Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Astral Doors, Dio
- Membre : Shockmachine, Black Sabbath, Doro, Crush 40, Headhunter, Hardline, Running Wild, Stratovarius, Sons Of Apollo
- Style + Membre : Rainbow, Yngwie Malmsteen
 

 Site Officiel (295)

Axel Rudi PELL - Circle Of The Oath (2012)
Par GEGERS le 6 Avril 2012          Consultée 6028 fois

A force de disserter sur sa précision métronomique et sur sa constance teutonne, on finit par en oublier qu'AXEL RUDI PELL est un génie. A force de parler de sa discographie longue comme le bras et de ses compiles inutiles de ballades, on finit par rendre futile et secondaire le talent immense que le compositeur démontre et déploie sur chacune de ses réalisations. Ces dernières se font redondantes (souvent) et manquent de surprise (parfois), mais comment trouver, sincèrement, objectivement, un défaut flagrant, une couille dans le potage, à ce "Circle Of The Oath" ? Il eut été aisé de prendre ce nouvel album de l'artiste allemand (le quatorzième) comme une sortie de plus, en parsemant cette chronique de "PELL fait du PELL" ou de "pas de quoi s'en relever la nuit, mais l'ensemble reste sympa" futiles et condescendants. La flamme sacrée qui brûle entre les doigts du bonhomme mérite bien un meilleur traitement que celui-ci.

Car "Circle Of The Oath" est un grand album. Attention, il ne faut pas ici interpréter cet adjectif "grand" comme un synonyme de "digne de figurer dans la métalthèque idéale de Philippe Manœuvre". Non, cet album d'AXEL RUDI PELL n'est pas suffisamment mainstream ou élitiste pour cela. Seulement, l'artiste à la six-cordes qui le démange propose un pavé délectable et foisonnant d'idées séduisantes. Artisan de mélodies qui font mouche, fondeur de riffs efficaces, architecte de refrains imparables, AXEL RUDI PELL démontre qu'une constante remise en question n'est pas nécessairement source de réussite artistique. Tout comme le petit boulanger du coin de la rue, l'artiste n'achalande pas sa vitrine de produits disparates, mais offre un Heavy mélodique "fait main" à la fois croustillant et doux aux oreilles. De l'introduction acoustique "The Guillotine Suite" jusqu'au morceau-titre, le compositeur propose une recette unique, faite de mélodies captivantes et de refrains fédérateurs, portés par une section rythmique carrée (avec un batteur tel que Mike Terrana, comment pourrait-il en être autrement ?), un clavier aux interventions subtiles et la voix puissante d'un Johnny Gioeli plus affuté que jamais. "Ghost In The Black" fait parler la poudre avec une réussite insolente, tandis que "Run With The Wind" et "Before I Die", marqués par un tempo moins rapide, témoignent d'une fougue quasiment juvénile.

Le Heavy mélodique épique reprend néanmoins rapidement ses droits. "Circle Of The Oath", du haut de ses 9 minutes, se fait délicieux fourre-tout dans lequel une guitare acoustique orientalisante côtoie des soli enflammés à la Ritchie Blackmore, eux-mêmes mis en exergue par un clavier vindicatif et un chant agressif. Si la surprise n'est pas dans le style pratiqué, elle se trouve dans cette capacité qu'a AXEL RUDI PELL de faire du neuf avec du vieux, de rendre un loup de mer aguerri aussi fébrile qu'un jeune puceau.

Alors que le morceau de bravoure se termine, le climat atteint par "Circle Of The Oath" ne décroit pas sur la seconde moitié de l'album : "Fortunes Of War" propose sans doute le meilleur refrain de l'album, tandis que la power-ballade "Lived Our Lives Before" et son introduction à la "Soldier Of Fortune" (DEEP PURPLE) fait son petit effet. Les blasés verseront eux-aussi leur larmichette à l'écoute de ce titre destiné à alimenter le volume cinq des "Ballads", mais qui témoigne d'une beauté sincère et enivrante. "World Of Confusion", présenté comme la deuxième partie de "The masquerade Ball", vient clore l'album de la plus belle des manières : plus présents que sur le reste de l'opus, les claviers de Ferdy Doernberg viennent apporter substance et magnificence à ce titre épique dont les mélodies font mouche immédiatement. Une mention particulière pour les lignes vocales de Johnny Gioeli qui semble habité par cette longue pièce dont l'intensité mélodramatique en fait une pièce-maîtresse de l'album.

Alors osons, osez redécouvrir AXEL RUDI PELL par le biais de ce quatorzième album digne successeur d'un "Eternal Prisoner" ou "Shadow Zone", et véritable bouffée d'air frais dans une scène Heavy mélodique qui se pare d'artifices pour combler l'absence de talents. Si la persévérance est mère de salut, alors AXEL RUDI PELL a sa place réservée à la droite de Dieu.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


CELTIC LEGACY
The Lie Of The Land (2014)
Résurrection, épisode 4




PARAGON
Hell Beyond Hell (2016)
Tout le monde d'accord


Marquez et partagez



Par GEGERS




 
   GEGERS

 
  N/A



- Johnny Gioeli (chant)
- Axel Rudi Pell (guitare)
- Ferdy Doernberg (claviers)
- Volker Krawczak (basse)
- Mike Terrana (batterie)


1. The Guillotine Suite (intro) 01:52
2. Ghost In The Black
3. Run With The Wind
4. Before I Die
5. Circle Of The Oath
6. Fortunes Of War
7. Bridges To Nowhere
8. Lived Our Lives Before
9. Hold On To Your Dreams
10. World Of Confusion (the Masquerade Ball Pt. Ii)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod