Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jaded Heart, Fair Warning
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody , Silent Force, 21 Octayne
 

 Site Officiel Du Groupe (376)
 Myspace Officiel Du Groupe (357)

AXXIS - The Big Thrill (1993)
Par GEGERS le 26 Mars 2012          Consultée 2041 fois

La période bleue d'AXXIS débute en 1993, avec la sortie d'un album aux couleurs idoines. Car "The Big Thrill" est le premier d'une série de trois albums dont tout le monde se fout. Non pas qu'il soit mésestimé, honni par les fans ou renié par le groupe. L'album connut même un succès commercial enviable outre-Rhin, à peine inférieure à celui des deux premiers opus. Seulement, tandis que le groupe tente de confirmer son succès encore frais, les années 90 et leur lot d'incertitudes musicales débarquent pour couper l'herbe sous le pied des teutons (encore) débutants.

Après être parvenu à se faire connaître sur les scènes européennes, le groupe décide, alors sûr de son fait, de s'internationaliser et de confier la réalisation de son troisième album à l'Américain Joey Balin, connu pour avoir produit le "Triumph and Agony" de WARLOCK ainsi que le premier album de DORO. Une première envie d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, envie que le groupe assouvira de nouveau sur son album suivant. Le changement n'est pas des plus flagrants, et plutôt que d'évoluer, AXXIS tente de renouveler la formule ayant fait le succès de ses deux précédents albums, à savoir un hard rock mordant et enlevé, laissant un espace d'expression conséquent aux claviers et favorisant les ambiances nuancées, allant du sombre au kitsch.

Une nouvelle fois, le groupe propose donc une musique ne laissant que de place aux fioritures, décidé à gaver l'auditeur de refrains fédérateurs et de riffs enlevés. En témoigne la doublette servie en entrée, "Better World / Livin' In The Dark", marquée par la voix agressive de Bernhard Weiss et la force de frappe démentielle du batteur Richard Michalski. Survolté, le groupe assène son hard rock et s'en va au charbon avec une conviction fascinante. Plus énervé que son prédécesseur, le brillant "II", "The Big Thrill" propose son lot de titres agressifs au tempo rapide, à l'image de "Against A Brick Wall", dont la relative violence est contrebalancée par un break au clavier, ou "The Wolf", le titre le plus heavy composé jusqu'alors par le groupe. Quitte à faire fi de la subtilité et des nuances, deux éléments qui participaient grandement à la richesse ainsi qu'à l'intérêt suscité par le groupe sur ses deux précédentes réalisations.

C'est cette fois du côté des titres mid-tempo qu'il va falloir se tourner pour entendre AXXIS faire des merveilles. A commencer par "Little War", titre chaloupé et léger, pièce-maîtresse et seul rescapé de l'album dans les setlists actuelles. Plus sombre, "Brother Moon" bénéficie d'un riff persistant ainsi que d'une frappe de batterie pesante, sur laquelle viennent se greffer les lignes de chant inspirées d'un Bernhard Weiss totalement à son aise, virevoltant entre graves et aigus, entre retenue et lyrisme assumé. Et puis, comment ne pas mentionner l'exercice auquel AXXIS adore s'adonner : les ballades. Si elles sont au nombre de trois sur cet album, deux seulement parviennent à convaincre réellement : la gentillette "Stay Don't Leave Me", sauvée par un piano inventif et une progression efficace, ainsi que la délicate "Waterdrop", plus intimiste et organique, dont la réussite doit principalement à des paroles poétiques et un solo de guitare enivrant.

Dans la droite lignée de ses deux premiers albums, AXXIS peine néanmoins à maintenir un niveau de qualité égal, la faut à la présence de titres plus faibles (l'inutile "No Advice", la ballade mielleuse "Love Doesn't Know Any Distance") qui dotent l'album d'un ventre-mou préjudiciable. Pas de quoi vous empêcher néanmoins de partir à la (re)découverte du dernier album véritablement recommandable du AXXIS version années 90.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SHYLOCK
Rockbuster (2010)
À deux doigts de la promotion




FACE TO FACE
After The Storm (2016)
Come-back sur la pointe des santiags


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Bernhard Weiß (chant)
- Walter Pietsch (guitare)
- Werner Kleinhans (basse)
- Richard Michalski (batterie)
- Harry Oellers (claviers)


1. Better World / Livin' In The Dark
2. Against A Brick Wall
3. Stay Don't Leave Me
4. Little War
5. No Advice
6. Love Doesn't Know Any Distance
7. Heaven's 7th Train
8. Brother Moon
9. Waterdrop
10. The Wolf
11. Road To Never Neverland



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod