Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2003 Für Immer (dvd)
 

- Style : Nightmare, Lee Aaron
- Membre : Warlock, Kamelot, Dokken, Rainbow, Axel Rudi Pell, Ez Livin', Quiet Riot
 

 Site Officiel (988)
 Myspace (804)
 Site Officiel (973)

DORO - Conqueress - Forever Strong And Proud (2023)
Par GEGERS le 2 Décembre 2023          Consultée 912 fois

Dès qu'on évoque la carrière de DORO, il est souvent question de l'intransigeance, de l'authenticité et de la fidélité de la chanteuse qui, la soixantaine approchant, pourra s'enorgueillir, l'âge de la retraite venu, d'avoir mené une belle carrière. Voilà, une "belle" carrière, là où la chanteuse aurait pu espérer et rêver mieux tant elle s'est consacrée corps et âme à son art, n'hésitant pas à mettre de côté ses éventuelles aspirations personnelles pour ne pas impacter sa progression. Et c'est bien cette fidélité envers ses musiciens et son entourage qui aura parfois porté préjudice à DORO, la chanteuse n'ayant pas hésité à sacrifier, sur l'autel de cette noble valeur, la qualité artistique de plusieurs de ses albums. Cette même fidélité qui nous laisse songeurs au moment de découvrir "Forever Strong And Proud", un quatorzième album illustré par un visuel d'une laideur innommable. Tout sur cette pochette est "cringe", comme disent les jeunes, à des années lumières de la classe héroïc-fantasy des précédents albums. Pourtant, c'est bien l'indéboulonnable Geoffrey Gillespie qui est ici aux commandes du graphisme. Celui qui a réalisé la pochette de "Triumph And Agony" semble maintenant bien plus proche de l'agonie que du triomphe.

Mais nous savons tous ici qu'il serait malvenu de juger un album sur sa couverture (n'est-ce pas RIOT ?), et il y a urgence à réhabiliter la musique de DORO, que l'on craignait moribonde cinq ans après la sortie de la gargantuesque déception qu'aura été l'album "Forever Warriors, Forever United". Le soulagement est ainsi de mise lorsque débute le plaisant "Children Of The Dawn", qui ouvre le disque sur des sonorités mid-tempo fédératrices et plutôt bien troussées, portées par un mixage bien plus clair que sur l'album de 2018. C'est le technicien Rudy Kronenberger, encore un ami fidèle (il collabore avec DORO épisodiquement depuis l'album "Calling The Wild" en 2000) qui s'est ici chargé de la production et du mixage, n'évitant pas malgré sa volonté quelques maladresses : la guitare rythmique donne parfois l'impression d'être sortie d'une boîte de conserve, tandis que la batterie de Johnny Dee semble à plusieurs moments factice ("Lean Mean Rock Machine").

Ceci étant dit, "Conqueress" est un bon album de DORO. Les morceaux sont, c'est une évidence, largement bien plus réussis que ceux de l'album de 2018 et nous offrent un bel éventail des inspirations de la chanteuse. Lorsque celle-ci renoue ainsi avec le Heavy Metal de ses débuts, elle recueille naturellement tous les suffrages. On apprécie ainsi la rugosité de "Fire In The Sky" qui, malgré un riff poncé jusqu'à l'os (on pense à "Don't Make No Promises" de SCORPIONS), fait preuve d'une âpreté appréciable, à classer entre la période "Fight" et "Triumph And Agony". "All For You", qui démarre comme une ballade avant d'exposer son Hard-Rock punkisant aux oreilles des auditeurs conquis est sans doute un des moments forts de cet album, tout comme "Rise" qui, plus loin, propose un refrain particulièrement inspiré. La durée de vie du morceau est courte, les sonorités du couplet rappellent le morceau "So What !" de BONFIRE, mais tout est là. DORO renoue ici avec ses racines, ce heavy metal mélodique qui met en valeur sa voix délicieusement voilée. Le sens de la mesure n'étant pas le point fort de l'artiste, celle-ci pousse parfois le bouchon un peu loin, notamment avec "I Will Prevail" un morceau qui propose plus une illusion d'agressivité qu'une agressivité authentique. Cette belle énergie fait néanmoins plaisir à entendre.

DORO, comme à son habitude, infuse une bonne dose de Hard-Rock dans son Heavy, offrant ainsi une excellente surprise avec le morceau "Bond Unbending", interprété en duo avec le chanteur Sammy Amara du groupe BROILERS, dont la voix contribue à donner à ce titre intense des sonorités presque gothiques. Le refrain à nouveau, pétri de simplicité, est un petit joyau. La ballade "Fels in der Brandung", dont le chorus est interprété en Allemand, fonctionne plutôt bien sans atteindre le niveau d'émotion de certaines balades passées de la chanteuse. Le hic est ici parfois que la chanteuse se transforme en une version féminine de MANOWAR. Sans être pédant, il faut reconnaître que l'on ne rougit pas de notre maigre intelligence à l'écoute des titres parfois un peu bêtifiants qu'elle nous propose : "Lean Mean Rock Machine", con comme un bruitage de moto sur un titre rock, "Horns Up And High", qui voit l'artiste scander et déclamer plus que chanter sur ce titre martial et fédérateur, est relativement bas du front. Et ce qui constituait un point fort sur les précédents albums de DORO ("Raise Your Fist", "All We Are", "You're My Family") sent ici vraiment le réchauffé.

Reste à aborder le cas Rob Halford, qui agrémente l'album de sa présence sur deux reprises. La première, "Living After Midnight", voit la Metal Queen et le Metal God jouter amicalement sur cette version sympathique bien qu'un peu maigrelette au niveau du son de ce classique du PRIEST. Plus intéressante est cette version du classique de Bonnie Tyler, "Total Eclipse Of The Heart", qui voit les deux chanteurs sortir de leur zone de confort pour parvenir à retranscrire une partie de la théâtralité et de la fausse retenue de ce morceau flamboyant. Enregistrée à la demande de Rob Halford, cette reprise est contre toute attente un des meilleurs moments de l'album.

Ainsi, et bien que "Conqueress" ne soit pas dénué d'un certain nombre de défauts évoqués dans cette chronique, ce nouvel album de DORO est un évident soulagement après des années d'incertitude quant à la capacité de résilience de l'artiste. Dans sa version "régulière" (15 titres), l'album nous permet de retrouver avec joie et nostalgie cette voix familière qui sait porter bien haut les oriflammes d'un Heavy subtil et mélodique. Les titres bonus permettent à DORO de poursuivre l'hommage à ce style musical qu'elle aime tant, puisqu'outre quelques nouveaux morceaux qui tentent d'émuler la période WARLOCK, ils la voient reprendre avec respect et passion "The Four Horsemen" de METALLICA. Une preuve supplémentaire que DORO vit pour et à travers son amour du Heavy Metal, un style auquel elle parvient à rendre modestement justice sur ce nouvel album rassurant.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


POWERWOLF
Blessed & Possessed (2015)
Les loups-garou en ont sous la soutane

(+ 2 kros-express)



FALCONER
Black Moon Rising (2014)
Seul dans son monde


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Doro Pesch (chant)
- Johnny Dee (batterie, percussions)
- Bas Maas (guitare)
- Andreas Bruhn (guitare, basse, batterie, claviers)
- Rudy Kronenberger (guitare, basse, batterie)
- Klaus Vanscheidt (guitare)
- Carsten Steffens (batterie, claviers, basse)
- Zoe-nova Bruhn (choeurs, claviers)
- Sammy Amara (chant, guitare, basse, claviers)
- Rob Halford (chant)
- Dennis Vahlen (choeurs)
- Dennis Krüger (guitare)


1. Children Of The Dawn
2. Fire In The Sky
3. Living After Midnight
4. All For You
5. Lean Mean Rock Machine
6. I Will Prevail
7. Bond Unending
8. Time For Justice
9. Fels In Der Brandung
10. Love Breaks Chains
11. Drive Me Wild
12. Rise
13. Best In Me
14. Heavenly Creatures
15. Total Eclipse Of The Heart
- Titres Bonus :
16. Warlocks And Witches
17. Horns Up High
18. True Metal Maniacs
19. Heart In Pain
20. The Four Horsemen



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod