il s'est lancé dans l'aventure JOP, il tient un rythme d'un album tous les deux ans. Si le projet a pris une tournure particulière, outre la fidélité de ses membres (même si sur ce quatrième opus John Zahner est aux abonnés absents), la musique qui vit dans cette entité est hantée par un "Ghost In The Ruins" ; Criss Oliva. En effet, depuis que son frère Jon a découvert de précieuses cassettes contenant des idées communes, Jon Oliva's PAIN est devenu plus que jamais le nouvel avatar de SAVATAGE, permettant à son géniteur de lui rappeler le groupe à l'époque où son frère était encore en vie même si dans les faits on ne passe pas outre toutes les mutations d'écriture par lesquelles est passé le songwriter, aussi impressionnant vocalement que son embonpoint est inquiétant.

Car en effet on retrouve très souvent la couleur de "Streets" ici, mais aussi de "Poets And Madmen", le dernier opus du 'TAGE avec le Mountain King au chant. En témoigne ce goût immodéré des claviers qui tissent leurs toiles et leurs ambiances sans complexe (rappelez-vous "Commissar"). Si les côtés un peu démonstratifs de "Maniacal Renderings" avaient pu en refroidir certains, trouvant que la musique manquait un peu d'accroche sur la longueur, ce qui était aussi le défaut principal de "Global Warning" avec sa tracklist déséquilibrée, "Festival" est un album plus compact, pas nécessairement plus court que les précédents mais d'une efficacité sans faille.

Accompagné, dans son digipack en relief du plus bel effet, d'un livret très complet où Jon s'exprime sur la création de ces chansons et des parties qu'il a récupérées de Criss, on comprend assez rapidement pourquoi des titres comme "Lies" ou "Living On The Edge" viennent directement évoquer SAVATAGE. Matt LaPorte effectue toujours un travail remarquable, avec son jeu bien dans l'esprit de celui de Criss. On le retrouvera même au dulcimer sur "Afterglow" l'une des pièces les plus ambitieuses écrites par Jon, et qui n'a pas à rougir en face d'un DREAM THEATER (ce côté jazzy - miam !). Composé majoritairement à la guitare, à la différence de ses prédécesseurs, "Festival" est l'opus le plus Heavy depuis "Tage Mahal" et celui où la richesse sonore est la plus poussée. Si on était déjà habitué aux harmonies de guitare flamboyantes, aux enchevêtrements de claviers qui rappellent le travail du TRANS SIBERIAN ORCHESTRA, ici c'est la fête aux accordages étranges, aux changements d'ambiance dignes des plus audacieuses fresques QUEEN-iennes.

"Festival" porte son titre à merveille, tellement on retrouve à la fois la luxuriance de "Maniacal Renderings", l'efficacité de "Tage Mahal" et la couleur SAVATAGE, même si ce quatrième opus est loin de s'en contenter. Le travail sur les claviers n'est pas très éloigné de ce qu'on a pu retrouver dans les productions d'Arjen Lucassen ou de MARILLION par exemple, témoignage du goût de plus en plus prononcé de Jon Oliva pour le Prog, ce qui le conduira à exploiter cette direction sans complexe sur son album solo en 2013. Et oui, car même s'il est la tête pensante de son propre projet, Jon conçoit le travail de ses compères comme une part intrinsèque du son JOP. C'est particulièrement vrai au sujet de sa relation avec Matt LaPorte dont le décès subit à l'âge de quarante ans l'anéantira, lui évoquant au passage de bien tragiques évènements survenus dix-sept ans plus tôt.

Jon a fait appel à de nombreux invités notamment le batteur de KAMELOT, Casey Grillo, que l'on retrouve aux percussions, l'autre formation Heavy reconnue ayant émergée de Tampa, ainsi que Todd Latorre (CRIMSON GLORY, futur QUEENSRŸCHE). Richesse est le maître mot ici, quand ce n'est pas divertissement ; en effet il se passe toujours quelque chose d'inattendu, comme cette fête foraine, nouveau clin d'œil à QUEEN (on entend la même en introduction de l'album "Sheer Heart Attack") introduisant un morceau-titre tortueux aux arrangements particulièrement somptueux en forme d'immersion dans les cauchemars de Jon Oliva.

Contrairement à ses deux prédécesseurs, la pression ne retombe jamais sur "Festival" et la faculté de Jon Oliva à faire évoluer son écriture et ses sonorités est à saluer. Il nous rassure également vocalement, car si ses performances se sont toujours avérées honnêtes, il n'avait plus touché une telle excellence depuis des lustres, alternant la douceur, l'agressivité et les screams possédés en conquérant, comme "Lies" permet de le constater.

Avec de fortes réminiscences du SAVATAGE classique, plus fouillé que tous ses prédécesseurs, efficace comme "Tage Mahal", "Festival" constitue une forme d'aboutissement pour Jon Oliva's PAIN dont il restera sans doute l'ultime enregistrement, avant l'aventure solo et la remise en route de la machine SAVATAGE dont on attend impatiemment des nouvelles après le carton réalisé à Wacken en 2015.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


Jon Oliva's PAIN
'tage Mahal (2004)
Jon Oliva libéré et inspiré, révèle son génie




ROYAL HUNT
X (2010)
Highly recommended!


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jon Oliva (chant, claviers, guitare, orchestration)
- Matt Laporte (guitare lead, dulcimer)
- Tom Mcdine (guitare, chant)
- Kevin Rothney (basse, chant)
- Chris Kinder (batterie, percussions, chant, orchestration)
- Howard Helm (piano, claviers, orchestration)
- Casey Grillo (percussions)
- Tom Morris (guitare, orchestration)
- Jim Morris (guitare)
- Laurien Moahi (guitare)
- Jason Blackerby (percussions, chœurs)
- Dana Piper (guitare)
- Jesse Morris (chœurs)
- Todd Latorre (chœurs)


1. Lies
2. Death Rides A Black Horse
3. Festival
4. Afterglow
5. Living On The Edge
6. Looking For Nothing
7. The Evil Within
8. Winter Haven
9. I Fear You
10. Now
11. Peace



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod