Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dio, Astral Doors
- Membre : Crush 40, Squealer, Sons Of Apollo, Shockmachine, Black Sabbath, Doro, Headhunter, Hardline, Running Wild, Stratovarius, Gioeli - Castronovo
- Style + Membre : Rainbow, Yngwie Malmsteen
 

 Site Officiel (326)

Axel Rudi PELL - Into The Storm (2014)
Par GEGERS le 2 Février 2014          Consultée 4322 fois

Les gens chanceux sont énervants. Prenez l'exemple de mon pote Gégé. Le mec ne joue à aucun jeu de hasard, mais bien sûr, quand il joue, il gagne. Le mec est du genre à laisser tomber ses clés sur le parking d'un supermarché bondé, et à les retrouver, là ou il les avait laissées, quelques heures plus tard. Si vous marchez à deux, de front, sur un même trottoir, vous pouvez être sûr que ce n'est pas lui qui va mettre le pied, franchement et de bon cœur, dans l'odorant étron de doberman fraîchement posé là. Axel Rudi PELL est un peu comme mon pote Gégé. Son batteur se casse, pour cause d'incompatibilité d'emplois du temps (ce qui, pour Mike Terrana, n'a jamais été véritablement un problème en soi) ? Pas de souci, Axel établit une liste de noms de batteurs qu'il apprécie, contacte le premier, et paf ! Le voilà avec un nouveau batteur. Lorsque l'on sait que ce dernier porte le nom de Bobby Rondinelli, il y a de quoi estimer qu'Axel a tout de même les fesses bordées de nouilles. Immense batteur parmi les grands, celui qui a œuvré au sein de RAINBOW, BLACK SABBATH ou BLUE ÖYSTER CULT a immédiatement flashé sur la musique à la fois épique et ultra-mélodique d'Axel, qui fête cette année les 25 années d'existence de son groupe. Avec ça, qu'il ne vienne pas nous dire que les astres ne sont pas alignés en sa faveur...

Deux ans après le réussi "Circle Of The Oath", Axel RUDI PELL nous invite donc à jouer à nouveau au jeu des sept différences avec ce seizième album à la délicieuse pochette pirato-SF. Il faut bien reconnaître que, malgré le remplacement de batteur, il n'y a pas de gros changement à l'horizon. La frappe est plus légère, plus groovy, plus foncièrement Hard Rock que Heavy Metal, et apporte une tonalité plus claire à l'album qui, malgré quelques titres rapides et engagés, ne propose pas la même énergie purement Heavy que son prédécesseur. "Tower Of Lies", tant dans son engagement et ses mélodies, tend à rappeler "Ghost In The Black", titre d'ouverture de "Circle Of The Oath", et fait le job de fort belle manière. Les riffs les plus mordants se trouveront pour leur part dans la deuxième moitié de l'album : "Touching Heaven", bien que marqué de l'indélébile sceau "Axel Rudi PELL" sur son refrain, se veut plus proche de l'univers d'un Ronnie James DIO sur les couplets, grandiloquents et empreints d'une ambiance théâtrale, parfaitement mis en valeur par Johnny Gioeli, dont la superbe voix ne parviendra jamais à nous lasser.

Les morceaux se font du même niveau que la moyenne des réalisations passées du guitariste, difficile ainsi de formuler un quelconque reproche à l'écoute d'un album qui, doté d'une grande dimension évocatrice, parvient à captiver jusqu'aux dernières notes du morceau-titre, (forcément) long et épique, qui voient intro et refrain marqués par un sympathique son de clavier proche tour à tour du violon ou de la clarinette, qui donne à l'ensemble une ambiance orientale pas désagréable. C'est évident, Axel Rudi PELL parvient à se reposer sur son savoir-faire pour proposer son quota de titres prévisibles mais très réussis, et glisse quelques petits plaisirs personnels bienvenus : "High Above", dont les intonations directes rappellent STEELER, premier groupe d'Axel qui va se reformer à l'occasion des 35 ans de carrière du musicien, et surtout cette magnifique reprise, à la sauce power-ballad, du célèbre "Hey Hey My My" de Neil YOUNG, sublimé par la prestation vocale toute en nuances de Johnny Gioeli. À la fois respectueux de l’œuvre originale et suffisamment audacieux pour apposer sur ce titre la patte Axel Rudi PELL reconnaissable entre mille, le guitariste parvient à faire de ce qui n'aurait pu être qu'une "petite" reprise un des titres-pivots de l'album. L'autre power-ballad, "When Truth Hurts", s'en tire également avec les honneurs, et figurera probablement en bonne place sur la prochaine compile "capotes et sucreries" du bonhomme.

Aisément, comme si cela lui était parfaitement naturel, Axel Rudi PELL, fort d'un ajout de poids dans son line-up, livre à nouveau un grand album qui, s'il ne s'avère pas fondamentalement exceptionnel face au reste de sa discographie, bénéficie de qualités intrinsèques propres à séduire sans forcer, tout amateur de Heavy mélodique axé sur les mélodies qui font mouche et les ambiances théâtrales. À nouveau, une très belle réussite. Celle d'un chanceux insolent, ou d'un talent qui n'a, décidément, plus rien à prouver ?

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


WIZARD
Trail Of Death (2013)
Celui qui ne voulait pas mourir...




CRYSTAL EYES
Killer (2014)
L'attente accule


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Johnny Gioeli (chant)
- Axel Rudi Pell (guitare)
- Ferdy Doernberg (claviers)
- Volker Krawczak (basse)
- Bobby Rondinelli (batterie)


1. The Inquisitorial Procedure
2. Tower Of Lies
3. Long Way To Go
4. Burning Chains
5. When Truth Hurts
6. Changing Times
7. Touching Heaven
8. High Above
9. Hey Hey My My
10. Into The Storm



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod