Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK/SPEED METAL  |  E.P

Commentaires (5)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Tankard, Destruction, Aura Noir
- Style + Membre : Kreator

SODOM - In The Sign Of Evil (1984)
Par ZODD le 30 Janvier 2014          Consultée 3051 fois

En Metal, certaines années pèsent plus que d’autres. Si chaque millésime peut bien sûr revendiquer sa part de chefs d’œuvre et de casseroles, il est difficile de na pas constater que certaines se démarquent particulièrement plus, pour leur accumulation de chefs d’œuvre par exemple, l’explosion d’une scène ou la fin d’une ère. Pour le Black, l’année 1984 fut particulièrement décisive : BATHORY, HELLHAMMER, DESTRUCTION et SODOM chargent leurs premiers assauts sur le monde musical, sans compter VENOM et MERCYFUL FATE qui perfectionnent leurs techniques !

L’alignement de ces quelques noms mythiques nous démontrent que déjà à l'époque on pouvait retrouver sous le label "Black Metal" des groupes à l’identité radicalement différentes. Quorthon et son approche crado Punk, le culte de la lourdeur de HELLHAMMER, la maîtrise du King et de son FATE, la dimension ravageuse de DESTRUCTION, la bestialité de SODOM...

La bestialité de SODOM, tiens, parlons-en ! Trente ans plus tard, "In The Sign Of Evil" est toujours un des enregistrements les plus vicieux et les plus classes du monde. C’est tout un pan de l’histoire du Black Metal qui repose sur ses 5 petites barres de férocité sanguinaire : le Black Bestial, le War Metal, appelez-la comme vous voulez, cette attitude de chars d’assauts à foncer dans le tas avec comme seul credo en tête "détruire, détruire, détruire, détruire…".

Le militarisme teuton était fièrement réinventé par un trio de zicos ados, grimés, tous de cuir noir vêtus et armés jusqu’au dents (sans compter une collection de coupes de cheveux inénarrables/inégalables). Il n’y a, à mon sens, aucun groupe dont l’esthétique approche de près ou de loin la "badassness" des photos du jeune SODOM. Musicalement, le groupe torture une formule rendue célèbre par VENOM, en lui appliquant un filtre de bestialité dont la bande à Cronos n’oserait même pas rêver.

En pratique ça donne un titre comme "Sepulchral Voice" (sur la face A), un hymne à la profanation. Des guitares tronçonneuses qui tranchent un fond sonore infernal, une voix de molosse affamé et une batterie kalachnikov : telles sont les armes qui suffisent à SODOM pour vous faire votre mère sur une durée radiophonique de 3 minutes 30 ! Bien des incultes se seront moqués de la simplicité parfois affligeante du résultat. Mais la vérité est que de tout temps ce mini-album aura servi de bible à des hordes de Metalleux assoiffés de sang, l’empêchant ainsi de tomber dans l’oubli comme le souhaiterait une certaine partie des fans du groupe, qui aiment voir en "In The Sign Of Evil" comme "une erreur de jeunesse".

La face B est tout aussi cruelle, à commencer par "Blasphemer", cette tuerie Black Metal ! Il y a vraiment une approche militaire dans le Speed/Thrash/Black Metal de SODOM, pas étonnant que ses deux premières productions furent perçus par ses contemporains comme un véritable appel aux armes (de la part de groupes comme SEPULTURA, SARCOFAGO, NME etc). La manière dont SODOM gère les champs de bataille sera devenue manifeste pour les futurs commandants du Black.

Et peu m'importe qu’ils aient fini par rengainer leur sabre et décider de suivre la dure voie de la perfection (comme en attestera "Persecution Mania"), SODOM reste pour moi une des figures-clés du Black Metal dont même Quorthon jalousait les "Blasphemer" ou les "Burst Command Til War" (Chris Witchhunter était supposer joué de la batterie sur "The Return"). Et comment lui en vouloir ? Nous avons affaire ici à un des rares vrais concurrents au premier BATHORY, ainsi plutôt que de s'épuiser à vouloir découvrir le moindre nouveau groupe estampillé "bestial", peut-être vaut-il mieux ressortir les vieux classiques de la fureur musicale, dont "In The Sign Of Evil" est une des pièces les plus remarquables.

"Black metal is the game I play
'cause no one show me the right way
I am a bloody Antichrist, only believe in bad
Spit at the church, Evil I get...

BLASPHEMER!"

A lire aussi en BLACK METAL par ZODD :


SVARTIDAUƉI
Flesh Cathedral (2012)
Esthétique nouvelle

(+ 1 kro-express)



MARTYRIUM [AL]
L.v.x. Occulta (1994)
Pré-SECRETS OF THE MOON. Une étrange beauté.


Marquez et partagez




 
   ZODD

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Angel Ripper (basse, chant)
- Grave Violator (guitares)
- Witchhunter (batterie)


1. Outbreak Of Evil
2. Sepulchral Voice
3. Blasphemer
4. Witching Metal
5. Burst Command Til War



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod