Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Jaded Heart, Fair Warning
- Membre : Luca Turilli's Rhapsody , Silent Force, 21 Octayne
 

 Site Officiel Du Groupe (382)
 Myspace Officiel Du Groupe (366)

AXXIS - Eyes Of Darkness (2001)
Par GEGERS le 19 Juin 2013          Consultée 2992 fois

Existe-t'il chose plus frustrante que celle d'apprécier, d'adorer même, un album dont tout le monde se fout ? Très probablement, mais cela reste gonflant. Considérer l'album d'un groupe comme son favori alors que l'ensemble des amateurs le juge mineur, bien inférieur à ce que le dit groupe a pu composer par le passé, donne la désagréable impression de nager à contre-courant, de crier d'une voix muette. Considérer que "Pure Instinct" de Scorpions ou "Free" de Bonfire sont ce que leurs géniteurs respectifs ont enfanté de meilleur peut relever de l'hérésie, ou donner l'impression de ne pas connaître l'ensemble de la discographie des groupes concernés.

Du coup, j'aurais très bien pu dire que "Eyes Of Darkness" est le meilleur AXXIS, de loin, et je vous emmerde.

Sauf que je ne le ferai pas, car chez NIME on dispose tout de même d'un minimum de savoir-vivre, et cela ne constituerait pas un avis très constructif. Le souci principal d' "Eyes Of Darkness" est qu'il est paru un an à peine après "Back To The Kingdom", l'album qui signait le grand retour du groupe allemand après quelques années d'errances et d'expérimentations plus ou moins heureuses. Forcément, l'album n'a pas bénéficier de l'effet de surprise de son prédécesseur, et s'est inséré bien tranquillement dans la discographie d'AXXIS. Peu soutenu en live, et rapidement éclipsé par son successeur "Time Machine", dont les influences Power Metal plus marquées ont permis au groupe d'attirer un plus large public, "Eyes Of Darkness" est un peu le vilain petit canard du groupe. Le DVD commémoratif des 20 ans de carrière du groupe, paru en 2011, ne lui rend d'ailleurs qu'un tout petit hommage, par le biais de l'interprétation du titre "When The Sun Goes Down". L'album aurait pourtant dû connaître le succès, tant il se fait excellent de bout en bout.

Comme sur "Back To The Kingdom", l'album débute par une courte intro un peu inquiétante, un peu atmosphérique, qui précède un riff dévastateur. Celui de "Eyes Of Darkness" se fait acéré, énergique, avec tout juste ce qu'il faut d'inventivité pour apporter une nouvelle pierre à l'édifice AXXIS. À la limite du Heavy Metal, le groupe parvient ainsi à proposer une poignée de titres épiques, parfaitement exécutés, à l'image de "When The Sun Goes Down", dont la ligne de basse introductive œuvre sur le terrain de jeu d'un certain Markus Grosskopf (HELLOWEEN). Moins sombres, "At the Crack of Dawn" et "Larger Than Life" prévalent grâce à l'immédiateté de leur mélodie et le charisme inné de Bernhard Weiss.

L'album reste néanmoins globalement dans les mêmes sphères Hard Rock de son prédécesseur, mais les morceaux offrent ce petit plus de complexité qui leur permettent d'aller au-delà des intonations somme toute binaires de "Back To The Kingdom". "Wonderland" et son riff syncopé, "Brandnew World", qui débute comme une ballade avant de se transformer en un petit tube Hard Mélodique, où le plombé "One Million Faces", qui traite des ravages de la guerre du Kosovo, témoignent d'un AXXIS à l'inspiration sans faille. Les ballades, l'atmosphérique "Keep Flying" et la power "Angel", dédiée à la fille de Bernhard Weiss, apportent quelques respirations à l'ensemble, et se font moins mièvres que celles proposées par le groupe sur certaines de ses réalisations passées.

Cerise sur le gâteau, une reprise fidèle mais parfaitement interprétée de "The Four Horsemen" des APHRODITE'S CHILD vient apporter un surplus de variété à l'ensemble. On reste pantois devant la maîtrise et l'inspiration infaillible d'un groupe alors au sommet de sa forme. Dommage que le groupe ait par la suite boudé cet album pourtant essentiel, et indispensable pour prendre la pleine mesure de l'immense apport d'AXXIS à la scène Hard Rock allemande depuis la fin des années 80.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


CRUCIFIED BARBARA
In The Red (2014)
Votre dose de Hard'N'Roll, en patch




DARK SKY
Empty Faces (2008)
La vie est quand même bien faite...


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
   HARDMAN

 
   (2 chroniques)



- Bernhard Weiß (vocals)
- Guido Wehmeyer (guitars)
- Kuno Niemeyere (bass)
- Harry Oellers (keyboards)
- Richard Michalski (drums)


1. Eyes Of Darkness
2. Wonderland
3. The Four Horsemen
4. Brandnew World
5. When The Sun Goes Down
6. Shadow Of The Light
7. Keep Flying
8. Battlefield Of Life
9. One Million Faces
10. At The Crack Of Dawn
11. Angel
12. Larger Than Life
13. Lost In Love (bonus-track)
14. Shadowman (video)
15. Rockmine (game)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod