Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jaded Heart, Fair Warning
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody , Silent Force, 21 Octayne
 

 Site Officiel Du Groupe (396)
 Myspace Officiel Du Groupe (383)

AXXIS - Matters Of Survival (1995)
Par GEGERS le 26 Avril 2012          Consultée 1822 fois

Les artistes Hard Rock / Metal européens, et les Allemands en particulier, ressentent une attirance indescriptible pour l'Amérique, Terre Promise où tout semble possible. Cet intérêt pour le pays de l'Oncle Sam trouve ses racines dans l'Allemagne d'après-guerre, les GI américains stationnant outre-Rhin faisant découvrir à de jeunes teutons fascinés le son d'Elvis Presley et des Beach Boys. Les États-Unis, terre de rock, alimentent les rêves les plus fous des jeunes artistes en devenir. L'accomplissement musical passe par la réussite inconditionnelle au pays des Rocheuses et de la Vallée de la Mort. Cette fascination se vérifie chez la plupart des grands artistes Hard Rock qu'ait enfanté l'Allemagne : SCORPIONS, dès ses débuts au début des années 70, n'a qu'une envie : devenir une star en Amérique. Ce qui sera chose faite à partir de 1979 et l'album "Lovedrive".
BONFIRE ? Il suffit de lire les titres des morceaux de ce groupe ("American Nights", "Wild Dixie", "Daytona Nights"...) pour se rendre compte d'une frustration de n'être né outre-Atlantique. C'est en 1995 que le groupe AXXIS décide de vivre pour sa part son rêve américain. Celui-ci se traduit par la composition et l'enregistrement d'un nouvel album à Los Angeles, dans les studios de Keith Olsen (WHITESNAKE, FOREIGNER, SCORPIONS...). Un rêve à la saveur amère...

Aujourd'hui il ne reste rien ou presque de ce "Matters of Survival", deuxième volet du triptyque des albums d'AXXIS dont tout le monde se fout. Une chanson seulement, "C'est La Vie", parvient à s'accrocher dans les set-lists actuelles du groupe comme une moule à son rocher. Il faut néanmoins reconnaître que si cet album se révèle effectivement faible, en comparaison avec certaines publications passées et futures du groupe, il contient pourtant son lot de titres inspirés qui, s'ils avaient vu le jour dans un contexte musical plus clément, auraient pu s'imposer comme des incontournables dans la discographie fournie du groupe.

Musicalement, "Matters Of Survival" constitue une suite logique de "The Big Thrill", mêlant mélodies imparables et riffs mordants, mid-tempo accessibles et titres Speed agressifs. La différence principale ne réside pas dans la production de Keith Olsen, qui, bien plus riche et léchée que celle de Joey Balin, apporte à cet album une profondeur musicale inédite. Non, c'est bien dans les thématiques abordées et dans l'ambiance générale qu'il dégage que cet album se démarque de son prédécesseur. Car il ne fait nul doute qu'AXXIS fut profondément marqué par son séjour dans la Cité des Anges, ville des espoirs et des désillusions, dans laquelle se côtoient richesse et pauvreté, luxe et exclusion. Le Rêve Américain, en moins séduisant... Nombre de titres sont inspirés par ce voyage, parmi lesquels les plus convaincants : "Ecstasy", dont la mélodie entraînante en fait une introduction parfaite pour l'album. Derrière, "C'est la vie" se cache, sous des accords légers et un refrain persistant, une terrible critique de l'individualisme latent. La groovy "C'est la vie", bénéficiant de la présence d'une guitare acoustique, dissimule à peine un pamphlet à l'encontre de la banalisation de la violence et de l'aliénation de l'individu par les médias. C'est plutôt le cauchemar Américain que semble expérimenter le groupe de Bernhard Weiss.

L'ensemble constitue un album torturé, dans lequel le sombre et le désespoir côtoient la légèreté ainsi qu'une véritable joie de vivre. Outre "Ecstasy" et "C'est La Vie", la flamboyance de "All My Life" et sa mélodie céleste, "Freedom Comes" et ses arrangements symphoniques ou encore l'énergique et mordante "Watch Out" font de "Matters Of Survival" un album qui vaut le détour. La présence de titres plus conventionnels ("On My Own", "Fan The Flames", "Back In My Bones") peine à en faire un incontournable du groupe allemand, mais l'ensemble se tient sans que l'on puisse reprocher un réel défaut à cet album à la fois enjoué et désabusé. Cette expérience américaine, mal vécue par le groupe, signera néanmoins le glas de prétention de succès outre-Atlantique d'AXXIS. Ce qui n'empêchera pas le groupe de se produire en 1996 devant 30000 personnes au festival Rock Am Ring, dans son Allemagne natale. "Mieux vaut se faire gros chez soi que petit chez les autres", une morale que le groupe ne manquera pas de mettre en pratique pour la suite de sa carrière.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


AXXIS
Retrolution (2017)
Le passé comme moteur du présent

(+ 1 kro-express)



AXXIS
20 Years Of Axxis - Official Bootleg (2011)
Putain, vingt ans...


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Bernahrd Weiss (chant)
- Harry Oellers (claviers)
- Walter Pietsch (guitare)
- Markus Gfeller (basse)
- Richard Michalski (batterie)


1. Ecstasy
2. Idolator
3. C'est La Vie
4. On My Own
5. Just A Story
6. All My Life
7. Freedom Comes
8. Another Day
9. Fan The Flames
10. Watch Out
11. Hide Away
12. Back In My Bones



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod