Recherche avancée       Liste groupes



      
SPEED METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique speed metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Metallica, Iron Savior, Paragon, Soulhealer
- Membre : The Ferrymen, Squealer, Pyracanda, Almanac, Age Of Silence, Grave Digger, Axxis
- Style + Membre : Refuge
 

 Site Officiel (53)
 Bandcamp (48)

RAGE - Prayers Of Steel [avenger] (1985)
Par JEFF KANJI le 30 Septembre 2021          Consultée 923 fois

Quand le jeune et immense Peavy Wagner, fort de sa longue crinière et de son blouson cuir fonde son groupe dans la ville minière de Herne, il est sans doute loin de se douter de la carrière qu'il va avoir. Construite à force de persévérance et de résilience face aux départs et autres trahisons, et d'une régularité absolument sans équivalent sur toute la scène allemande, la carrière de RAGE parle d'elle-même, et à l'heure où je reviens sur la genèse de l'un des plus éminents membres de l'auto-proclamé Big Four Power Metal constitué de RAGE, GRAVE DIGGER, HELLOWEEN et RUNNING WILD, il vient de sortir un nouvel album, "Resurrection Day".

Peavy fonde AVENGER avec Jörg Michael (appelé lui aussi à une carrière féconde) et Jochen Schröder (oui comme Gerard, le bougre est décédé cette année, et Peavy lui a par ailleurs rendu un hommage émouvant sur les réseaux sociaux). Ce nom de groupe il envoie bien et il colle super bien à la musique pratiquée par le groupe : un Heavy Metal mortellement sombre, agressif, bien solidement ancré sur JUDAS PRIEST et ACCEPT, mais avec une influence MERCYFUL FATE assez présente dans la façon de créer les ambiances (c'est flagrant sur "Rise Of The Creature") qui l'individualise par rapport à ses congénères, même si RUNNING WILD à la même époque exploite lui aussi une veine quasi satanique. Et le groupe sera toujours un électron libre, tout au long de sa carrière, naviguant selon les envies entre Heavy Metal allemand fortement marqué par ACCEPT, Power Metal flamboyant proche de ses racines Speed Metal et Thrash, avant de s'acoquiner avec des orchestres et des constructions plus audacieuses.

Pourtant AVENGER devra, après la sortie de "Prayers Of Steel" en mai 1985 suivie de celle de l'EP "Depraved To Black" trois mois plus tard, changer de nom, à cause de la formation anglaise du même nom, qui comptait Brian Ross de BLITZKRIEG, qui venait de se faire un nom sur le "Court In The Act" de SATAN. Ainsi, après avoir sérieusement envisagé de devenir FURIOUS RAGE, un patronyme adapté à la fois à la musique du groupe et à la situation, le trio devient tout simplement RAGE, et c'est sous ce nom qu'il peut alors signer chez Noise Records pour son second album. Car le choix de créer un nom de groupe à part m'a bien tenté, sachant que j'avais déjà dû le faire pour REFUGE, la version reformée du RAGE classique de la fin 80 début 90.

Seulement, Peavy Wagner considère lui aussi que "Prayers Of Steel" est son premier album, au contraire de REFUGE, qui est un délire entre vieux potes, réalisé totalement en dilettante et en marge de la carrière de RAGE. C'est pourquoi "XIII" et "21" sont intitulés de la sorte, car cette numération ne tient la route que si l'on inclut "Prayers Of Steel" dans la chronologie. Donc AVENGER/RAGE démarre l'aventure de la carrière discographique en trombe, après trois démos, et s'ouvre sur un hymne Speed Metal : "Battlefield". Ceux qui comme moi ont connu RAGE au début des années 2000 pourront être surpris par la voix de Peavy, qui ne rechignait pas à chanter dans un registre bien plus aigu que ce que je lui ai connu via "End Of All Days". Le titre, comme la plupart des dix numéros constituant l'album, est d'une simplicité extrême mais il a le bon tempo, le refrain qui fonctionne et le riff qui va bien.

Peu de titres vont pouvoir rivaliser avec cette première prise, si ce n'est "Sword Made Of Steel" dont le gimmick revient assez souvent pour s'ancrer dans nos crânes. Il y a aussi "Rise Of The Creature" dont je parlais plus haut, dont le côté MERCYFUL FATE est assez réjouissant, ou encore "Faster Than Hell" qui montre déjà la facette plus thrashisante de RAGE par rapport à ses concurrents. Un premier album plutôt bien produit pour l'époque, bien porté par la frappe de mule d'un jeune Jörg Michael qui sait y faire, sans exagérer mais en mettant ce qu'il faut comme ouache pour que ça pulse. À cet égard, la présence dans toutes les rééditions ultérieures de l'EP "Depraved To Black" est intéressante, car elle montre qu'en très peu de temps, AVENGER a déjà un peu plus affiné sa trajectoire, s'orientant clairement vers un registre Speed Metal à tendance cassage de bouche, plus proche du HELLOWEEN contemporain, "Down To The Bone" ne débandant carrément pas pendant ses cinq minutes.

"Prayers Of Steel" est un disque de jeunesse, sa rigueur technique tentant de rattraper une identité musicale qui manque pour le moment singulièrement de personnalité, que le trio compense par une énergie débordante et plutôt communicative il faut le dire. Il faudra, même après l'arrivée de Manni Schmidt et Chris Efthimiadis, du temps à RAGE pour trouver la crédibilité nécessaire à la poursuite d'une carrière qui s'avèrera longue et ininterrompue jusqu'à aujourd'hui.

A lire aussi en SPEED METAL par JEFF KANJI :


X JAPAN
オルガスム (1986)
We are X




X JAPAN
紅/ Kurenai (original Japanese Version) (1988)
Les neuf vies du rouge sang


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Peavy Wagner (chant, basse)
- Jochen Schröder (guitare)
- Jörg Michael (batterie)


1. Battlefield
2. Southcross Union
3. Prayers Of Steel
4. Halloween
5. Faster Than Hell
6. Adoration
7. Rise Of The Creature
8. Sword Made Of Steel
9. Bloodlust
10. Assorted By Satan
- Ep Depraved To Black
11. Down To The Bone
12. Depraved To Black
13. Prayers Of Steel (live)
14. Faster Than Hell (live)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod