Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1974 Kansas
1975 Song For America
  Masque
1976 Leftoverture
1977 Point Of Know Return
1978 Two For The Show
1979 Monolith
1980 Audio-visions
1983 Drastic Measures
2016 The Prelude Implicit
 

- Style : Yes, Ashbury, Graphic Light Theory, Mandroid Echostar, The Vicious Head Society, Hällas, Thank You Scientist, Odd Logic, Styx
- Membre : Deep Purple, Streets

KANSAS - Live At The Whisky (1992)
Par DARK BEAGLE le 16 Décembre 2021          Consultée 814 fois

Le 5 avril 1992, KANSAS donnait un concert à la mythique boîte du Whisky A Go-Go, une belle occasion d’enregistrer la prestation et de donner un successeur au très référentiel "Two For The Show" qui datait tout de même de 1978. Steve Morse était déjà parti et c’est David Ragsdale qui avait pris la guitare vacante. Ce dernier joue également du violon, instrument qui fut un élément important pour la formation dans les années 70 avant de disparaître peu à peu par la suite. La pochette n’est pas la meilleure qu’ait eu le groupe, mais elle reprend bon nombre de traceurs, comme la tornade qui va forcément évoquer "le Magicien d’Oz", le violon – on y revient – ou encore le navire qui tombe du bord du monde sur "Point Of Know Return". Et bien entendu, il faut y voir de sacrés indices quant à la setlist.

En effet, à part "Miracles Out Of Nowhere" et "Down The Road" qui ne figurent pas sur le pressage original de "Two For The Show" (mais qui sont bien de la partie sur le Remasters de 2008), ainsi que "Hold On" pour la raison évidente qu’elle lui est postérieure, nous ne sommes pas loin du double emploi. La période couvrant le passage de John Elefante a été oubliée et les deux albums faits en compagnie de Steve Morse ont été oubliés alors qu’il y avait quelques morceaux susceptibles de se glisser dans la setlist sans que cela ne soit trop gênant. On remarquera également que "Monolith" a été également écarté de la programmation. Et selon les éditions, les bonus varient. La version américaine, par exemple, propose un "Lonely Street"… capté en 1975 tandis que le pressage européen se voit affublé d’un "Journey From Mariabronn" enregistré ce 5 avril 1992, mais originellement écarté (et là encore, faisant double emploi avec "Two For The Show").

Vous l’avez compris, ce ne sont que des classiques qui sont alignés ici (oui, "Hold On" peut se tarir de ce titre de noblesse) et que le groupe n’a, de fait, pas le droit à l’erreur. Surtout qu’il est bien mentionné que le disque a été fait en une prise. On verra plus tard que c’est faux, mais pas concernant les musiciens, qui font leur taf avec envie et énergie. Ces versions de "Paradox" et de "Point Of Know Return" sont tout simplement excellentes, agressives et plus Hard que sur album. En plus, Kerry Livgren se joint à ses anciens camarades sur les deux classiques absolus du groupe, "Carry On Wayward Son" et "Dust In The Wind", ce qui mérite bien une standing ovation de la part du public. Ce dernier donne d’ailleurs bien de la voix, même s’il ne réagit pas franchement quand Steve Walsh lui demande de chanter avec lui par moments.

En revanche, le problème de ce disque vient clairement du chanteur. Petit aparté : j’adore ce type. Je veux dire, si KANSAS m’a irrémédiablement séduit, ça a été en grande partie grâce à sa voix que je trouve à la fois puissante et émouvante. Mais cette voix, il l’a abîmé. Et si cela s’entend bien sur ce Live, imaginez juste un instant ce que cela aurait été sans les overdubs. Bref, si au niveau des instruments la copie est quasiment parfaite, le chant est souvent catastrophique. Le principal intéressé l’avoue lui-même, il n’est pas satisfait de ce qui a été fait ici. À cette époque, Walsh connaissait de nombreuses dépendances, alcool et drogue et le jour du concert, il était malade et sa prestation a été catastrophique, ce qui l’a poussé à réenregistrer quelques titres plus tard.

Si cela s’avéra salutaire pour JUDAS PRIEST et le "Unleashed In The East", cela n’aura pas l’effet escompté ici. Entre les abus et le fait que Steve Walsh a fait n’importe quoi sur scène dans les années 70, sa voix est irrémédiablement touchée et si en studio la magie peut encore opérer (bien que je trouve que la qualité de son chant s’en ressent), sur scène, elle est par moments, n’ayons pas peur des mots, indigne de KANSAS et de lui-même. Il suffit d’écouter "Dust In The Wind" pour se rendre compte de l’ampleur du désastre qu’est devenue la voix de Steve Walsh. Nous sommes à la limite du faux et tout ce qui faisait le charme de la version originale s’est envolée dès qu’il a ouvert la bouche. C’est moche, mais c’est comme ça. L’entendre galérer sur "Carry On Wayward Son" est également un crève-cœur.

Voilà un enregistrement live qui pose un véritable dilemme. S’il n’était pas fait mention que cela a été capté en une prise, la question ne se poserait même pas. Steve Walsh n’a jamais caché son mécontentement face à cela, avec cette impression d’avoir menti aux fans. Sans oublier que nous n’avons pas droit au concert complet et que les coupes sont clairement perceptibles à l’oreille. Intersound, le label du groupe à l’époque, a fait un travail de sagouin à ce niveau. Il y a un chanteur aux fraises qui n’arrivent même pas à faire de bons overdubs. Mais à côté, il y a le reste du groupe qui livre une prestation du feu de Dieu, puissante et convaincante qui fait que chaque partie instrumentale est un délice… Bref, les musiciens évitent un naufrage complet mais ce n’est malheureusement pas suffisant.

Note réelle : 2,5/5. Logiquement baissée à 2 car la voix, nous pouvons nous voiler la face, elle reste l’un des éléments primordiaux lors d’un concert.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


HÄLLAS
Conundrum (2020)
Histoire sans fin ?

(+ 1 kro-express)



KANSAS
The Absence Of Presence (2020)
Les jeunes prennent les choses en main !


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Steve Walsh (chant)
- Rich Williams (guitare)
- David Ragsdale (guitare, violon)
- Bill Greer (basse)
- Phil Ehart (batterie)
- Greg Robert (claviers - session)
- Kerry Livgren (guitare - invité)


1. Introduction
2. Howlin' At The Moon
3. Paradox
4. Point Of Know Return
5. Song For America
6. The Wall
7. Hold On
8. Dust In The Wind
9. Miracles Out Of Nowhere
10. Mysteries And Mayhem
11. Portrait (he Knew)
12. Carry On Wayward Son
13. Down The Road
14. Journey From Mariabronn (bonus Track Pour La Versi



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod