Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Audio-visions
1983 Drastic Measures
2016 The Prelude Implicit
 

- Membre : Streets, Deep Purple

KANSAS - Monolith (1979)
Par DARK BEAGLE le 14 Mars 2018          Consultée 632 fois

Souvent, sortir un album Live permet de prendre une autre direction en studio. Marquer une évolution, voir plus loin, aller de l’avant. Les exemples sont nombreux. Beaucoup de formations se sont réinventées, ont progressé, se sont remises en question après avoir donné un aperçu de leur savoir-faire scénique. QUEEN, après le "Live Killers", s’est ouvert aux synthés, METALLICA a pris tout le monde à contre-pied avec "Load", succédant à un "Live Shit" qui avait tout d’une bible, IRON MAIDEN se modernisait après un "Live After Death" qui résumait cinq albums. KANSAS, qui était au sommet de sa gloire après "Two For The Show", allait lui aussi opérer une mue.

Elle est cependant discrète. On reconnaît tout de suite le langage mélodique de la formation américaine, avec ce violon qui s’insère parfaitement dans ce tissu musical, ces harmonies vocales délicates qui font le charme de KANSAS, le tout de manière plus directe, sans les enluminures auxquelles le groupe nous avait habituées sur les albums précédents. Et pourtant, le charme n’opère pas vraiment. Pourtant, il présente plutôt bien cet album. Sa pochette s’avère très réussie avec cet Amérindien portant un casque spatial. Quand on regarde les illustrations intérieures, on découvre un paysage post-apocalyptique, vraisemblablement du Kansas, qui aurait été récupéré par son peuple originel.

Mais très vite, on comprend que le groupe va chercher à capitaliser sur son succès. KANSAS se veut moins alambiqué, plus posé aussi. Il y a bien quelques accélérations, quelques notes plus enlevées qui surgissent çà et là, mais il faut attendre "How My Soul Cries Out For You" pour retrouver toutes les saveurs Hard Rock du combo de Topeka. Ainsi, nous sommes cueillis par un "On The Other Side" qui joue à fond la carte de la mélodicité. Walsh chante bien, là n’est pas le problème, la mélodie n’est pas déplaisante, mais il faut bien avouer qu’il ne se passe pas grand-chose, jusqu’à cette partie instrumentale où le violon est là pour baliser le terrain à des guitares qui se veulent subitement plus Heavy, plus pressantes. Là, on retrouve le KANSAS des deux précédents opus studio, ces "Leftoverture" et "Point Of Know Return".

Mais il commence à y avoir clairement deux visions au sein de la formation. D’un côté, nous avons Steve Walsh qui tente d’apporter les pulsions Rock et Hard Rock, tandis que de l’autre, Kerry Livgren a une approche bien plus lisse et spirituelle. D’ailleurs, ce dernier fera ici constamment référence au Livre d’Urantia dans ses textes. Alors, le livre d’Urantia, c’est un énorme pavé de plus de deux mille pages constitué par un collectif d’auteurs inconnus (enfin, il paraît qu’il y a des êtres célestes parmi ces inconnus) dont l’approche est à la fois philosophique et spirituelle. On ne parle pas vraiment de croyance, l’organisme derrière tout ça ne se revendique pas d’une religion, ce n’est pas tout à fait une secte, mais cela finit par toucher aux Croyances, comme le prouvera la suite de l’histoire de KANSAS.

Et on se retrouve donc avec un album qui est en déséquilibre permanent. Coincé entre les agressions de Walsh et les prétentions de Livgren, le disque souffre d’un manque de cohésion assez flagrant, qui fait grincer des dents. Avec une tendance à partir dans tous les sens, "Monolith" devient un parent pauvre des opus précédents, où les éclairs de génie sont bien rares. Même "How My Soul Cries Out For You", qui a le mérite de réveiller l’ensemble avec son côté plus rentre-dedans, s’avère un brin fourre-tout net manque quelque peu de ligne directrice (même s’il convient de saluer Phil Ehart pour sa prestation derrière les fûts). "Stay Out Of Trouble" ne souffre pas des mêmes carences, mais le titre possède un refrain sympathique, certes, mais un brin téléphoné.

Et KANSAS avance constamment sur la corde raide. Suffisamment plaisant pour ne pas être emmené de force au pilori, mais pas assez homogène et inspiré pour être salué. De ce fait, "Monolith" peine à convaincre là où les disques précédents n’avaient aucun mal à s’imposer comme des pièces maîtresses à faire baver de jalousie les ténors européens du Rock Progressif. On tapera du pied sur "Away From You" qui prend des allures de gigue irlandaise, on sera séduit par la partie instrumentale démente de "On The Other Side", on applaudira "Angels Have Fallen" qui est de loin le titre qui s’affirme le plus comme étant du KANSAS pur jus, mais on regrettera toujours ce côté trop parcellaire qui nuit à la cohérence de l’ensemble.

Pour être un peu crû (comme le disait Jeanne d’Arc : l’important, c’est d’être crûe), "Monolith" a du mal à nous filer une demi-molle. Et c’est bien triste, parce que le groupe avait la possibilité de mettre le feu aux États-Unis et de conquérir le monde, après une triplette tout simplement homérique. Malheureusement, il en sera autrement. Bien sûr, à sa sortie, le disque profitera de l’engouement créé par les albums précédents, s’imposant au top 10 US, mais il sera toutefois une semi-déception au niveau des ventes au final, n’atteignant que tardivement le statut de disque de platine, au début des années 90. Et ce qui apparaît comme quelques dissensions au sein de la formation deviendront rapidement des tensions plus graves…

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


KANSAS
Two For The Show (1978)
Well, it's one for the money, two for the show !




KANSAS
Leftoverture (1976)
Fédérateur et génial


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Steve Walsh (chant, claviers)
- Kerry Livgren (guitare)
- Rich Williams (guitare)
- Dave Hope (basse)
- Robby Steinhardt (violon, chant)
- Phil Ehart (batterie)


1. On The Other Side
2. People Of The South Wind
3. Angels Have Fallen
4. How My Soul Cries Out For You
5. A Glimpse Of Home
6. Away From You
7. Stay Out Of Trouble
8. Reason To Be



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod