Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Audio-visions
1983 Drastic Measures
2016 The Prelude Implicit
 

- Style : Styx
- Membre : Streets, Deep Purple

KANSAS - Leftoverture : Live And Beyond (2017)
Par DARK BEAGLE le 22 Janvier 2018          Consultée 906 fois

KANSAS, c’est le genre de groupe qu’on n’a plus à présenter. La musique délivrée par le groupe a marqué son époque avec des chansons et des mélodies devenues cultes, avec en point d’orgue l’album "Leftoverture" en 1976 et ses morceaux de bravoure que sont "Carry On Wayward Son", "Cheyenne Anthem" ou encore "Magnum Opus". La formation a beaucoup bougé au fil des années, au point où certains membres fondateurs ne sont plus présents. Les Steve Walsh, Robby Steinhardt et Kerry Livgren ne jouent plus ensemble depuis longtemps, mais cela n’a pas empêché aux membres actuels de fêter dignement les quarante ans de "Leftoverture" en jouant l’album en intégralité. Rien que ça.

Autant se mettre d’accord tout de suite : KANSAS a sa carrière derrière lui. Il n’est donc pas étonnant qu’on ne retrouve que trois morceaux de "The Prelude Implicit" sur les dix-neuf qui composent ce double live. Et franchement, peut-on leur en vouloir ? Le fan dirait forcément non, vu que cela laisse bien plus de place au groupe pour interpréter ses classiques, ce qu’il ne se gêne pas de faire avec beaucoup de justesse. Bien sûr, Ronnie Platt n’est pas Steve Walsh, mais le bougre parviendrait presque à faire illusion tant il s’accapare les morceaux. Il remplit parfaitement son rôle, sans trop en faire non plus. Une prestation honnête en somme.

D’ailleurs, on pourra définir ce double Live d’honnête. Bien sûr, il est toujours très plaisant d’écouter ces vieux standards du Hard Rock Prog des seventies, mais les versions ne diffèrent que très peu des versions originales au final, le tout est joué avec application, mais sans fantaisie dans les interprétations. On se choppe donc du KANSAS au kilomètre, tel que l’on se l’imagine, sans fioritures superflues. Et mine de rien, ça fait plaisir à entendre même si l’ensemble peut sonner un brin pépère par moment. Un peu comme "The Prelude Implicit" en fait.

Le premier disque est une espèce de best-of des premières années mêlé de quelques morceaux plus récents. Le groupe commence par "Icarus II" issu de "Somewhere To Elsewhere" (2000), un des rares titres modernes, un morceau qui prend tout son intérêt couplé à la version originale tirée de "Masque". Le groupe est à l’aise et le public répond bien présent. Bien sûr, il répond bien mieux sur des compositions comme "Lamplight Symphony", "Point Of Know Return", ou encore "Dust In The Wind" que sur celles tirées du petit dernier. L’aspect nostalgique fonctionne parfaitement et c’est avec un sourire aux lèvres qu’n écoute cette première partie. Pour faire un parallèle assez douteux, on peut comparer ce Live de KANSAS à ce que proposent les tournées de "Âge Tendre, la Tournée des Idoles". Mais en mieux. Enfin, oubliez cette phrase, à la relecture, j’avoue que ça brûle les rétines.

Mais bien sûr, l’intérêt de ce Live réside dans le deuxième disque. Là où le groupe joue l’intégralité de "Leftoverture". Forcément. Et le public ne s’y trompe pas dès que résonnent les premières notes de "Carry On Wayward Son" vu comme il réagit. Et comment lui en vouloir ? KANSAS succombe à une mode qui consiste à rejouer un album-phare de sa discographie des années après. Quarante. Une blinde en quelque sorte. Pourtant, cet opus fonctionne toujours aussi bien sûr scène, même avec des musiciens qui n’ont pas joué dessus à l’origine. Et forcément, l’ensemble sonne de façon encore plus nostalgique. "Carry On Wayward Son", "The Wall", "Questions Of My Childhood", "Cheyenne Anthem", "Magnum Opus"… Autant de titres marquants qui se laissent toujours écouter aujourd’hui, même si l’ensemble a bien entendu un peu vieilli. Mais hé ! La nostalgie, c’est quand même un putain de carburant.

Et le groupe termine son show avec "Portrait (He Knew)", tiré de "Point Of Know Return", l’autre chef d’œuvre à mettre à son actif. Et on se rend compte quand on a achevé l’écoute intégrale de ce double Live qu’on s’est tapé pas loin de deux heures de bonne musique, contenant certainement son lot d’overdubs vu que le tout sonne vraiment trop bien (comprenez : trop lisse). Au final, on tient là un album très sympathique, mais pas aussi explosif que ce à quoi on était en droit d’espérer, vu le pedigree de la formation. Et on ne peut pas en imputer la faute aux absents (qui n’ont pas été rappelés pour l’occasion, soit dit en passant), mais constater que KANSAS est un groupe vieillissant qui se contente de faire le minimum : satisfaire son public.

"Leftoverture: Live & Beyond" est un instantané de ce dont est capable la formation aujourd’hui. On constate qu’il y a encore quelques beaux restes, mais qu’il n’y a pas forcément de magie dans leur musique, plus aujourd’hui. Juste l’illusion d’une grande formation qui aura vécu. Mais, quelque part, cela fait plaisir de redécouvrir ces vieux classiques et de s’abandonner un peu à leur écoute, à chantonner avec Platt et à avoir une véritable crise de nostalgie. Rien que pour ça, il faut poser une oreille sur ce Live. À condition d’aimer KANSAS en fait !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


KANSAS
Point Of Know Return (1977)
The same old song




SAGA
Images At Twilight (1979)
1979, quel beau cru !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ronnie Platt (chant, claviers)
- Zak Rizvi (guitare)
- Richard Williams (guitare)
- Billy Greer (basse, claviers)
- David Manion (claviers)
- David Ragsdale (violon)
- Phil Ehart (batterie)


- cd 1
1. Icarus Ii
2. Icarus (borne On Wings Of Steel)
3. Point Of Know Return
4. Paradox
5. Journey From Mariabronn
6. Lamplight Symphony
7. Dust In The Wind
8. Rhythm In The Spirit
9. The Voyage Of Eight Eighteen
10. Section 60
- cd 2
11. Carry On Wayward Son
12. The Wall
13. What's On My Mind
14. Miracles Out Of Nowhere
15. Opus Insert
16. Questions Of My Childhood
17. Cheyenne Anthem
18. Magnum Opus
19. Portrait (he Knew)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod