Recherche avancée       Liste groupes



      
BOOGIE ROCK NOSTALGIQUE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Dog Of Two Head
1974 Quo
2011 Quid Pro Quo
2013 Bula Quo !
 

- Style : Dead Air Radio, Reo Speedwagon
 

 Quo France (2354)

STATUS QUO - Back2sq1-the Frantic Four Reunion 2013 (live At Wembley) (2013)
Par JOHN DUFF le 19 Octobre 2022          Consultée 1052 fois

Quel fan de STATUS QUO n'a jamais rêvé de voir se reformer le mythique Frantic Four ? Si vous ne le saviez pas, le Frantic Four est l'époque où le QUO n'avait que quatre membres en son sein, Francis Rossi, Rick Parfitt, Alan Lancaster et John Coghlan. Cette formation a sorti un nombre conséquent d'albums très qualitatifs en une courte période. Le tout couronné par un Live dantesque, que dis-je mythique, sorti sous le nom de "Live!" en 1977. D'ailleurs les chroniques de ces monuments et du Live sont sur NIME si ça vous dit.

Cet évènement était donc inimaginable, vu les rancœurs que les membres avaient les uns envers les autres, surtout entre Lancaster et la paire Rossi/Parfitt. Depuis 1981, le Frantic Four avait d'abord pris un sérieux coup avec le départ de John Coghlan puis cinq ans plus tard avec celui d'Alan Lancaster. STATUS QUO n'a plus jamais été le même groupe même si la qualité déclinait déjà depuis 1981 avec des albums en demi-teinte. Entre temps, trente ans se sont écoulés jusqu'à l'annonce inattendue de la reformation du Frantic Four.

Bon, il va falloir prendre en compte une chose : l'âge. Bah oui parce qu'être fougueux quand t'as la vingtaine c'est facile mais quand t'en as plus de soixante, c'est déjà plus délicat. Ajouté à cela un mal de dos concernant Alan Lancaster l'obligeant à se tenir raide comme un piquet, la forme olympique du QUO est bien loin derrière elle. En prenant en compte ce paramètre, cela permet d'apprécier ce qui est le plus important, revoir enfin ces quatre gaillards rejouer ensemble et réentendre tous ces titres des années 1970 que l'on aime tant dans le répertoire du QUO.

La setlist, parlons-en. Tous les titres du "Live!" de 1977 sont présents sur ce concert avec également de jolies surprises, nous y reviendrons. Les quatre premiers titres sont exactement dans le même ordre qu'en 1977 et pour aller encore plus loin dans l'hommage et la nostalgie, l'annonce du speaker que l'on entendait en 1977 sert également d'introduction à ce concert de 2013, ce que le public ne manquera de reprendre à l'unisson.

Ce concert brasse donc la période dorée du QUO, enchaînant classique sur classique. Quel bonheur d'entendre à nouveau la doublette "Backwater" / "Just Take Me", qu'on n'a plus eu depuis des lustres. Le groupe prend son pied et c'est communicatif. John Coghlan surtout, lui qui paraissait si renfermé dans les années 1970, paraît être un autre homme, totalement libéré. D'ailleurs, grâce à la présence du Blu-Ray du show dans le packaging (*), on peut vraiment sentir cet enthousiasme collectif.

Au rang des classiques, je ne vais pas m'étaler plus que cela, sachez que le groupe enchaîne les brûlots sans presque aucun temps mort. Francis Rossi qui habituellement passe de longues minutes à raconter des conneries est ici plus sobre et le public n'a pas le temps de souffler tellement les hits s'enchaînent. Dans sa globalité, cette setlist est parfaite, car elle brasse vraiment la meilleure période du groupe mais pas que.

Attardons-nous plutôt sur les surprises donc. Le groupe nous dépoussière "Blue Eyed Lady" (de l'album "Hello") qui n'a pas pris une ride, les lignes de guitare de Francis Rossi font toujours mouche. "Oh Baby" (issu de "Pilderiver") est également inattendu tellement ce titre était ignoré (et à ma connaissance jamais joué en concert) et fait clairement plaisir. Et en matière de très grosse surprise, notons "(April) Spring, Summer and Wednesdays" (issu de l'album "Ma Kelly's Greasy Spoon"). Ce titre au rythme un peu nonchalant et au refrain facile passe très bien l'épreuve du live (et du temps) et est franchement l'un des grands moments de ce concert. Citons également "Railroad" joué en intégralité avec Bob Young à l'harmonica svp !

On sent tout de même l'âge qui pèse à certains moments comme sur "Little Lady" qui paraît un peu molle par rapport aux prestations des années 1970. Sur "Is There A Better Way", Alan n'a plus sa hargne d'antan et enchaîne difficilement les phrases du refrain. Également, John Coghlan ne nous tape plus des breaks de folie derrière ses fûts (flagrant sur "Big Fat Mama" et "Down Down"). Ce n'est pas parfait côté Rossi/Parfitt non plus (très justes vocalement sur "Big Fat Mama" et "Down Down") mais cela n'entache en rien le bonheur que d'entendre Rossi tricoter sur la rythmique pachydermique de Parfitt (bordel mais quelle main droite !).

Vous l'aurez compris, la nostalgie l'emporte sur la réelle qualité de ce Live. Peu importe les raisons de cette reformation, celle-ci fait clairement plaisir aux vieux fans dont je fais partie. RIP Alan, RIP Rick.

Note réelle : 3,5/5, tiraillée entre nostalgie et réalisme.

(*) Concernant le packaging : en plus du concert aux formats CD et Blu-Ray, on pourra également profiter des coulisses de la reformation avec des sessions de jam dans un studio. Beau cadeau pour les fans.

A lire aussi en HARD ROCK par JOHN DUFF :


SLASH
4 (2022)
Retour en forme du guitar-hero !

(+ 1 kro-express)



KORITNI
Game Of Fools (2009)
Quel pied !


Marquez et partagez




 
   JOHN DUFF

 
  N/A



- Francis Rossi (chant, guitare)
- Rick Parfitt (chant, guitare)
- Alan Lancaster (basse, chant)
- John Coghlan (batterie)


1. Intro/junior‘s Wailing
2. Backwater
3. Just Take Me
4. Is There A Better Way
5. In My Chair
6. Blue Eyed Lady
7. Little Lady
8. Most Of The Time
9. (april) Spring, Summer And Wednesdays
10. Railroad
11. Oh Baby
12. Forty - Five Hundred Times
13. Rain
14. Big Fat Mama
15. Down Down
16. Roadhouse Blues (the Doors Cover)
17. Don‘t Waste My Time
18. Bye Bye Johnny (chuck Berry Cover)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod