Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Dog Of Two Head
1974 Quo
2011 Quid Pro Quo
2013 Bula Quo !
 

 Quo France (2195)

STATUS QUO - Hello! (1973)
Par DARK BEAGLE le 19 Mars 2022          Consultée 1056 fois

Après quelques années à bouffer de la vache maigre, STATUS QUO commençait à connaître un certain succès en Grande Bretagne. "Dog Of Two Head" représentait la maturité d’un groupe d’un point de vue style, "Piledriver" était une confirmation éclatante. "Hello!" sera la consécration : il est le premier album de STATUS QUO à se hisser à la première place des charts – il y en aura beaucoup d’autres – dans la Perfide Albion, et réalisera même un joli score en France. Le groupe devient une machine bien huilée, qui part au quart de tour et qui fonctionne à plein régime. En pratiquant un style aussi basique, on pourrait penser que le QUO allait vite tourner en rond, mais il faut se rendre à l’évidence : "Hello!" n’a pas usurpé sa réputation.

La pochette, déjà, est iconique dans son genre. Celle de "Piledriver" montrait les musiciens dans l’effort, elle dégageait l’adrénaline, la sueur du Rock’N’Roll – ce qu’il devrait toujours être. La jaquette de "Hello!" est plus sobre. Un noir assez classieux où l’on distingue les silhouettes de la bande à Francis Rossi en train de saluer. Le concert est terminé, le calme revient sur scène, mais pas dans la fosse et le groupe sait que ce n’est qu’un au revoir. Encore une fois, l’image est très iconique. QUEEN en fera un clin d’œil très appuyé quelques années plus tard pour la pochette qui ornera son premier enregistrement en public, le bien nommé "Live Killers". À ce moment, STATUS QUO est une véritable photographie de ce que doit être le Rock.

Ensuite, essayez simplement d’imaginer que "Piledriver" n’aura au final été qu’un brouillon. Et que le QUO aura construit "Hello!" sur ce modèle, en gommant les petites imperfections et en dopant littéralement le son et leurs riffs signatures. Ce disque est une leçon de Rock’N’Roll à tendance Boogie, qui ne laisse aucune échappatoire au type qui tombe dessus par hasard. La musique de STATUS QUO est absolument binaire, mais elle n’en est que plus addictive. Certes, il est légitime de penser qu’elle est répétitive, que la formule est rapidement éventée à force d’être appliquée, mais ce serait faire fi des subtilités d’un groupe qui est bien plus fin que ce que l’on pense de prime abord. STATUS QUO possède un sens inné de la petite mélodie qui fait mouche, né des premières expériences discographiques où le Boogie n’était pas de mise.

Il en résulte des morceaux forts, parfois agressifs ("Roll Over Lay Down", qui voit John Coghlan être crédité à l'écriture), souvent très accrocheurs ("Caroline", gros classique de la formation, un incontournable des concerts encore aujourd’hui), voire très intelligemment construits ("Forty Five Hundred Times"). STATUS QUO balance ses titres, fort bien troussés. Pour leur donner de la substance, le groupe n’hésite pas à placer de temps en temps du saxophone, mais surtout nous pouvons noter ici le retour des claviers, plus précisément du piano. Cela ne concerne pas tout l’album, juste les dernières compositions de chaque face (là encore, le découpage d’origine permet de mieux apprécier cette symétrie stylistique), soit "Blue Eyed Lady" et "Forty Five Hundred Times". Nous assistons ici aux premiers pas d’Andy Bown avec la formation, en guest. Il ne deviendra membre officiel que sur "1+9+8+2", après quasiment une décennie à rester dans l’ombre.

Et ce piano va apporter une bouffée d’oxygène. Une façon harmonieuse de faire une petite pause au milieu de ce Boogie acéré, d’attendrir quelque peu l’oreille avant de s’en prendre encore plein la tête. Parce que les Rossi et Parfitt, se sont des teigneux. Ils ne font pas semblant. Ça donne l’impression de jouer simple, mais ils balancent la sauce de façon très convaincante. Derrière, Alan Lancaster et John Coghlan formaient une section rythmique monstrueuse. Pas une mesure de trop, mais un tempo bien mesuré sur lequel les guitares n’avaient aucun mal à se greffer. Cette alchimie n’a rien de fragile, c’est du solide et le piano ne vient jamais casser cette belle dynamique qui sera vraiment une des marques de fabrique du QUO.

Aussi, s’attarder sur "Forty Five Hundred Times" permet de constater que le groupe n’est pas aussi statique qu’on le prétend. Cela commence tout doucement, sur un air de Country plutôt léger, mais à mesure que le temps passe, le titre commence à se muscler, à évoluer vers quelque chose de plus dur, ferme comme une poignée de main assurée. Les dix minutes de cette chanson défilent rapidement, on ne les voit pas passer tandis que l’on se prend cette petite leçon de Hard Rock diablement bien ficelée dans la tête. C’est remuant, mais c’est fait de façon raffinée sans qu’aucune des parties ne prenne le dessus sur l’autre. "Forty Five Hundred Times" est un véritable travail d’orfèvre, tout en justesse et précision et, bien qu’éclipsé d’un point de vue notoriété par "Caroline" ou "Roll Over Lay Down", son statut de classique est indéniable au sein de la carrière de STATUS QUO.

"Hello!" pourrait donner l’impression d’écouter un best of d’un groupe à singles et c’est là son unique défaut. C’est trop précis, certains diront trop calibré, trop uniforme. Mais une écoute attentive au casque permet d’en apprécier bon nombre de subtilités et un talent à la limite de l’écœurant tant les mecs de STATUS QUO sont parfaitement en place. Il convient de dire qu’entre "Dog Of Two Head" et "Blue For You", le groupe était juste intouchable. La vérité est plus complexe et demeure souvent sujet à l’appréciation que chacun se fait de ces disques, mais souvent tout le monde se met d’accord pour dire qu’"Hello!" est le meilleur album de la formation. Ce que je ne suis pas loin de penser. Mais si je vous disais que je trouve "Quo" (1974) encore meilleur, vous me répondez quoi ?

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


INGLORIOUS
We Will Ride (2021)
Ride the lightning




RIVAL SONS
Hollow Bones (2016)
Loup, loup, y es-tu ?


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
   DAVID

 
   (2 chroniques)



- Francis Rossi (guitare, chant)
- Rick Parfitt (guitare, piano, chant)
- Alan Lancaster (basse, chant)
- John Coghlan (batterie)


1. Roll Over Lay Down
2. Claudie
3. A Reason For Living
4. Blue Eyed Lady
5. Caroline
6. Softer Ride
7. And It’s Better Now
8. Forty-five Hundred Times



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod