Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1980 Audio-visions
1983 Drastic Measures
2016 The Prelude Implicit
 

- Membre : Streets, Deep Purple

KANSAS - Leftoverture (1976)
Par DARK BEAGLE le 12 Septembre 2017          Consultée 957 fois

KANSAS, aujourd’hui, n’est pour beaucoup plus qu’un nom qu’on associe à une scène un peu révolue, un groupe américain, comme son nom l’indique clairement, qui aurait tant aimé sonner comme certaines formations anglaises, comme GENESIS ou YES. De ce fait, on a souvent tendance à oublier l’importance qu’a eue le combo de Steve Walsh pour bon nombre de fleurons du Metal Prog moderne, à commencer par DREAM THEATER qui avait inclut "Carry On Wayward Son" dans son "Big Medley" sur l’EP "A Change Of Seasons". Cette chanson, très connue, a pour racine l’album "Leftoverture", que l’on peut légitimement considérer comme le grand œuvre de KANSAS.

La pochette nous montre un homme sans âge en phase créative, même s’il semble avoir un certain manque d’inspiration sur le moment. Autour de lui, on distingue une guitare, un piano et un violon, soit trois instruments importants dans la musique de KANSAS. Il y a quelque chose d’un peu ironique si le personnage semble sécher quant à la suite à donner à sa composition quand on sait que Steve Walsh a eu une espèce de syndrome de la page blanche au moment d’enregistrer cet album. Il sera tout de même crédité sur trois titres, et pas des moindres. C’est donc Kerry Livgren qui va prendre les choses en charge.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour le coup, il était inspiré. "Carry On Wayward Son", c’est lui. Le guitariste a imaginé cette chanson comme une suite possible à "The Pinnacle", qui achevait "Masque", l’album précédent. Ce titre, c’est un synonyme d’efficacité. Si, si, regardez dans le dictionnaire, vous verrez. Single imparable, "Carry On Wayward Son" est un petit chef d’œuvre de mélodie, avec tous les ingrédients qui font qu’on ne peut qu’aimer le KANSAS des années 70 : une alchimie évidente entre les musiciens qui se livrent à des joutes sur les parties instrumentales, le chant de Steve Walsh, particulier mais agréable à l’oreille, un refrain qui donne envie de le reprendre instantanément. Le titre parfait pour résumer ce que fut KANSAS à une époque en quelque sorte.

Et ce qui est bon, avec cet album, c’est que "Carry On Wayward Son" n’est en aucun cas l’arbre qui cache la forêt. Certes, son statut de single fera qu’elle sera toujours mise en avant, mais de nombreux titres peuvent aisément rivaliser avec elle, ne serait-ce que "Cheyenne Anthem", sobre, touchante et magnifique. Une ballade où l’on se laisse volontiers guider par cette guitare acoustique, tout en simplicité, avant qu’un piano magistral ne prenne le relais, apportant une intensité dramatique à l’ensemble, avant que l’on soit complètement pris à contre-pied par la partie solo qui part littéralement en sucette, avec toujours des sonorités que l’on assimile tout de suite au groupe. Près de sept minutes au compteur, mais elles semblent passer tellement rapidement !

Difficile aussi de passer à côté du magistral "Magnum Opus", une chanson décomposée en six parties. Dans ce cas de figure, quand on se sent de nommer une composition ainsi, c’est que l’on est particulièrement sûr de soi. Cela sent un peu la prétention (ok, je louche un peu vers MALMSTEEN en tapant ces mots) et se planter c’est être l’objet de bon nombre de moqueries. Ici, bien que quasiment entièrement instrumental, on tient une pièce maîtresse, où chaque partie développe une mélodie qui lui est propre, mais qui reste toujours en accord avec la précédente, ce qui permet d’avoir un fil conducteur, parfois un brin tendu, qui permet à ce morceau un peu fou de conserver une musicalité remarquable. La guitare hurle, le violon marque des mélodies doucereuses, le clavier libère des sons d’un autre monde tandis que jamais la section rythmique ne manque à son devoir. Un autre chef d’œuvre, assurément, où le chant est presque superflu.

"Leftoverture" va également réussir le tour de main de proposer des compositions relativement longues qui s’assimilent plutôt bien, même si la construction est amenée à souvent évoluer. "Miracles Out Of Nowhere" est une autre réussite dans le genre, avec sa montée en puissance quasi constante, un peu à l’instar de "Cheyenne Anthem". En contrepartie, KANSAS offre également des titres plus courts, plus directs, souvent plus accessibles, comme "Questions Of My Childhood" avec une approche à la SUPERTRAMP, qui voit Walsh crédité à l’écriture, tout comme "The Wall", très efficace Rock qui vient contrebalancer à merveille le lyrisme de "Carry On Wayward Son".

KANSAS ne représente peut-être plus grand-chose aujourd’hui. Pourtant, en 1976, il allait inspirer beaucoup de jeunes gens, enfants, adolescents, qui n’auront de cesse de rendre hommage à ce groupe à travers leur propre musique. "Leftoverture" est un album à écouter au moins une fois dans sa vie, pour se nourrir de sa magie, pour s’imprégner de sa musicalité étrangement évocatrice. Peut-être bien le meilleur disque de la formation américaine et le suivant ne sera qu’à peine moins bon. KANSAS avait les cartes en main pour devenir un des géants du Rock US, dans son sens le plus large.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par DARK BEAGLE :


RUSH
Grace Under Pressure (1984)
Première pression à froid




SOUTHERN EMPIRE
Southern Empire (2016)
Prog saveur eucalyptus


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Steve Walsh (chant, claviers)
- Robby Steinhardt (violon, chant)
- Kerry Livgren (guitare, claviers)
- Rich Williams (guitare)
- Dave Hope (basse)
- Phil Ehart (batterie)


1. Carry On Wayward Son
2. The Wall
3. What's On My Mind
4. Miracles Out Of Nowhere
5. Opus Insert
6. Questions Of My Childhood
7. Cheyenne Anthem
8. Magnum Opus
- a. Father Padilla Meets The Perfect Gnat
- b. Howling At The Moon
- c. Man Overboard
- d. Industry On Parade
- e. Release The Beavers
- f. Gnat Attack



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod