Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Wuthering Heights, Cryonic Temple, Zierler
- Style + Membre : Sabaton, Astral Doors

CIVIL WAR - Gods & Generals (2015)
Par GEGERS le 9 Juillet 2015          Consultée 3808 fois

Plus le temps passe, et plus les chants guerriers m'emmerdent. Honnêtement, si un "Warriors Of The World" de MANOWAR fait toujours son petit effet, des centaines d'autres à la gloire de ceux qui lèvent les armes, se battent pour leurs idées, défendent la veuve et l'orphelin, bla bla bla, sont tellement clichés qu'ils ont tourné au ridicule. En les envisageant de manière globale, ils forment un gloubi-boulga ridicule qui ne sert finalement pas la cause du Heavy Metal. C'est un fait, le style a du recourir à ces textes vindicatifs pour se défendre face aux (nombreuses) attaques, particulièrement dans les années 80, perpétrées par les organismes et sociologues ultra-conservateurs (Eglise Catholique, PMRC) qui virent dans cette musique un danger pour la société. Vous rappelez-vous de notre bon Alain Finkielkraut ? "Une musique primaire avec des paroles vulgaires et insignifiantes, et un rythme d’un simplisme absolu. […] L’arrivée de la barbarie dans la société." [1] Va-t-on un jour apposer le sticker "Parent Advisory – Explicit Lyrics" sur ses bouquins ?

Action, réaction. On fédère les fans, on les rassemble sous une même bannière, on se victimise un poil, et on contre-attaque, musicalement bien entendu. On balance des paroles guerrières dont l'analogie avec les brimades subies par le style est évidente. On devient des "Brothers Of Metal" (MANOWAR), on rédige le "Book Of Heavy Metal" (DREAM EVIL), on s'identifie au vaillant "Clansman" qui défend sa terre (IRON MAIDEN). Ce qui est drôle, c'est que même si les attaques ont aujourd'hui disparu, le Heavy n'étant encore combattu que par quelques ultra-religieux qui tentent de gesticuler, les références guerrières sont restées. Dénuées de leur portée revendicatrice et fédératrices, les paroles témoignent pour l'essentiel d'un pur intérêt historique de la part de musiciens érudits et passionnés. SABATON, bien sûr. CIVIL WAR ? Encore mieux.

Le groupe de Joakim Brodén a eu le malheur de baisser la garde au plus mauvais moment, celui où il a été mis en concurrence avec le nouveau combo fondé par ses membres démissionnaires, et qui d'entrée a frappé plus fort que lui. Car face à une légère baisse de régime, parfaitement compréhensible, du premier, le second a fait preuve d'une véritable frénésie créatrice, doublée d'une interprétation sans faille, sublimée par le chant du volubile Nils Patrick Johansson, dont les intonations vocales, entre Dio et Biff Byford, ont permis à CIVIL WAR d'atteindre une intensité dramatique tout bonnement époustouflante. Sur son nouvel album, et alors que le premier était essentiellement consacré à la Guerre de Sécession, le groupe a eu la riche idée de varier ses thèmes, tout comme ses ambiances, pour proposer un album flamboyant.

La mise en retrait des claviers, principal point commun avec la musique de SABATON, se confirme sur ce nouvel album. Alors que ceux-ci conféraient à la musique une ambiance martiale et ultra-guerrière (et peuvent encore se faire entendre sur "USS Monitor"), ce rôle est cette fois dévolu pour l'essentiel aux guitares, ainsi qu'aux chœurs imposants ("Schindler's Ark") qui émaillent l'album. Les thèmes et événements traités se voient accompagnés d'ambiances fort à propos. "The Mad Piper", qui narre l'exploit de Bill Millin, joueur de cornemuse écossais qui participa au débarquement allié et survécut miraculeusement aux tirs de l'artillerie allemande, voit une introduction, justement interprétée à la cornemuse, précéder un titre lourd, dont la rythmique évoque une marche guerrière qui nous plonge au cœur de l'événement.

C'est cette puissance dramatique qui fait de "Gods & Generals" un grand album. Là où SABATON évoque et laisse l'auditeur spectateur, CIVIL WAR enveloppe tout son mode. On plonge dans la Bataille de Trafalgar sur "Admiral Over The Ocean", mid-tempo au refrain ravageur. On vit l'échec du débarquement à Cuba avec "Bay Of Pigs", doté (lui aussi) d'un refrain aux allures de rouleau-compresseur. Ultra-théatral, Nils Johansson joue les conteurs habités, variant notamment son chant sur le morceau-titre qui clôture l'album de la plus belle des manière, la double-pédale se mêlant à une mélodie imparable. Car CIVIL WAR n'a en aucun cas épuisé ses réserves sur son précédent opus, et propose des morceaux tout autant marquants (sinon plus) que sur "The Killer Angels". Sans changer son fusil d'épaule, le groupe parvient néanmoins à introduire quelques éléments nouveaux, comme ambiance façon ballade médiévale de "Tears From The North", qui narre les exploits du navigateur islandais Leif Eriksson, à qui certaines légendes attribuent la découverte de l'Amérique.

Mis bout à bout, les morceaux de "Gods & Generals" ne reproduisent pas l'effet de surprise provoqué par "The Killer Angels", mais confirment que CIVIL WAR n'a pas bâti sa carrière en "réaction" à l'effet SABATON. Finalement plus abouti, proposant des mélodies plus riches et variées que le groupe précité, le combo de Rikard Sunden et ses acolytes parvient à fédérer autour de ses narrations d'exploits et d'échecs individuels ou collectifs. Brothers of Metal, tous derrière CIVIL WAR !

[1] Lisez donc l'excellent bouquin "Rock et Production de Soi" de Damien TASSIN.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


KING LEORIC
Lingua Regis (2013)
Teutonic terror




JORN LANDE & TROND HOLTER
Dracula - Swing Of Death (2015)
Sang blague ! Jorn a de nouveau les crocs !


Marquez et partagez






Par GEGERS




 
   GEGERS

 
  N/A



- Petrus Granar (guitare)
- Rikard Sunden (guitare)
- Nils Patrik Johansson (chant)
- Daniel Mullback (batterie)
- Daniel Myhrer (claviers)
- Pizza (basse)


1. War Of The World
2. Bay Of Pigs
3. Braveheart
4. The Mad Piper
5. Uss Monitor
6. Tears From The North
7. Admiral Over The Oceans
8. Back To Iwo Jima
9. Schindler's Ark
10. Gods And Generals



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod