Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (12)
Questions / Réponses (1 / 5)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2011 Call To Arms
2012 Heavy Metal Thunder Live...
2013 Sacrifice
2015 Battering Ram
 

- Style : Iron Maiden, Angel Martyr, Sarasin, Wami, Krokus, Accept, The Rods, Girlschool, Blaze Bayley, Nightmare, Samson, Riot
- Membre : Msg, Oliver / Dawson Saxon, The Scintilla Project
- Style + Membre : MotÖrhead
 

 Myspace (534)
 Cha�ne Youtube (600)
 Site Officiel De Saxon (1279)
 Site Français (1819)

SAXON - Power & The Glory (1983)
Par DARK SCHNEIDER le 20 Mars 2019          Consultée 995 fois

Le Live "The Eagle Has Landed" a marqué la fin d'une époque pour SAXON : il soulignait à la fois l'apogée commercial du groupe (en Europe), mais était aussi le révélateur des premières tensions en son sein, concrétisées par le remplacement de Pete Gill par l'excellent Nigel Glockler derrière les fûts. Un an plus tard, on est donc en 1983, SAXON, qui pouvait concourir au statut de groupe numéro un de la NWOBHM au tout début de la décennie, s'est fait définitivement dépasser par un certain IRON MAIDEN et DEF LEPPARD. C'est donc assez logiquement que "Power And The Glory" apporte un peu de changement dans la carrière de SAXON. Et cela est très visible au vu de sa pochette aux couleurs fluos et de ce nouveau logo qui ne fait pas franchement dans la sobriété. Ce n'est autre que le cinéaste Ridley Scott qui serait à l'origine de cette pochette, information qui n'a été révélée il n'y a que quelques années seulement avec le documentaire "Heavy Metal Thunder". Pas impossible effectivement que Scott soit derrière cet artwork, lui qui vient de la pub, mais pourquoi ne l'a-t-on jamais su avant ? Mystère. Quoiqu'il en soit, cette cover est bien laide et traverse mal l'épreuve du temps. Mais elle a le mérite d'apporter une thématique visuelle, en renouant avec l'imagerie guerrière du premier album, et qui se confirmera visuellement sur l'opus suivant.

Et effectivement, "Power And The Glory" ne sonne pas vraiment pareil que la trilogie précédente. Si seulement trois années se sont écoulées depuis "Wheels Of Steel", les membres de SAXON se sont bien rendus compte que les choses évoluaient vite dans le monde de la musique Hard Rock, et qu'ils devaient donc s'adapter. Et pour la première fois, SAXON part enregistrer au USA, choix qui n'a strictement rien d'innocent comme on peut l'imaginer. Leur look se fait également un peu plus travaillé à cette époque. Bref : SAXON pose les jalons de sa conquête tant espérée des USA, ce qui aura un impact assez fort sur sa musique. Et en cela, "Power And The Glory" fait office d'album de transition, qui peine un peu à trouver une direction musicale précise, sans pour autant que ça n'affecte vraiment la qualité de l'ensemble. Car c'est à un album très solide que nous avons affaire ici.

En tout cas, ce n'est pas avec son title-track qui ouvre l'album, qui fera pourtant l'objet du premier clip vraiment élaboré du groupe (qui a bien sûr ridiculement vieilli mais avait le mérite de proposer autre chose que de voir le groupe jouer sur scène), que SAXON tente de faire un hit grand public. On est ici dans le pur Heavy Metal à l'anglaise, avec une thématique guerrière et moyenâgeuse qui fera nombre d'émules. On ne peut pas vraiment dire que SAXON fait dans l'Epic Metal, mais en tout cas il assume enfin totalement son patronyme, ce qui n'était franchement pas explicite sur les albums précédents, beaucoup trop orientés bikers. Si le tempo reste élevé, le groupe mise surtout sur la puissance du riffing et la construction d'une ambiance guerrière (ce joli break central avec Biff qui nous interroge : « Can you feel the power? Can you feel the glory? »). Thématique guerrière qui se confirme avec ce "Warrior" au titre explicite (et aux lyrics totalement calquées sur le "Invaders" de MAIDEN), mais dont le résultat se fait plus anecdotique, même s'il est l'occasion pour les guitaristes de faire preuve d'un peu plus de flamboyance dans leur duel de guitares, histoire de paraître dans le coup à une époque où les Américains, spécialistes des acrobaties guitaristiques dans le Hard Rock, commencent à se faire de plus en plus nombreux à repousser les limites de l'instrument.

Mais comme je le disais, c'est un album de transition. Et c'est "Redline", placé en seconde position, qui va donc rapidement nous rappeler que SAXON n'a pas tourné le dos à son passé : vous vouliez un morceau sur les bagnoles ou les motos ? Le voici, semblant tout droit sorti des sessions de "Denim And Leather". Un uppercut comme "This Town Rocks" nous rappelle aussi qu'en ces temps reculés que SAXON pouvait être considéré comme un groupe violent, avec un Nigel Glockler qui se déchaîne à la double grosse caisse. "Watching The Sky" et "Midas Touch", plus mélodiques, n'en restent pas moins ancrés dans le Heavy pur jus. En revanche, "Nightmare" constitue un saut à pieds joints dans la marmite du Hard commercial des années 80. La voilà, la première véritable tentative de hit AOR du groupe et le premier titre susceptible de créer une rupture entre le groupe et sa fanbase originelle. À vous de choisir votre camp si vous vous en sentez obligé, mais si le clip prête à sourire (le problème de SAXON à cette époque est que ses membres n'avaient pas vraiment le physique adéquat pour le public visé par ce type de musique) avouons quand même que ce morceau est finalement très sympa, surtout son refrain avec les chœurs qui vont bien.

La prod ne fera pas non plus que des heureux, on perd le côté organique des premiers albums sans avoir non plus ni un gros son moderne (pour l'époque) ni le clinquant des albums d'AOR, la reverb se fera de plus un peu trop présente, par contre Steve Dawson se retrouvera avantagé avec son jeu parfois mis très en avant. Là où il n'y aura pas débat, c'est que "Power And The Glory", tout comme "Strong Arm Of The Law", a pour atout de s'achever sur un des plus grands classiques du groupe : "The Eagle Has Landed", titre solennel et majestueux, porteur d'espoir, dont le riff principal est certes inspiré du "Victim Of Changes" de JUDAS PRIEST, mais dont les parties calmes sont de toute beauté. C'est tout simplement le premier morceau qui donne une dimension de grandeur, de noblesse à SAXON, ce qui leur manquait finalement un peu, même si les "Rainbow Theme", "747" et autre "Dallas 1 P.M" avaient pavé la voie.

Tout œuvre de transition qu'il est, "Power And The Glory", supérieur à son prédécesseur, n'en demeure pas moins un des albums indispensables dans la discographie des Anglais.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


UDO
Faceless World (1990)
Le meilleur album d'udo!




Jack Starr's BURNING STARR
Stand Your Ground (2017)
Ze tuerie Power Heavy Mélodique de 2017


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
   DAVID

 
   (2 chroniques)



- Biff Byford (chant)
- Paul Quinn (guitare)
- Graham Oliver (guitare)
- Steve Dawson (basse)
- Nigel Glockler (batterie)


1. Power And The Glory
2. Redline
3. Warrior
4. Nightmare
5. This Town Rocks
6. Watching The Sky
7. Midas Touch
8. The Eagle Has Landed



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod