Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Trans-siberian Orchestra, Doctor Butcher, Cellador, Power Quest, Aquaria, Oliva
- Style + Membre : Savatage, Circle Ii Circle
 

 Jon Oliva's Pain (666)
 Myspace.com/jonoliva (477)

Jon Oliva's PAIN - 'tage Mahal (2004)
Par JEFF KANJI le 20 Octobre 2016          Consultée 1533 fois

Quand sort "Poets & Madmen" en 2001, SAVATAGE est à bout de souffle. Avec l'importance prise par le TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA de Paul O'Neill et les défections successives d'Al Pitrelli (parti rejoindre MEGADETH) et de Zachary Stevens (qui aurait pu enregistrer l'album mais pas faire la tournée), SAVATAGE entre en sommeil pour plus d'une dizaine d'années.
Ce n'est pas pour autant que ses membres restent inactifs ! Chris Caffery s'acoquine avec John West (alors en poste chez ROYAL HUNT) et sort son premier album solo à la rentrée 2004. Zak Stevens, avec la complicité de Jon Oliva et du même Chris, fonde son propre groupe CIRCLE II CIRCLE. Et le TRANS-SIBERIAN ORCHESTRA réalise des tournées de Noël de plus en plus lucratives où l'hydre à deux têtes Oliva/O'Neill a fort affaire tant sur le plan artistique que sur l'aspect logistique et où la fine équipe se retrouve avec Johnny Lee Middleton, Jeff Plate, Chris Caffery et Al Pitrelli, soit la totalité du line-up ayant enregistré "Poets & Madmen".

Jon Oliva, toujours très occupé et foisonnant d'idées, commence à travailler sur son projet solo auquel collaborera Steve Wacholz (ex-SAVATAGE sur deux titres). D'abord baptisé PAIN, il devait à l'origine avoir un autre nom ; une blague faite par Criss Oliva, le défunt frère de Jon, qui lui avait dit que s'il sortait un album solo il devrait appeler le groupe 'TAGE MAHAL, histoire de faire un jeu de mots évident avec le célèbre monument et SAVATAGE. Pour des raisons de droit, afin de ne pas léser Taj MAHAL, Jon Oliva baptisera finalement sa créature Jon OLIVA'S PAIN. Le but avoué est de pouvoir produire les titres plus Heavy qu'il a continué à écrire pendant ses travaux avec TSO. Il joue six de ces nouveautés au memorial concert organisé pour les dix ans de la mort de Criss Oliva. Il demandera alors aux musiciens de CIRCLE II CIRCLE, avec lesquels il a collaboré pour "Watching The Silence", de le rejoindre pour ce concert un peu spécial (auxquels participeront aussi Steve Wacholz, Johnny Lee Middleton et Chris Caffery), et il s'avère que cela va tellement leur plaire qu'ils vont laisser tomber Zak Stevens par la même occasion.

Ainsi, si l'entité SAVATAGE ne sort plus rien sous son nom, nous avons bon nombre d'avatars à nous mettre dans les cages à miel et autant vous dire qu'entre le côté classieux, "Edge Of Thorns"-ien de CIRCLE II CIRCLE et celui plus torturé et sombre de Jon Oliva's PAIN, qui atteint la quintessence de l'ouverture stylistique montrée par des morceaux comme "Gutter Ballet" ou "Chance", on est plus que gâtés. Et ce premier album de Jon Oliva's PAIN est une véritable claque !

Prenant le parti de la luxuriance guitaristique et vocale tout en renouant avec le caractère sombre qu'avait SAVATAGE jusqu'à "Handful Of Rain" et le jeu vocal si particulier auquel sait se livrer Jon Oliva avec la large palette dont il dispose, "Tage Mahal" est sans doute, d'une certaine façon, le meilleur album de SAVATAGE depuis "Dead Winter Dead". Sa variété, l'interprétation magistrale de Jon Oliva et l'agencement des titres en font un incontournable de sa longue carrière.

"Tage Mahal" vous prend à la gorge dès les premières minutes avec "The Dark" et ses jeux vocaux qui en font une bande-son parfaite pour Halloween. Puis le Heavy majestueux de "People Say – Gimme Some Hell" où pas moins de vingt (!) titres de SAVATAGE sont évoqués à travers les paroles (à noter que "Poets & Madmen" et le quasi-renié "Fight For The Rock" sont les deux seuls albums qui échappent à la visite) débaroule, rehaussé de trompettes et de sax. On peut aussi évoquer le côté épuré de la conclusion "Fly Away" dépouillée au possible avec sa guitare acoustique comme seul accompagnement, ou encore le très théâtral "The Nonsensible Ravings Of The Lunatic Mind" qui se termine dans un déluge de rires démoniaques.

Mais qu'est ce qui change réellement par rapport aux travaux de SAVATAGE ou du TSO ?
Et bien Jon Oliva est un immense fan des BEATLES (évident sur le passage central Lennon-ien de "Guardian Of Forever"), de QUEEN et de BLACK SABBATH, et le moins que l'on puisse dire c'est que la deuxième influence est celle qui a progressivement donné son cachet au Heavy sombre mais raffiné de SAVATAGE avec des titres aventureux comme "Gutter Ballet", grâce aux encouragements de Paul O'Neill. Toutefois, c'est bien avec son projet solo que Jon Oliva pousse ses influences dans son écriture, "Tage Mahal" valant autant pour ses riffs massifs où le piano se taille une part de choix à la hauteur de la guitare d'un Matt LaPorte décidément inspiré, que pour les couches de guitares orchestrées / harmonisées ("All The Time"), les arrangements grandiloquents et le recours à des sections de chœurs ambitieuses que la versatilité de Jon Oliva rendent particulièrement théâtraux ("The Dark") et les jeux d'ambiances présents tout au long du disque ("Walk Alone").

Jon Oliva's PAIN propose sur ce premier opus un Metal mélodique pile poil fait pour votre serviteur, autant amateur de riffs Heavy avec ce fond noir et torturé que d'arrangements somptueux comme la Reine en a produit à la pelle, le tout enrobé d'influences évidentes venues de la musique classique. D'un certain côté "Tage Mahal" constitue peut-être l'album de SAVATAGE que j'avais toujours espéré, bien supérieur à "Poets & Madmen" et un bon cran au-dessus du "Watching The Silence" de CIRCLE II CIRCLE. Je tenais à le préciser car ma note finale, forcément subjective, est conditionnée par cette musique totalement adaptée à mes goûts.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SAXON
Sacrifice (2013)
Réglé comme une horloge

(+ 1 kro-express)



ROYAL HUNT
2016 (2017)
Best of live


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Jon Oliva (chant, claviers, guitare)
- Matt Laporte (guitare)
- John Zahner (claviers)
- Kevin Rothney (basse, chant)
- Chris Kinder (batterie)
- Steve Wacholz (batterie sur 7,10)
- Lee Mcelhaney (saxophone sur 2)
- Rusch Young (trompette)


1. The Dark
2. People Say – Gimme Some Hell
3. Guardian Of Forever
4. Slipping Away
5. Walk Alone
6. The Nonsensible Ravings Of The Lunatic Mind
7. No Escape
8. Father, Son, Holy Ghost
9. All The Time
10. Nowhere To Run
11. Pain
12. Outside The Door
13. Fly Away



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod